Histoire événement n°15 nov/déc/jan 2005
Histoire événement n°15 nov/déc/jan 2005
  • Prix facial : 9,80 €

  • Parution : n°15 de nov/déc/jan 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (125 x 205) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : la bataille de Rocroi (1643).

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
des victoires avec des troupes largement inférieures en nombre à celle de l'armée catholique. Pour remplacer les nobles protestants, les rois catholiques et Valois anoblirent donc des soldats qui n'avaient pas la valeur des officiers protestants. Une fois la paix revenue, ces officiers restèrent dans l'armée royale. Henri IV en licencia les plus mauvais, mais il fut bien obligé d'en garder une masse, qui n’avait toujours pas le niveau de ses officiers protestants. Cela faisait partie du consensus du nouveau régime consacré par l’Edit de Nantes. Le niveau moyen de l'armée française allait s'en ressentir, à la génération d'après, sous Louis XIII. La constitution d’une armée est en effet le produit d’une lente et subtile alchimie. Il faut parfois une génération entière pour donner une cohésion à un corps de troupe, afin qu’il puisse devenir une armée d’élite. Les mauvais chefs du présent donnent les mauvais soldats du futur. Et le mauvais chef n’est pas forcément un très mauvais chef. De même qu’une mauvaise troupe n’est pas forcément une très mauvaise troupe. Il suffit qu’elle soit simplement un peu moins bonne que la troupe adverse qu’elle rencontre, ou que son chef prenne une décision un peu moins brillante que le chef adverse, et cela suffit de transformer en déroute une masse importante d’hommes. La bonne qualité d’une armée nécessite pour sa survie une exigence et une perfection totale. Car la guerre est le monde le plus concurrentiel qu’il soit. Le grand problème de l’armée française du temps de Richelieu sera d’être d’une qualité trop moyenne. On le voit lors du siège de la Rochelle, qui dure bien trop de temps pour que l’on puisse parler d’une grande victoire des troupes royales. On le voit aussi lors du siège de Perpignan. Richelieu et Louis XIII étaient des organisateurs de talent bien plus que des guerriers. Le roi guerrier qui marquera d’ailleurs cette époque sera Gustave-Adolphe de Suède. L’autre grand homme de guerre et de politique sera l’Anglais Cromwell. Toute la stratégie de Richelieu sera de faire la guerre le moins possible contre les Autrichiens ou les Espagnols, et de payer les Suédois et les protestants pour la faire à sa place. Peut-être par souci de préserver les for- 38 Histoire Événement• n°15
ces françaises. Mais certainement parce qu’il redoute le résultat d’un affrontement. Parce qu’il doute de son armée, ainsi que ses contemporains l’on rapporté. L’union européenne des Habsbourg au temps de Rocroi et de Condé Les Habsbourg possédaient en grande partie la vieille Europe catholique.. Tandis qu’une branche des Habsbourg tient le rôle de maison impériale pour le Saint Empire romain germanique, la seconde branche, jumelle et animée de la même mystique politique, vit dans ses palais de Madrid, avec une zone d’influence qui va de la Belgique aux mines d’Amérique du Sud, Les Habsbourg possédaient un très vaste empire, ils étaient reconnus empereurs de très grands territoires, qui constituaient presque une union européenne, aussi importante que celle que nous connaissons à l’heure actuelle, mais bien plus forte parce qu’elle avait une direction militaire théocratique. Leur seule difficulté résidait à contrôler cette immense étendue. En particulier, ils ne pouvaient pas imposer leur vision politique au Nord de l’Allemagne. Pour l'instant, en 1643, l'Allemagne est constituée de près de 300 états qui son en rivalité ou en état de méfiance les uns avec les autres. Le reste de l'Europe appréciait cette situation éclatée et parlait de confusion instituée par le très divin. En fait, c’était le vieux système tribal des Germains, qui laissera les peuples allemands se fractionner en une multitude de petits royaumes et de principauté. Les Habsbourg, trop méridionaux, ne purent jouer le rôle centralisateur des rois de France qui partirent du Nord, de la Picardie et de la Champagne pour essaimer sur le reste de notre pays. Ils étaient reconnus empereurs par les populations gothiques en tant que représentants d’un ordre ethnique et germain, mais ils n’arrivaient pas à passer à la dimension politique d’une fédération de toutes les Allemagnes, ce que réussira à faire le pangermanisme quelques temps, quelques générations Histoire Événement• n°15 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 1Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 2-3Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 4-5Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 6-7Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 8-9Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 10-11Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 12-13Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 14-15Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 16-17Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 18-19Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 20-21Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 22-23Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 24-25Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 26-27Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 28-29Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 30-31Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 32-33Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 34-35Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 36-37Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 38-39Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 40-41Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 42-43Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 44-45Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 46-47Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 48-49Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 50-51Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 52-53Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 54-55Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 56-57Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 58-59Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 60-61Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 62-63Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 64-65Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 66-67Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 68-69Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 70-71Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 72-73Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 74-75Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 76-77Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 78-79Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 80-81Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 82-83Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 84-85Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 86-87Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 88-89Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 90-91Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 92-93Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 94-95Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 96-97Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 98-99Histoire événement numéro 15 nov/déc/jan 2005 Page 100