Intelligence Magazine n°1 nov/déc 2014
Intelligence Magazine n°1 nov/déc 2014
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°1 de nov/déc 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 30 Mo

  • Dans ce numéro : entretien sur la mémoire avec le professeur Hélène Amieva.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
Avoir une vie familiale, affective et sociale riche et de nombreuses activités participent au maintien des réserves cognitives. montré dans les études sur l’animal. Chez l’homme, la notion de stress étant une notion très subjective et variable d’un individu à l’autre, la relation est moins évidente. Il existerait un « bon stress », source de stimulation intellectuelle positive et au-dessus d’un certain seuil, le stress deviendrait négatif et délétère pour la mémoire. ATTENTION À CERTAINS MÉDICAMENTS Certains médicaments en effet interfèrent avec le fonctionnement de la mémoire. C’est le cas notamment de certains médicaments de la catégorie des benzodiazépines, utilisés généralement comme anxiolytiques ou dans les troubles du sommeil. Les effets sont généralement réversibles à l’arrêt de ces médicaments. Toutefois, utilisés à très long terme, il n’est pas exclu que certains effets délétères sur la cognition apparaissent. C’est la raison pour laquelle ces médicaments doivent être prescrits pour des périodes limitées et leurs renouvellements doivent être régulièrement réévalués. RESTER TOUJOURS ATTENTIF D’une manière générale, pour mieux se souvenir, il faut être attentif à ce que l’on fait, que l’on lise un texte ou que l’on pose ses lunettes sur la commode. Devant la télévision, ne restez pas passif. Essayez de produire un effort de mémorisation afin d’être capable, par exemple, d’énumérer les titres à la fin 30 INTELLIGENCE MAGAZINE DOSSIER DOPER SON CERVEAU d’une émission, ou imposez-vous de retenir au minimum cinq informations chaque fois. Lors de la lecture d’un livre, après un chapitre, faites une pause. Repensez quelques instants à ce que vous venez de lire. Le lendemain, lorsque vous reprenez la lecture, faites mentalement un bref résumé des événements précédents. S’ORIENTER DANS LE TEMPS ET DANS L’ESPACE Chaque matin, demandez-vous quelle est la date précise, puis essayez de vous remémorer ce que vous avez fait la veille. De façon générale, quand vous avez un projet, un rendez-vous précis, une invitation, essayez toujours de vous remémorer à l’avance les dates et périodes précises. Essayez également de temps en temps de vous souvenir de ce que vous faisiez l’année précédente à la même époque. Chaque soir, organisez « dans votre tête » le programme de la journée du lendemain. Idem pour l’orientation spatiale. Essayez de vous remémorer régulièrement l’adresse précise des membres de votre famille, de vos amis, de vos commerçants, de votre médecin. Selon le Professeur Hélène Amieva, « Les activités citées plus haut ont bien montré des effets protecteurs de déclin de la mémoire. Toutefois, il faut bien comprendre que prises de manière individuelle, ces activités ont un effet extrêmement modeste. Il est illusoire de penser que parce qu’on se met à manger du poisson 3 L’ART BON À SAVOIR La musique, la danse et le théâtre sont des activités qui stimulent notre cerveau, en effet, ils font plus travailler la mémoire. Les artistes ont des capacités cérébrales plus développées et un nombre de neurones plus important que les autres. fois par semaine, on se protège définitivement de toute maladie de la mémoire. C’est leur effet cumulé qui est le plus intéressant, ce qui veut dire que c’est un mode de vie, plus qu’un comportement de prévention en particulier qu’il faut recommander. Cette hygiène de vie englobe une alimentation riche en huile d’olive, poisson, fruits et légumes et pauvre en viande et produits laitiers, une activité physique régulière, des activités de loisir et des interactions familiales et sociales sources de plaisir, et une bonne prise en charge des facteurs de risque cardio-vasculaires (diabète, cholestérol, glycémie) qui elle aussi participe au bon fonctionnement de notre cerveau. » En conclusion, il est aujourd’hui clairement démontré qu’avoir une hygiène de vie la plus saine possible, dès son plus jeune âge et tout au long de sa vie, est clairement la piste préventive numéro un pour préserver sa mémoire. Stimuler ses fonctions intellectuelles tout au long de sa vie est l’axe majeur de préservation de ses réserves cognitives. n STIMULATION LES BIENFAITS DES JEUX J.B. Sur certains sites internet, vous pouvez jouer en ligne à différents jeux comme le « Simon » (jeu contenant 4 couleurs primaires qu’il faut enchaîner au rythme de l’ordinateur), le « Pendu » (qui vous demande de trouver un chiffre entre 1 et 999 en 10 tentatives) ou encore au « Memory » (qui vous fait retrouver des couples de cartes identiques parmi un nombre de cartes retournées). Tous ces jeux peuvent être réalisés en couple à la maison ou tout seul, alors n’hésitez pas : imposez-vous une séance « jeux » d’une heure quotidienne par exemple ! Par ailleurs, que ce soit sur des consoles, sur l’ordinateur ou sur tablettes, de nombreux jeux sont vendus dans le commerce pour stimuler la mémoire et l’activité cérébrale.
DOSSIER DOPER SON CERVEAU OBSERVATOIRE B2V DES MÉMOIRES Des experts au service de la mémoire L’Observatoire B2V des mémoires a été lancé en 2013 pour s’intéresser à la mémoire en rassemblant un conseil d’experts spécialistes des mémoires dans leurs domaines respectifs : les neurosciences bien entendu mais aussi l’histoire et la philosophie, avec une volonté de partage des savoirs et des réflexions sur le monde qui nous entoure. Rencontres. Offrant un accès d’informations et de connaissance pour tous sur la base des travaux de chercheurs renommés et pluridisciplinaires (neurosciences et sciences humaines), l’Observatoire B2V des mémoires (lancé par le groupe de protection sociale du même nom) se veut être une plate-forme d’ouvertures des nouveaux savoirs sur la mémoire sous toutes ses formes. Cet Observatoire a une triple vocation : soutenir la recherche et l’innovation, informer et vulgariser, contribuer à l’émergence des moyens de prévention. RÉUNIR LES PLUS ÉMINENTS SPÉCIALISTES En réunissant les experts de leurs disciplines, l’Observatoire B2V des mémoires a choisi de s’inscrire dans une démarche qualitative et pérenne. Présidé par Francis Eustache, Neuropsychologue, Directeur de l’unité de recherche u1077 de l’Insermà l’Université de Caen/Basse-Normandie, Directeur d’Etudes à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE), il est composé des plus éminents spécialistes de la question, qui travaillent chacun sur des aspects spécifiques de la mémoire dont ils nous livrent ici les principales orientations. > Francis Eustache, Neuropsychologue « La mémoire permet de nous souvenir et de décrypter le monde qui nous entoure, mais aussi de faire des choix en fonction de notre histoire et de nous projeter dans le futur. Ces dernières années, nos connaissances sur la structure et le fonctionnement de la mémoire humaine ont beaucoup progressé. L’étude des maladies (syndromes amnésiques et maladie d’Alzheimer essentiellement) nous renseigne, mieux que toute autre démonstration, sur cette fonction mentale qui se trouve au coeur de notre subjectivité et de notre identité. La mémoire effectue un travail de synthèse au jour le jour, à notre insu. Elle va choisir de retenir certaines choses et d’en oublier d’autres. Notre mémoire ne se mesure pas seulement à notre capacité à engranger de l’information et à la retenir, mais aussi à notre aptitude à évacuer l’information non pertinente, qui risque de l’encombrer et d’empêcher d’extraire les informations utiles. » > Hélène Amieva, Professeur de psychogérontologie Doctorat neurosciences et neuropharmacologie, Inserm(U 897), Université Victor Segalen Bordeaux 2. « Etudier le vieillissement cognitif ce n’est pas seulement comparer un groupe de sujets âgés qui présentent une particularité sur le plan de la mémoire à des personnes jeunes, mais c’est avoir accès à des grandes populations au cours du temps, par exemple 4 000 personnes depuis 22 ans, comme la cohorte Paquid, pour voir comment évoluent ces phénomènes cognitifs, mnésiques et cérébraux. Mieux connaître les représentations sociales des maladies, les changements psychologiques qui s’opèrent chez le malade, ou encore s’interroger sur les possibilités d’améliorer la qualité de vie des personnes malades et des familles, y compris par des voies qui ne reposent pas sur la pharmacothérapie, sont des questions essentielles. Il est intéressant que le groupe B2V admette l’idée qu’il soit important aujourd’hui d’avancer dans les connaissances fondamentales de la mémoire humaine. Et en même temps de donner les moyens de faire émerger des pistes crédibles de compréhension des troubles de la mémoire. Il est très étonnant et toujours inexpliqué de constater les différences qui existent entre les individus... pourquoi deux personnes qui ont les mêmes lésions n’expriment pas les mêmes déficits. Certains vont mourir sans exprimer vraiment la maladie et d’autres vont les exprimer très vite. » INTELLIGENCE MAGAZINE 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 1Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 2-3Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 4-5Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 6-7Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 8-9Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 10-11Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 12-13Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 14-15Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 16-17Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 18-19Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 20-21Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 22-23Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 24-25Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 26-27Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 28-29Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 30-31Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 32-33Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 34-35Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 36-37Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 38-39Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 40-41Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 42-43Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 44-45Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 46-47Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 48-49Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 50-51Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 52-53Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 54-55Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 56-57Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 58-59Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 60-61Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 62-63Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 64-65Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 66-67Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 68-69Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 70-71Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 72-73Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 74-75Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 76-77Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 78-79Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 80-81Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 82-83Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 84-85Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 86-87Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 88-89Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 90-91Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 92-93Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 94-95Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 96-97Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 98-99Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 100