Intelligence Magazine n°1 nov/déc 2014
Intelligence Magazine n°1 nov/déc 2014
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°1 de nov/déc 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 30 Mo

  • Dans ce numéro : entretien sur la mémoire avec le professeur Hélène Amieva.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
DES INITIATIVES PROMETTEUSES Le groupe ORPEA, un des leaders européens dans la prise en charge globale de la Dépendance, développe des approches spécifiques non médicamenteuses au sein de ses résidences pour la prise en charge de la maladie d’Alzheimer. 2 exemples : La stimulation cognitive et sensorielle Au sein de ses résidences, Orpea met à disposition des espaces de stimulations multi sensorielles, des ateliers d’Art Thérapie et de musicothérapie, et également de la gymnastique douce où les malades redécouvrent et explorent des sensibilités oubliées. La réminiscence : un projet basé sur l’histoire personnelle du résident Le cas du Village Retraite de Saint- Rémy-Lès-Chevreuse dans les Yvelines, où est reconstitué un café des années 1950, qui permet aux résidents souffrant de maladies neurodégénératives de stimuler leur mémoire par les sensations et sentiments. n 38 INTELLIGENCE MAGAZINE ENQUÊTE ALZHEIMER D’autres phénomènes sont mis en avant, toujours avec relativement peu de certitudes à ce jour, il faut parler au conditionnel : il s’agit de l’activité intellectuelle de la personne, plus elle serait intense, moins Alzheimer serait susceptible de frapper. Les problèmes vasculaires ont également été mis en avant, notamment l’hypertension qui demande donc à être systématiquement contrôlée et soignée. En effet, les personnes souffrant de maladie vasculaire sont plus fréquemment atteintes, à moins que ce ne soit la maladie qui ne soit plus visible. On a évoqué également d’autres facteurs de risque comme la dépression, ou le contact professionnel avec l’aluminium, mais en fait rien n’a été véritablement corroboré à ce jour. Certaines vitamines joueraient aussi un rôle protecteur comme les vitamines C et E. On recommande aussi, mais cela de façon très globale : contrôle et traitement en cas, d’hypertension, de diabète, de cholestérol, d’obésité. Le tabagisme agit aussi de façon nocive. QUEL TRAITEMENT ? Chacun sait qu’il n’existe pas à ce jour de traitement permettant la guérison, ni même permettant de stopper l’évolution à un stade donné. Par contre, certaines substances permettent de retarder la progression de la maladie. Ils fonctionnent avec plus ou moins d’efficacité en fonction des individus. Il est très important de les prescrire le plus tôt possible (comme la Rivastigmine par exemple, mais de nouveaux types apparaissent). Dans le temps, leur action ralentit bien entendu. Des traitements ont été mis en place, même s’ils sont susceptibles d’évoluer au fur et à mesure des avancées de la recherche. De nombreuses molécules sont à l’étude comme l’action précise des oestrogènes, des antioxydants, des antiamyloïdes… Des voies inhabituelles pour la science sont même explorées comme certains éléments de médecine chinoise comme le ginkgo biloba. Une vingtaine de centres travaillent en France sur la possibilité d’un vaccin qui empêchera les protéines responsables du mal de s’accumuler. Il est également parfois aussi nécessaire d’utiliser des médicaments permettant de calmer les patients parfois angoissés ou agressifs. On procède aussi à une rééducation qui permet de continuer à stimuler les patients. DES ESPOIRS RAISONNABLES La recherche du vaccin reste une des voies prioritaires de la recherche. Certains tests ont présenté des résultats intéressants dans un premier temps sur les souris, en empêchant notamment la survenue des fameuses plaques séniles. Les tests sur l’homme n’ont pas encore donné de résultats susceptibles d’être concrétisés sans effets secondaires. L’un des grands problèmes de l’apparition de la maladie sur une population de plus en plus nombreuses s’exprime notamment au niveau des conséquences que cela a au niveau des patients, cela est clair, mais aussi globalement au niveau des familles. Si le chiffre de patients est proche du million, autant dire que ce sont quasiment deux à trois millions de personnes qui sont concernées de près ou de loin par un malade dont il faut s’occuper. D’autant que cette maladie apparaît en force dans des pays industrialisés de par la longévité des habitants, donc dans des sociétés où les familles sont relativement peu nombreuses et dont la majorité des membres travaillent. Or, le patient nécessite que l’on soit de plus en plus souvent avec lui avec l’évolution de la maladie, car il perd peu à peu toute son autonomie. Différents traitements non médicamenteux sont actuellement testés avec en particulier la musicothérapie et les différentes techniques de stimulation cognitives : car l’association stimulation cognitive + exercice physique + diététique méditerranéenne + supplémentation en oméga 3 modifie le métabolisme du cerveau. UN VRAI PROBLÈME POUR LES FAMILLES Aujourd’hui pourtant, c’est la famille qui gère le pa-
tient les trois quarts du temps. Or nul besoin d’être très psychologue pour savoir que cela représente une charge très lourde. De nouvelles structures sont nécessaires, en partie pour héberger les patients, mais aussi pour aider les familles qui gardent les malades chez eux. Il ne faut pas que cela oblige la famille à ne plus pouvoir mener une vie normale, ce qui est quand même le cas la plupart du temps. Des associations, des groupes d’information existent, mais surtout il est indispensable de pouvoir se faire remplacer de temps à autre ne fûtce que pour partir en vacances ou pouvoir bénéficier d’un emploi du temps un peu plus libre. Psychologiquement, cela est aussi une solution, car s’occuper d’une personne atteinte d’Alzheimer peut être vraiment pénible à certains moments, et il n’est pas rare de voir même les personnes proches s’énerver, puis culpabiliser, bref entrer dans un cercle vicieux qui vient provoquer d’autres déséquilibres dans la famille. Et difficile de s’en sortir seul si l’on n’a pas des frères et sœurs ou des membres de la famille susceptibles de venir donner un coup de main de temps en temps. Il est donc plus qu’urgent de prévoir des solutions pratiques et humaines pour que les familles puissent avoir du temps libre sans pour autant complètement désorienter les patients. Car ces derniers supportent très mal les changements, leur environnement doit rester stable autant que faire se peut. Un meuble qui change de place, et la même question peut être répétée dix, ENQUÊTE ALZHEIMER vingt fois, ce qui à la longue peut effectivement finir par porter sur les nerfs. Il ne faut pas oublier que si les familles aiment la personne malade, elles n’ont la plupart du temps pas d’expérience médicale particulière, et il est bien sûr beaucoup plus difficile de prendre du recul avec des personnes avec qui l’on est impliqué affectivement. Les infirmiers passent déjà pour les visites ou toilettes, mais c’est surtout le besoin de gardes du patient qui est nécessaire de façon régulière. PRÉVENIR UNE « CRISE DE LA DÉMENCE » Les prédictions concernant le nombre de personnes âgées qui souffriront de démence en 2050 suscitent de fréquentes annonces alarmistes, prévoyant un « tsunami » de cas qui submergerait les familles et les soignants et qui imposerait un fardeau économique insupportable à la société. Afin de prévenir cette « crise de la démence », la position biomédicale dominante considère qu’il faut placer un maximum de moyens sur la recherche neurobiologique, le diagnostic et les traitements pharmacologiques, afin d’essayer de différer et, finalement, de guérir la démence. Une autre approche, complémentaire et humaniste, considère qu’il convient d’allouer davantage de ressources à la prévention et de développer des pratiques d’évaluation et d’intervention psychosociales qui prennent en compte les personnes âgées dans leur individualité. L’objectif ? Aider ces personnes à maintenir un sens à leur vie, un sentiment de bien-être et de dignité, ainsi qu’une véritable place dans la société. Ils préconisent également un changement de culture dans les structures d’hébergement à long terme pour personnes âgées. Un challenge pour nos sociétés tant que les solutions médicales ne sont pas encore au point. Il est clair que le vieillissement de la population ne va pas sans nouveaux défis. n V.D. À lire > « Alzheimer mode d’emploi » de Jean-Pierre Polydor, Editions Esprit du Temps, 352 pages. > « Maladie d’Alzheimer et s’il y avait un traitement ? » de Michèle Serrand, Editions Thierry Souccar, 192 pages. r POUR EN SAVOIR PLUS L’association France Alzheimer permet d’obtenir de nombreuses informations sur ce sujet, et sur les aides susceptibles d’être demandées. Plus de 100 associations départementales en sont les relais au niveau local. Des journées sont organisées consacrées à la maladie, il ne faut pas hésiter à se renseigner et à aller vers d’autres familles dans le cas où le blues et le ras-lebol s’installent. Cela est tout à fait normal et il faut prendre le temps de partager ses doutes et ses questions avec des personnes qui sont également quotidiennement confrontées au problème. Association France Alzheimer : www.francealzheimer.org o- Nmnale serrand Maladie D'ALLHEIMER Et s'il y avait un traitement, ar¢ime al peut chdawr h malaEle 5 mecum iaNaDaaaes ans- auei.dn. aeel INTELLIGENCE MAGAZINE 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 1Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 2-3Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 4-5Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 6-7Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 8-9Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 10-11Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 12-13Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 14-15Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 16-17Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 18-19Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 20-21Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 22-23Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 24-25Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 26-27Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 28-29Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 30-31Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 32-33Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 34-35Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 36-37Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 38-39Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 40-41Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 42-43Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 44-45Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 46-47Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 48-49Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 50-51Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 52-53Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 54-55Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 56-57Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 58-59Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 60-61Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 62-63Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 64-65Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 66-67Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 68-69Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 70-71Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 72-73Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 74-75Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 76-77Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 78-79Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 80-81Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 82-83Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 84-85Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 86-87Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 88-89Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 90-91Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 92-93Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 94-95Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 96-97Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 98-99Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 100