Histoire événement n°10 HS mai/jun/jui 2004
Histoire événement n°10 HS mai/jun/jui 2004
  • Prix facial : 2,50 €

  • Parution : n°10 HS de mai/jun/jui 2004

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (125 x 205) mm

  • Nombre de pages : 102

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : Europe, une histoire française.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 78 - 79  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
78 79
Richelieu a gagné son image de papiste en restreignant les libertés protestantes contractualisées par Henry IV. Mais il ne faisait ainsi que continuer la politique de Henry IV qui était de définir la France en indépendance des Habsbourg. Le siège de la Rochelle ne fut causé que par les alliances conclues entre Anglais, Espagnols et certains militaires protestants qui tenaient justement cette place de La Rochelle. Le but du siège de la ville était non pas d’imposer une nouvelle religion aux habitants de la ville, mais d’arriver à ce que leur place forte soit définitivement acquise au roi de France. La preuve en est que les autres villes protestantes de France refusèrent de soutenir leurs coreligionnaires assiégés de La Rochelle, et restèrent fidèles au roi et au cardinal. Beaucoup des habitants de La Rochelle restèrent, même durant le siège, à l’intérieur de la ville, fidèles au roi. Parmi les troupes royales qui prirent la ville, il y avait aussi des militaires protestants, comme le maréchal de Bassompierre, toujours restés fidèles à Louis XIII. Les rois et leurs hommes liges ont toujours été soucieux de constituer la France. De la souder autour d’un système fort, qui puisse la sécuriser. Les régions de la France sont tellement différentes entre elles, que la tentation de ses ennemis ont toujours été de la tronçonner. Lille est plus proche de la Belgique, Nice de l’Italie, Strasbourg et Nancy de l’Allemagne, et le Sud-Ouest de l’Espagne, que de Paris et l’île de France. Les patois sont fort différents. En Provence, on parle provençal, en Alsace-Lorraine, on parle allemand, et les langues picardes, proches de l’Allemagne et des Flandres, se véhiculent presque jusqu’aux portes de Paris. La France, c’est peut-être un peuple qui se constitue, mais c’est aussi, et surtout, un peuple qui peut encore éclater. Seul le travail centralisateur des rois, puis de la République et de l’empire éviteront cet éclatement qui sera encore recherché par les Allemands lors de l’occupation de la seconde guerre mondiale. Et c’est encore ce qui est redouté par la pensée souverainiste, avec la composition actuelle de l’Union Européenne. 76 Histoire Événement• Hors-série n10
La France, c’est finalement un pouvoir royal aidé de quelques seigneurs de la cour qui se passionnent pour cette optique franco-française qui sera le moule fondateur de l’exception française. Par leur brio, ils arrivent à imposer leur volonté au reste des élites de la nation, qui pourraient fort bien, sinon, prendre leur inspiration identitaire dans des pays limitrophes. L’esprit français Cette ambiance typiquement française fit la renommée de la France dans l’Europe entière. Mais elle reposait au départ sur une relativisation des contraintes morales que prônait officiellement le Vatican. Même si dans la pratique, les mœurs étaient tout aussi brillantes et relâchées à Rome qu’à Paris. Mais l’art français de l’ancien régime fut le raffinement et la drôlerie affichée sans tabou. Le coq gaulois chante parce qu’il est en situation fondamentale de faiblesse face à la nature hostile du monde. Il sait à chaque instant qu’il peut être tué, découpé, dévoré, et que de lui, il ne restera plus qu’une histoire dont bientôt personne ne se souviendra. C’est cette angoisse identitaire qui exprime le mieux l’art français. Avec ses tableaux qui mélangent les lumières et ne sont jamais figés dans une simple représentation de la vérité. Parce que la France et son esprit sont obligés de se projeter, pour exister hors des rapports de force de la réalité qui ne jouent pas forcément en leur faveur. Le roman français est de nature critique. Il polémique toujours sur les modèles sociaux existants, parce qu’aucun modèle ancien ne peut correspondre à l’épanouissement et l’apaisement de la réalité française. Personne ne peut se reconnaître dans la bourgeoisie dépeinte par Zola ou Flaubert, dans l’aristocratie peinte par Marivaux ou Beaumarchais. Ou dans ces demi-aventuriers du réel que sont les personnages joués par la comédie française, si bien Histoire Événement• Hors-série n°10 77



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 1Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 2-3Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 4-5Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 6-7Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 8-9Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 10-11Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 12-13Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 14-15Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 16-17Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 18-19Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 20-21Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 22-23Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 24-25Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 26-27Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 28-29Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 30-31Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 32-33Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 34-35Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 36-37Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 38-39Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 40-41Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 42-43Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 44-45Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 46-47Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 48-49Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 50-51Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 52-53Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 54-55Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 56-57Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 58-59Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 60-61Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 62-63Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 64-65Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 66-67Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 68-69Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 70-71Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 72-73Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 74-75Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 76-77Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 78-79Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 80-81Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 82-83Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 84-85Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 86-87Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 88-89Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 90-91Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 92-93Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 94-95Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 96-97Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 98-99Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 100-101Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 102