Histoire événement n°15 nov/déc/jan 2005
Histoire événement n°15 nov/déc/jan 2005
  • Prix facial : 9,80 €

  • Parution : n°15 de nov/déc/jan 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (125 x 205) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : la bataille de Rocroi (1643).

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
ment contradictoire, une preuve d’une violence inhumaine et excessive, pour ainsi dire inutile, et que n’explique que le sadisme momentané des hommes en guerre. L’exemple de la prise de Rottenburg est exemplaire à ce sujet : la ville n’est pas dévastée, la population n’est pas ruinée ni réduite en une sorte d’esclavage, uniquement parce que le général Tilly est ce jour-là de bonne humeur et qu’il a envie de voir comment un édile supporte trente litres de vin bus cul sec. C’est dérisoire et baroque. Cela correspond à toute cette mentalité d’avant le siècle des lumières, d’avant Hegel, et d’avant la photographie. On se permettait beaucoup. Mais surtout, beaucoup moralement était permis. On ne se formalisait pas trop pour un tel acte d’humiliation, parce que l’acte même avait une publicité limitée puisqu’il n’était que très mal propagé. Il s’ensuivait que la plupart des rapports humains reposait sur des rapports personnels, plus intimes, moins formels, souvent plus extrêmes, voire malsains, mais peutêtre aussi parfois plus profonds, parce qu’étant donné qu’il y avait moins de normes à respecter, il y avait moins d’indifférence envers l’autre. Et il est difficile d’admettre que la guerre était un massacre généralisé, comme le seront les guerres totalitaires ou les guerres modernes avec leur puissance de feu supérieures à ce qu’il y a besoin pour détruire toute vie, Et peut-on vraiment parler d’inégalité ? Quel fils ou neveu de chef d’Etat, de par la monde, va prendre le commandement des armées pour se battre au premier rang, à l’endroit le plus exposé, pour montrer l’exemple et entraîner ses hommes ? C’est ce que fera le duc d’Enghien à Rocroi. C’est ce qui le rendra si proche de l’absolu et de la légende parfaite. C’est ce sentiment chevaleresque du dévouement qui compense le sentiment d’inégalité que l’on tire historiquement de cette époque. C’est là un sentiment qui tenait toute l’Europe, qui était consciente à la fois de son identité culturelle, de sa puissance et de son modernisme. Condé, Richelieu, les Bourbon et les Habsbourg raisonnent en princes et rois humains, dont les actes doivent répondre d’un humanisme. Le seul problème que Descartes, officier d’artillerie, a au sujet de sa conscience, c’est qu’il ne sait pas si elle existe ailleurs que dans sa perception, et il ne la 42 Histoire Événement• n°15
trouve définie que parce qu’il a un raisonnement logique. Descartes est l’officier type qui encadrait les troupes de cette époque : un homme réfléchi, méthodique, sans vouloir faire un mot d’esprit. Un tel homme ne tue pas la population d’un village par plaisir d’avoir un peu de butin et quelques femmes pour quelques nuits. C’est peut-être ce qui explique le mieux le paradoxe de cette époque emplie d’ombres et de lumières, parcourue des frissons de la foi et de l’extase des sentiments … Ils avaient tous le sentiment profond de l’amour, de la passion, de la religion et de l’âme. Ils étaient aussi durs envers eux-mêmes qu’envers les autres, aussi exigeants …. Le temps de Condé et de Richelieu, c’est aussi celui de Racine, de Corneille et de la carte du tendre. C’est celui de ces peintures qui montre la beauté des visages et des corps, parce que l’artiste comme l’aristocrate, comme le chef de guerre, est avant tout un esthète de l’âme. La guerre sans bataille Richelieu et Louis XIII vont se servir de la guerre de Trente ans pour tenter de fractionner et de réduire l'empire des Habsbourg. Comme ceux-ci sont catholiques, l'alliance française se fera avec les Protestants allemands, scandinaves et hollandais. La confrontation a des enjeux maritimes extrêmement importants : il faut contrôler les mers : Méditerranée, Atlantique, mer du Nord, et Baltique. C'est là tous les enjeux stratégiques de l'Europe moderne. La guerre de Trente ans sera ainsi une guerre qui préfigure les conflits modernes par ses objectifs La bataille de Rocroi préfigure les combats modernes. En France, elle se déroulera d'ailleurs sur les terres mêmes des guerres modernes du vingtième siècle entre Français et Allemands : le but militaire pour la monarchie française est de bloquer les envahisseurs sur les marches de l'Est. Car celles-ci constituent une sorte de vaste plaine qui présente stratégiquement le maillon faible de notre défense depuis les premières invasions connues de la Gaule par les Celtes. Histoire Événement• n°15 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 1Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 2-3Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 4-5Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 6-7Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 8-9Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 10-11Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 12-13Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 14-15Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 16-17Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 18-19Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 20-21Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 22-23Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 24-25Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 26-27Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 28-29Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 30-31Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 32-33Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 34-35Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 36-37Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 38-39Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 40-41Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 42-43Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 44-45Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 46-47Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 48-49Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 50-51Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 52-53Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 54-55Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 56-57Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 58-59Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 60-61Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 62-63Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 64-65Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 66-67Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 68-69Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 70-71Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 72-73Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 74-75Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 76-77Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 78-79Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 80-81Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 82-83Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 84-85Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 86-87Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 88-89Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 90-91Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 92-93Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 94-95Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 96-97Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 98-99Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 100