Histoire événement n°15 nov/déc/jan 2005
Histoire événement n°15 nov/déc/jan 2005
  • Prix facial : 9,80 €

  • Parution : n°15 de nov/déc/jan 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (125 x 205) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : la bataille de Rocroi (1643).

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
❒ En réserve, Beck et Paliseul avaient cinq mille soldats. Cela faisait au total vingt-huit mille soldats, dont environ neuf mille cavaliers. Avec en prime une excellente artillerie. Le jour de la bataille, les Espagnols aligneront vingt-cinq mille soldats, dont huit mille cavaliers. Les autres constituaient les inévitables patrouilles, troupes d’avant-garde, de ravitaillement, qui assuraient les lignes de communication. De son côté, Enghien bat le rappel de toutes les forces qu’il peut trouver. Il ne lui faut pas, cependant trop en enlever dans les garnisons des places-fortes qui entourent Paris. Les Espagnols ont bien cet avantage de l’attaquant, qui a tout loisir de concentrer ses troupes en un seul point, tandis que l’attaqué est obligé de protéger toute une distance, et donc, de disséminer ses troupes, même au moment d’une bataille. Le premier coup de maître du duc d’Enghien aura été de percer à jour tout de suite la manœuvre espagnole. Son deuxième coup de maître sera d’oser rassembler l’essentiel de ses forces et de suivre au plus près l’ennemi, qui ne bénéficie plus, ainsi, de l’effet de surprise. Son troisième coup de maître, sera d’oser la bataille. Rocroi : la bataille Il lui aurait suffi d’empêcher les Espagnols de prendre Rocroi. De faire une petite percée dans les lignes ennemies, et de renforcer la garnison. Et puis d’attendre. Une armée en campagne coûte cher. Elle subit des désertions. Sans compter les épidémies qui pouvaient en une année tuer entre un tiers et une moitié des troupes confinées dans des logements insalubres, dans une promiscuité où les 70 Histoire Événement• n°15
microbes que l’on ne connaissait pas s’en donnaient d’autant plus à cœur joie, menant une guerre contre l’humain, incessante, et aussi dangereuse que la guerre de Trente ans. Après quelques mois de siège, dans un pays pauvre et maussade, sans grande agriculture, avec des menaces perpétuelles sur les lignes d’approvisionnement causées par les troupes françaises, on pouvait espérer que les Espagnols s’en arrêtent là, et s’en retournent, l’été se terminant, vers la Belgique où ils auraient pu se mettre à l’abri des intempéries. Il n’y avait que le temps de deux saisons à tenir : du milieu du printemps au premières pluies glaciales du milieu de l’automne. Après, les Espagnols prendront leurs positions de repli. C’était l’avis du maréchal de L’hôpital. Il faisait partie de cette école qui voulait ménager la vie de ses hommes. Qui pensait que la guerre doit être une minimisation du risque, et non pas une optimisation des chances de victoire totale. Il en avait trop vu, durant sa vie. Il sait que l’armée française est, pour l’essentiel, rassemblée là, dans ces quelques champs à la terre meuble, dans ces quelques villages et bois, où la terre est mouillée par la brume, même en été, où il fait froid, même quand il fait soleil, et par où toutes les invasions passent, régulièrement, comme si toute l’histoire du monde était une sorte d’invasion régulière de la France ou de la Gaule. Enghien fait le compte de ses troupes à Aubigny. Il a quatorze mille fantassins, et six mille cavaliers. Il est en infériorité numérique. Les Français seront obligés de se battre à quatre contre cinq. Ils ont donc intérêt à attaquer les Espagnols, pour pouvoir faire jeu égal en concentrant le maximum de troupes sur l’attaque, et reprendre ainsi l’avantage du nombre. Enghien va bâtir son raisonnement jusqu’au bout de ce raisonnement logique : Il lui faudra attaquer, toujours attaquer, pour pallier à l’infériorité tout au long de la bataille. C’est une infériorité en terme de masse, mais aussi, malheureuse- Histoire Événement• n°15 71



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 1Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 2-3Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 4-5Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 6-7Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 8-9Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 10-11Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 12-13Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 14-15Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 16-17Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 18-19Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 20-21Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 22-23Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 24-25Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 26-27Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 28-29Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 30-31Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 32-33Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 34-35Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 36-37Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 38-39Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 40-41Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 42-43Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 44-45Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 46-47Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 48-49Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 50-51Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 52-53Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 54-55Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 56-57Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 58-59Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 60-61Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 62-63Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 64-65Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 66-67Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 68-69Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 70-71Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 72-73Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 74-75Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 76-77Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 78-79Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 80-81Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 82-83Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 84-85Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 86-87Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 88-89Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 90-91Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 92-93Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 94-95Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 96-97Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 98-99Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 100