Histoire événement n°15 nov/déc/jan 2005
Histoire événement n°15 nov/déc/jan 2005
  • Prix facial : 9,80 €

  • Parution : n°15 de nov/déc/jan 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (125 x 205) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : la bataille de Rocroi (1643).

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
d’Artois sont pris par les Français, durant l’été 1640. En septembre de la même année, les troupes du comte d’Harcourt investissent Turin. La guerre navale présente aussi quelques motifs de satisfaction. Les Espagnols sont battus à deux reprises par les Hollandais : en octobre 1639, sur la mer du Nord, et en janvier sur les côtes du Brésil. Le 23 février 1642, le Cortès de Barcelone fait acte d’allégeance à Louis XIII, qui est désigné comme comte souverain de la ville catalane. On le voit : la France résiste malgré tout plutôt bien à la puissante armée européenne et catholique des Habsbourg. Mais c’est surtout par sa diplomatie offensive qu’elle marque des points. Grâce à Richelieu et au père Joseph, un jésuite de choc. Le mariage sans désir Richelieu était d'une vieille famille noble mais sans pouvoir. Il devait sa promotion sociale à ses fonctions de religieux politique, dans un monde où la religion primait moralement sur les autres centres de pouvoir. Il était malade, mais il jouait aussi sur cette maladie pour trouver une osmose avec ce grand dépressif hypocondriaque de Louis XIII. Il est avant tout un personnage affectueux. Sensible. A la limite du sadisme et de la bonté. Ses nerfs sont à fleur de peau, mais ils ne desservent pas son intelligence. Au contraire, ils le rendent plus agressif, plus dur. Ce qui est un atout pour survivre en ce milieu hostile de la cour et de ses intrigues. Il a une seule faille. Dans sa famille, on compte des tarés. Sa sœur est folle à lier. Il y a des jours où elle est persuadée d'être en verre. Alors, elle reste debout, sans oser s'asseoir, parce qu'elle a peur de se briser le derrière. Son mari ne vaut guère mieux. Il est masochiste. Il se soumet corps et âme à une de ses bonnes, qui lui mène la vie dure. Il vit reclus, plongé dans l'empire des sens et de la déraison, dans un vieux château humide où l'on perçoit une atmosphère étrange. La plupart du temps, il ne veut voir personne. Surtout pas son épouse. Ni même sa fille, qu'il trouve laide 50 Histoire Événement• n°15
et stupide. La fille de ces deux êtres baroques, qui semblaient vivre dans un autre monde, est tout aussi étrange que ses parents. Elle est trop maigre et elle est réputée être d’une simplicité d’esprit à toute épreuve. En fait, c’est sa gentillesse, dans ce monde de reîtres raffinés, qui est aussi à toute épreuve. Elle n’est peut-être pas bête, mais trop sensible. Elle fait pitié. Si elle est tolérée, c'est parce qu'elle est la nièce de son oncle. Et si on se méfie d'elle, c'est uniquement parce que l’on redoute son oncle qui la couve d'attentions, parce qu’elle représente pour lui la chair de son sang. Richelieu veut le bonheur de la jeune fille, qui le regarde avec de grands yeux et qui parle peu, parce qu'elle a des difficultés à s'exprimer en des phrases complexes. Zola a décrit dans les Rougon-Macquart l’histoire d’une de ces grandes familles, où l’on voit des particularités déroutantes côtoyer du génie. Richelieu ne se retrouve-t-il pas dans cette jeune fille, fragile, en proie à des fantômes, à des perceptions différentes des choses, comme si elle était déjà dans un autre monde, aux formes différentes, aux sentiments peut-être plus apurés, transformés par une matière à l’aspect non charnel ? La limite entre la grande simplicité et la grande intelligence reste parfois floue. Il suffit d’un léger décalage entre deux loteries génétiques, et l’on passe d’un être crédible et redouté à un être étrange, souvent traité en dérision. La beauté devient alors laideur. Le sentiment n’arrive plus à s’exprimer avec des mots, le vide apparaît comme si les yeux ne portaient plus qu’une lumière éteinte, qui est parfois celle de la folie ou celle d’une anormalité que l’on ne connaît pas, et qui du coup agace, parce qu’elle fait peur. Richelieu a une affection infinie pour sa nièce, qu’il veut la première partout, alors qu’elle est considérée comme une simple d’esprit. Mais derrière le corps au regard étrange, il comprend l’âme. Sa nièce lui permet peut-être de trouver Dieu et son absolu, en lui montrant autre chose qu’un être parfait, apte au combat de la cour et de la politique, mais finalement au cerveau plus social qu’humain. Sa nièce est son repos parce qu’elle est le miroir de son âme. Richelieu, ambitionne un grand mariage pour la jeune Histoire Événement• n°15 51



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 1Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 2-3Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 4-5Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 6-7Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 8-9Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 10-11Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 12-13Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 14-15Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 16-17Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 18-19Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 20-21Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 22-23Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 24-25Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 26-27Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 28-29Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 30-31Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 32-33Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 34-35Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 36-37Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 38-39Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 40-41Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 42-43Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 44-45Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 46-47Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 48-49Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 50-51Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 52-53Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 54-55Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 56-57Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 58-59Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 60-61Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 62-63Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 64-65Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 66-67Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 68-69Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 70-71Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 72-73Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 74-75Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 76-77Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 78-79Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 80-81Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 82-83Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 84-85Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 86-87Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 88-89Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 90-91Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 92-93Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 94-95Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 96-97Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 98-99Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 100