Histoire événement n°15 nov/déc/jan 2005
Histoire événement n°15 nov/déc/jan 2005
  • Prix facial : 9,80 €

  • Parution : n°15 de nov/déc/jan 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (125 x 205) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : la bataille de Rocroi (1643).

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
Enghien, qui a vécu près d’eux, qui a la guerre dans le sang, comprend tout cela. Il est prêt à lancer ses troupes inférieures en nombre, en expérience, et en matériel, sur les troupes aguerries du roi espagnol. Parce que ce souverain veut conquérir Paris où règne son beau-frère agonisant, et où sa sœur sera bientôt régente de son neveu, le futur Louis XIV, qui deviendra son gendre. Le 16 mai, le duc d’Enghien lancer son ami Gassion sur Rocroi. Pour entrer dans la ville. A la tête de 1 500 cavaliers. Les Espagnols encerclent pourtant Rocroi. Mais ils n’arrivent pas à empêcher de passer 150 de ces cavaliers, sous les ordres de M. de Saint-Martin, qui entrent acclamés par les habitants et qui vont désormais soutenir la garnison. On peut comparer cette manœuvre avec celle que tenta deux siècles plus tard le général von Manstein pour délivrer von Paulus assiégé par les Soviétiques à Léningrad. Et qui échoua. En dehors du grand froid qu’il y avait en Russie à cette époque de l’année, il est à noter l’échec d’une contreoffensive de chars blindés contre de l’artillerie, des blindés et des fantassins russes. Tandis qu’à l’époque de Louis XIII, il était possible de franchir un barrage avec des chevaux, en passant sous le feu de l’ennemi, et en risquant d’être contré par sa cavalerie. Ce qui explique le succès de Gassion et de Saint-Martin, et deux siècles plus tard l’échec de von Manstein, c’est la puissance de feu qui contrebalance et surpasse le blindage de la cavalerie moderne. A Rocroi, le soldat à cheval bénéficie de la rapidité et de la force cinétique. Ses adversaires, s’ils n’arrivent pas à lui opposer des chevaux, n’ont que des canons, des fusils et des pistolets à faible précision pour l’atteindre. L’assaut est donc fonction de la vitesse et de la puissance du corps à corps à l’arme blanche imposé par les cavaliers. De même que l’artillerie espagnole n’arrive pas à détruire les remparts de la petite garnison, de même la puissance de feu des mousquets espagnols n’arrivent pas à arrêter la manœuvre d’un groupe important de cavaliers. Rocroi est 74 Histoire Événement• n°15
une bataille ou les assauts de la cavalerie vont jouer un rôle essentiel. Désormais la ville assiégée est bien tenue, avec des soldats d’élite. On peut presque dire que la ville est devenue imprenable. Cette première opération surprise rappelle celle que fit Jeanne d’Arc lorsqu’elle arriva devant Orléans et réussit à entrer dans la ville assiégée, avant de combattre les Anglais. Les habitants de Rocroi ont repris confiance. Dès le lendemain, le 17 mai, les assiégés tentent à leur tour une sortie. Ils attaquent un point d’appui des Espagnols. Ces derniers étaient en train d’y creuser un fossé, pour pouvoir ensuite s’approcher et faire sauter une partie des remparts et entrer en force dans la ville. Dans le corps à corps qui eut lieu, à cette occasion, les Espagnols eurent une soixantaines de tués, et perdirent un drapeau qui fut ramené triomphalement dans la ville. Les bourgeois de Rocroi avaient de leur côté perdu leur chef militaire, le notaire Lemoine, qui était mort en brave. En revenant avec ce qui lui restait d’hommes, Gassion fait un bilan avec Enghien. Les Espagnols sont prêts à la bataille. Ils ne semblent pas manœuvrer très rapidement. Il est possible de s’approcher d’eux et proposer le combat. Ils l’accepteront parce qu’ils se sentent sûrs d’eux. Tout se jouera sur l’effet de surprise. Ce que les deux Français ne savent pas, c’est que les troupes d’Espenan sont arrivées pour renforcer Melo avec près de sept mille hommes. Les Espagnols comptent donc que le duc d’Enghien a deux fois moins d’hommes qu’eux, soit entre douze et treize mille. Ils comptent aussi sur l’inexpérience du jeune duc d’Enghien et le manque de professionnalisme de son armée. En fait, les Espagnols sous-estiment trop les troupes à la disposition du duc d’Enghien. Bien commandées, dans le cadre d’offensives fulgurantes, elles vont se révéler pleines d’allant. Les Espagnols auraient tout de même dû faire attention. Ils ont déjà été commotionnés deux fois en deux jours. Avec Histoire Événement• n°15 75



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 1Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 2-3Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 4-5Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 6-7Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 8-9Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 10-11Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 12-13Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 14-15Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 16-17Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 18-19Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 20-21Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 22-23Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 24-25Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 26-27Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 28-29Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 30-31Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 32-33Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 34-35Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 36-37Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 38-39Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 40-41Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 42-43Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 44-45Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 46-47Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 48-49Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 50-51Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 52-53Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 54-55Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 56-57Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 58-59Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 60-61Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 62-63Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 64-65Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 66-67Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 68-69Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 70-71Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 72-73Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 74-75Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 76-77Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 78-79Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 80-81Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 82-83Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 84-85Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 86-87Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 88-89Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 90-91Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 92-93Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 94-95Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 96-97Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 98-99Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 100