Histoire événement n°15 nov/déc/jan 2005
Histoire événement n°15 nov/déc/jan 2005
  • Prix facial : 9,80 €

  • Parution : n°15 de nov/déc/jan 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (125 x 205) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : la bataille de Rocroi (1643).

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
ment, aussi en termes de qualité. Dans une bataille, la plus mauvaise des deux troupes est chassée par la bonne si elle reste en défensive. Si l’on attend l’assaut espagnol, les meilleurs régiments de Melo seront concentrés sur le point qu’ils jugeront le plus faible de l’armée française. Il faut donc les empêcher d’attaquer. En les attaquant eux-mêmes. Parce que le problème d’une troupe moins bien expérimentée que l’ennemi, c’est le risque de débandade. Celui que l’on verra jouer à plein à la fin de la bataille de Waterloo, de la part des Français, alors que les Russes à Borodino avaient reculé mais n’avaient pas fui dans la panique. Etre mobile, pour Condé, cela permettra aussi d’éviter de se faire trop canarder par l’excellente artillerie espagnole. Le maréchal de l’Hôpital oppose alors que c’est bien beau d’attaquer, mais que cela nécessite qu’en face, les troupes ennemies plient devant l’assaut. Et si ce n’était pas le cas. A cet argument-là, il n’y a pas de réponse. Il suffit de se trouver par exemple, face au régiment des housards croates, et l’on est sûr qu’ils se feront hacher menu plutôt que reculer d’un pouce. Ils sont même capables de faire une contreattaque. Mais Enghien continue de vouloir attaquer. Sa pensée est simple : si l’on ne fait rien, on ne sera peut-être pas vaincu. Mais on ne sera pas plus vainqueur. Il faut donc attaquer pour gagner. Même s’il y a un gros risque. C’est peutêtre une chance sur deux, mais il faut la tenter, cette chance. Que se passerait-il si on la laissait passer et que ce soient les Espagnols qui nous attaquent ? Un soldat digne de ce nom doit provoquer l’occasion, et ne pas attendre dans une attente inquiète de répondre à ce que doit faire l’adversaire. Condé est un chef qui veut risquer. Il a le goût de la mort. Il veut cristalliser toute cette violence qu’il voit autour de lui. Sa jeunesse, son grand nom, son côté simple et souriant, en font l’idole de ses hommes. Ils ont eu un engouement de reîtres pour ce jeune garçon, qui a déjà connu l’épreuve du feu, et qui s’est bien comporté. Au lieu de faire le beau à la cour, il est parmi eux, prêt à risquer sa vie pour eux. Cette armée française, comme l’armée espagnole, est vio- 72 Histoire Événement• n°15
Le roi mourut très chrétiennement. Il fit un rêve juste avant de mourir, qui lui apprit que la bataille de Rocroi allait être gagnée. lente et cruelle. Les exactions contre la population locale sont terribles. Dans les deux camps, on rançonne, on torture, on viole, on détruit. La mentalité est celle des grandes compagnies. Même les enfants des paysans ne sont pas à l’abri. Ils sont torturés, pour faire rendre leur or et leur nourriture cachés par leurs pauvres paysans de parents qui ne sont là, sur terre, que pour produire et recevoir des coups. Ces troupes, françaises ou espagnoles, si elles ne se battent pas, deviennent vite infernales. Et le jeune duc d’Enghien, s’il est conscient de son prestige, de la fascination, pourrait-on dire, qu’il exerce sur ces voyous, il sait que l’image du chef vue pas ses hommes change aussi vite que l’attitude du chef. Ces guerriers, même s’ils n’ont pas l’expérience de la guerre de Trente ans, même s’ils ne sont pas aguerris, attendent un vainqueur, et non pas un nouveau général. Ce sont des gens de guerres. Ils ne seront bons qu’utilisés, que si on les envoie risquer leur vie. C’est le lot de tout conflit militaire : les bons chefs ne sont pas ceux qui épargnent la vie de leurs hommes, mais ceux qui les font vibrer et gagner. Peu importe le nombre de morts. Un mort est la chose la plus vite oubliée. Un vainqueur le reste à vie. Et l’on peut même perpétuer son souvenir, longtemps après sa mort. Ces cris de guerre et de victoire, ce sont les Français qui veulent le pousser. Et Histoire Événement• n°15 73



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 1Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 2-3Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 4-5Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 6-7Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 8-9Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 10-11Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 12-13Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 14-15Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 16-17Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 18-19Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 20-21Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 22-23Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 24-25Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 26-27Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 28-29Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 30-31Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 32-33Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 34-35Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 36-37Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 38-39Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 40-41Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 42-43Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 44-45Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 46-47Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 48-49Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 50-51Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 52-53Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 54-55Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 56-57Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 58-59Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 60-61Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 62-63Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 64-65Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 66-67Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 68-69Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 70-71Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 72-73Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 74-75Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 76-77Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 78-79Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 80-81Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 82-83Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 84-85Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 86-87Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 88-89Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 90-91Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 92-93Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 94-95Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 96-97Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 98-99Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 100