Histoire événement n°15 nov/déc/jan 2005
Histoire événement n°15 nov/déc/jan 2005
  • Prix facial : 9,80 €

  • Parution : n°15 de nov/déc/jan 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (125 x 205) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : la bataille de Rocroi (1643).

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
Beaucoup d’autres sont morts. Il rassemble tout ce qu’il peut, en tempêtant. Il a avec lui l’infanterie d’Espernon, qui a tenu pied face aux troupes de Fontaine par une suite d’escarmouches, mais sans mener de réels combats. Tels étaient les ordres qu’il a scrupuleusement appliqué. Maintenant, il faut attaquer. Espernon est sûr de ses hommes, qui se mettent à avancer. A soixante pas, c’est-à-dire environ à quarante mètres, les Espagnols ouvrent le feu. Les Tercios se sont ouverts pour laisser apparaître les gueules des canons qui se sont mis à cracher les boulets. C’est un carnage chez les Français. Mais les rangs se reforment, et l’on repart à l’assaut. Mais de nouveau c’est un carnage. Enghien est à la tête des troupes. Il est indemne, par miracle. Il remet en ordre ses lignes, et il remonte à l’assaut une nouvelle fois. C’est encore un échec. Même si les fusils français ont fait du mal aussi aux troupes de Fontaine. Celui-ci est au milieu de ses hommes, porté dans une chaise, bien en vue. Il a une crise de goutte et il ne peut se déplacer autrement. Les survivants des combats sur les ailes se rabattent alors sur le centre de la bataille. Il y a les troupes restantes d’Albuquerque qui reviennent mener l’assaut. Il y aussi Gassion qui apporte deux canons qui se mettent à faire des ravages chez les Espagnols. Beck a été refoulé. Il est parti plus loin, ce qui n’est pas glorieux pour lui. C’est un danger de moins. La Fontaine est tué sur sa chaise par une rafale de mousquets. Des officiers espagnols veulent se rendre. Enghien s’avance pour avoir leur reddition. Malencontreusement, une seconde rafale essaye au même moment de le tuer. C’est une fureur gigantesque dans les troupes françaises, devant tant de perfidie, qui fut la résultante non pas d’un acte déloyal, mais d’un hasard malencontreux. Les soldats français se jettent sur les Espagnols qui reculent, et qui se font égorger sur place sans plus grande résistance, tellement ils sont épuisés … De son côté, Melo a dû s’enfuir, en abandonnant son bâton de maréchal … C’est la fin … Les Espagnols reculent, les tercios sont fractionnés, il y a encore des îlots de résistance, mais le massacre est général. 90 Histoire Événement• n°15
Une troupe qui s’enfuit, qui se disloque, risque encore bien plus qu’une troupe qui reste en cohésion. Les soldats isolés ne peuvent plus se défendre, ils sont occupés à s’enfuir, ils ne savent souvent pas où … C’est à ce moment là qu’ils sont le plus vulnérables, à la merci de ceux à qui ils sont prêts à se rendre ou à tendre le cou … A Rocroi, la bataille avait été rude. … Les Français ne font guère de cadeau. Condé et ses officiers essayent de tempérer. Mais ils ne sont pas partout. Et puis c’est toujours la même chose. Ce sont ceux qui ont le moins fait preuve de vaillance, qui ont eu le moins l’occasion de combattre, qui au moment de la victoire, sont souvent les plus féroces, les plus cupides. Comme pour se venger de leurs angoisses. Et du destin qui a fait que toute leur vie ils sauront que dans cette bataille, ils n’y auront guère participé, même s’ils vont prétendre le contraire à un entourage ébahi. Finalement, Condé réussit à ramener le calme. Les Espagnols se sont rendus ou ont réussi à s’enfuir. C’est désormais l’heure de la comptabilisation du butin. L’herbe est couverte de corps déjà figés et poussiéreux, l’herbe est tâchée de sang. Le soleil peut lui aussi aller agoniser, au loin, à l’horizon, avec ses couleurs rouges, surnaturelles, comme s’il avait envie de vomir. C’est une France moderne et nouvelle, sortie de la Renaissance et de ses paradoxes, qui est sauvée. Elle n’aura de cesse de garder sa première place dans le monde, avec son style français, son perpétuel esprit frondeur et son exception raisonneuse et identitaire. Cette affirmation française la mènera à vouloir dominer le monde un siècle et demi plus tard, dans un autre système de pensée républicain, qui n’a pu s’éclore qu’avec le déclin de l’Espagne et des Habsbourg prouvé à Rocroi. Matthieu Delaygue Histoire Événement• n°15 91



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 1Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 2-3Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 4-5Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 6-7Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 8-9Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 10-11Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 12-13Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 14-15Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 16-17Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 18-19Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 20-21Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 22-23Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 24-25Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 26-27Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 28-29Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 30-31Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 32-33Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 34-35Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 36-37Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 38-39Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 40-41Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 42-43Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 44-45Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 46-47Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 48-49Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 50-51Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 52-53Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 54-55Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 56-57Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 58-59Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 60-61Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 62-63Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 64-65Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 66-67Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 68-69Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 70-71Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 72-73Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 74-75Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 76-77Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 78-79Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 80-81Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 82-83Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 84-85Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 86-87Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 88-89Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 90-91Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 92-93Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 94-95Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 96-97Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 98-99Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 100