Histoire événement n°15 nov/déc/jan 2005
Histoire événement n°15 nov/déc/jan 2005
  • Prix facial : 9,80 €

  • Parution : n°15 de nov/déc/jan 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (125 x 205) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : la bataille de Rocroi (1643).

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
Ensuite quand l’âme s’en va dans le ciel, le corps du chevalier retourne avec la poussière. De son action, il reste la pureté et le sacrifice pour construire une civilisation occidentale et chrétienne. s’imposer face au protestantisme dont les bateaux cinglaient les mers et présentaient une menace perpétuelle envers tout un état d’esprit et une vision du monde. Ces aristocrates traditionnels rêvaient d’ordre ancien, de chevalerie, et de passion du Christ, fils de la Sainte Vierge, Dieu lui-même, et fils de Dieu, dans la Sainte Trinité où le Saint-Esprit donnait toute sa splendeur magique à un raisonnement surnaturel. Si le roi d’Espagne avait nommé don Francisco de Melo à un tel poste, ce n’était donc pas un hasard. Don Francisco était une sorte de sage, à la fois religieux et visionnaire, profondément empreint des règles et de l’esprit de l’Empire. Il vivait pour son roi. Il était plus politique que soldat. Il représentait parfaitement la volonté de Ferdinand d’Espagne dans ce grand Nord, où la religion était si importante, et où le destin du monde n’était pas militaire, mais politique, puisqu’il s’agissait d’unir les contraires, les gens du Nord et les gens du Sud, dans une même logique : encercler la France, et renvoyer aux limbes sa volonté de pouvoir. Don Francisco n’avait jamais mené de grandes batailles. Il n’avait jamais commandé réellement une armée en état de guerre. Comme tout noble espagnol en bonne santé, il savait se battre, il avait lu des livres de stratégie militaire, il en savait assez pour ne pas faire d’erreurs et être brillant. La chasse était pour tout aristocrate un excellent entraînement 60 Histoire Événement• n°15
à l’art de la guerre. C’était une époque où l’on chassait les sangliers à l’épieu, où l’on n’hésitait pas à affronter les ours des Pyrénées au coutelas. Le monde dirigeant était violent et guerrier. Mais c’est vrai, que, même s’il savait commander et établir une stratégie, le brillant don Francisco n’avait pas l’expérience du terrain. C’était un chef qui ne s’était jamais réellement trouvé en situation de crise, seul et responsable de tous, entouré mais psychologiquement isolé, parce qu’étant seul responsable désigné par son roi et son Dieu. Se rend-il compte de cette lacune que pour l’instant nul ne songe à lui faire sentir ? On ne le sait pas. Un grand chef bénéficier toujours d’un immense prestige avant l’affrontement. Il est très difficile pour ses adjoints de le remettre en question. Parce qu’instinctivement on fait confiance à son cerveau, à son génie. C’est cette magie et la fascination du pouvoir, même chez des guerriers expérimentés, qui a fait perdre de nombreuses batailles. Don Francisco de Melo sait qu’il peut compter sur son excellente armée. Ses cavaliers et ses fantassins sont, pour utiliser un terme anachronique et trivial, des as de la guerre de Trente ans. Tout le monde a le flegme des vieille troupes. Il y a des Espagnols, des Wallons, des Lorrains, des Allemands … Des hommes qui ne plieront pas facilement devant un assaut ennemi. Ils ont survécu à de nombreux combats. Ils ont cette mystique des soldats des Habsbourg, qui avaient l’impression de défendre un ordre ancien et ignoré, comme s’ils étaient soldats du Graal, et que l’on remontait loin dans les légendes de la vieille Europe. Francisco de Melo pouvait compter sur de très bons généraux. Le plus prestigieux, parmi eux, était sans aucun doute le comte de Fontaine. Un nancéien, rattaché par ses liens féodaux aux Habsbourg. Mais comme il avait des terres en France, il aurait pu aussi être officier français et servir Louis XIII. Il avait conscience de cette notion d’Etat français parce qu’il en était proche. Mais il lui en avait préféré une autre. Celle de la vieille Europe. Celle qui voulait l’unité de l’Europe, en la faisant, au nom des Habsbourg. Il avait senti Histoire Événement• n°15 61



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 1Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 2-3Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 4-5Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 6-7Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 8-9Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 10-11Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 12-13Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 14-15Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 16-17Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 18-19Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 20-21Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 22-23Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 24-25Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 26-27Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 28-29Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 30-31Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 32-33Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 34-35Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 36-37Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 38-39Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 40-41Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 42-43Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 44-45Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 46-47Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 48-49Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 50-51Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 52-53Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 54-55Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 56-57Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 58-59Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 60-61Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 62-63Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 64-65Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 66-67Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 68-69Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 70-71Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 72-73Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 74-75Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 76-77Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 78-79Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 80-81Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 82-83Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 84-85Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 86-87Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 88-89Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 90-91Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 92-93Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 94-95Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 96-97Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 98-99Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 100