Histoire événement n°10 HS mai/jun/jui 2004
Histoire événement n°10 HS mai/jun/jui 2004
  • Prix facial : 2,50 €

  • Parution : n°10 HS de mai/jun/jui 2004

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (125 x 205) mm

  • Nombre de pages : 102

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : Europe, une histoire française.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
Homme d’aventure, le hidalgo n’hésite pas à partir avec quelques dizaines de compagnons pour conquérir un pays à l’autre bout des mers. Son courage lui tient lieu de mystique. Pour le raisonnement religieux, il applique la foi de la Sainte Inquisition. Il est avant tout un soldat politique, parce qu’il est armé d’un discours théologique qui rejoint les grandes extases des grands saints d’Espagne. Cela donne un sens tout particulier à son combat parce qu’il incarne un peuple en marche vers Dieu en dehors de toute contingence. Cela lui fera écharper la brillante armée napoléonienne au moment de son apogée en 1809. Nombre de révolutionnaires des Cuba et Amérique du Sud de notre vingtième siècle seront d’ailleurs descendants de ces Hidalgos. Dans cette Espagne de tradition, où des villages entier étaient peuplés de paysans nobles depuis les Wisigoths, le monde n’était pas vu comme une gloire personnelle, mais comme l’application unique de celle de Dieu. L’homme devait s’y soumettre. C’était son principal droit. Il devait s’y sacrifier. C’était sa principale vertu. Se souvient-on que la guérilla contre les armées françaises se fit sans chef connu, parce que tout le monde y participait, pour la plus grande gloire de Dieu ? Les chefs se créaient sur le terrain. Le noble pouvait obéir au garçon boucher. Le prince restait anonyme parce qu’il se voulait l’égal de ses compagnons de combat. C’était tout un peuple qui luttait contre Napoléon l’hérétique. L’individualisation du chef ou du héros ne comptait pas face à la mystique collective et guerrière des combattants. On se battait, mais on ne donnait pas son nom. Parce que son âme était déjà rattachée à d’autres âmes, à d’autres vies sur d’autres terres. La guerre était restée le chemin du paradis. Cette passion de la guerre mêlée à celle du Christ existait certes dans toute l’Europe combattante de l’Ancien régime. Mais jamais elle ne sera aussi exacerbée que dans la péninsule ibérique. Dans ces terres où Saint-Jean de la Croix et Sainte-Thérèse d’Avila priaient Dieu en des exta- 68 Histoire Événement• Hors-série n10
ses mystiques qui duraient des heures… Mais cet or était devenu stérile pour les conquérants. Comme si une malédiction les poursuivait. Comme si le sucre et le miel ne pouvaient que pourrir les dents des jolies femmes de la cour. Comme si l’aventurier ne pouvait croire à son enrichissement, à moins de perdre le sens de son aventure et de son honneur. Marqués par leurs traditions agraires et aristocratiques, les Espagnols étaient plus des guerriers gardiens de chèvre que des soldats laboureurs. Leur passion n’était pas tellement de produire. Cela était peut être dû au caractère même du peuple espagnol, plus tourné vers des traditions mystiques qu’industrieuses, plus carthaginoises que romaines, plus baroques que rationnelles. Cela pouvait être aussi dû, tout simplement, à la pauvreté de la terre, qui était moins fertile que celle de la Beauce ou des Flandres et qui n’avait pas donné ces lignée de riches producteurs que l’on rencontre dans les régions pluvieuses et fertiles de l’Europe. Sully aura sa fameuse phrase : labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France. Ce ministre protestant d’Henry IV appartenait avant l’heure à cette école physiocratique du dix-huitième siècle, qui ne voyait de richesse que dans la production agricole des sols, et qui ne saura détrônée que par les doctrines libérales et marxistes, qui ne virent de richesse que dans la valeur du travail humain. De cet échec de la politique mercantilisme, les théoriciens futurs de l’économie virent une leçon essentielle à retenir : Se méfier de l’influence des monnaies sur l’économie. Restreindre, ou tout au moins contrôler avec rigueur, la masse des monnaies. Pour éviter de tomber dans ce piège que les Espagnols ne surent éviter : des dépenses de consommation supérieures au production. Et l’appauvrissement lent et irrémédiable d’un immense empire qui n’était pas caractérisé par un goût prononcé pour l’économie. Histoire Événement• Hors-série n°10 69



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 1Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 2-3Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 4-5Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 6-7Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 8-9Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 10-11Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 12-13Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 14-15Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 16-17Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 18-19Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 20-21Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 22-23Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 24-25Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 26-27Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 28-29Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 30-31Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 32-33Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 34-35Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 36-37Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 38-39Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 40-41Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 42-43Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 44-45Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 46-47Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 48-49Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 50-51Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 52-53Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 54-55Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 56-57Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 58-59Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 60-61Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 62-63Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 64-65Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 66-67Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 68-69Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 70-71Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 72-73Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 74-75Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 76-77Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 78-79Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 80-81Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 82-83Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 84-85Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 86-87Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 88-89Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 90-91Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 92-93Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 94-95Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 96-97Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 98-99Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 100-101Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 102