Histoire événement n°10 HS mai/jun/jui 2004
Histoire événement n°10 HS mai/jun/jui 2004
  • Prix facial : 2,50 €

  • Parution : n°10 HS de mai/jun/jui 2004

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (125 x 205) mm

  • Nombre de pages : 102

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : Europe, une histoire française.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
mencera le règne absolu des philosophes, qui posèrent d’autres questions, et s’offrirent le luxe de traiter la religion comme une question parmi tant d’autres. Descartes, Pascal, Montaigne, ne sont pas des religieux. Descartes est un officier d’artillerie, Montaigne un agriculteur, Pascal un mathématicien, Spinoza un opticien. Les sermons de Bossuet seront beaux, mais ne resteront que jolis parce qu’ils seront obligés de cultiver la forme plus que le fond du raisonnement, prouvant que l’Eglise était sur la défensive intellectuelle. La magie prit alors plus de place dans les esprits. Mais comme une science, comme un savoir qui permettait de développer d’autres connaissances, permettant à l’homme de prendre mieux conscience de son intelligence. L’être humain devait désormais trouver en lui-même les secrets du monde qu’il cherchait. Il n’avait plus besoin de passer par la case des dogmes religieux. Cette déjà vieille religion chrétienne entrait dans une perception sensible de sa forme, contrôlée par des règles morales, remise en question, certes, par la vigueur de la révolte intellectuelle du protestantisme. Mais sur le fond du raisonnement, il se passe autre chose. On commence à regarder les affirmations bibliques ou théologiques avec recul. On les respecte toujours, un peu comme les adultes, de nos jours, se rappellent leurs croyances d’enfants au père Noël. La résurgence de l’Europe du Nord et du rationalisme Et cela sera la lente victoire de l’esprit de la Gnose sur les mentalités, préparant ainsi au monde moderne, tellement ouvert sur la connaissance individuelle, tellement rétracté sur la notion d’ordre immuable du monde. Le libre arbitre et l’expérience scientifique vont mieux nous faire comprendre les mystères de la vie. La religion reste là plantée dans le décor, mais on commence à ne vouloir l’utiliser 22 Histoire Événement• Hors-série n10
plus que pour la foi du charbonnier, réservée en fin de compte, à ceux qui clôturent le débat sans vouloir ou sans pouvoir, prendre l’effort de réfléchir. La religion perd indiciblement sa valeur de dogme et de norme sur l’ensemble du raisonnement et de l’action humaine. C’est le début de l’ère scientifique et moderne. Tous ces dirigeants intellectuels, politiques ou militaires, à partir de la Renaissance ont conscience de ces passerelles théologiques qui leur ont permis d’arriver au pouvoir. Ils affichent toujours une foi merveilleuse devant les mystères divins. Mais ils prennent acte qu’ils sont sur terre pour appliquer une volonté de puissance qui est supérieure, dans les faits, aux principes de la foi. Les différences entre les religions sont ramenés à des variantes sur les détails de leur application. Ce qui compte, c’est autre chose, c’est l’unité du pouvoir, la mentalité nouvelle des rapports sociaux, qui deviennent aussi pratiques et concrets qu’une expérience de physique. Le siège de La Rochelle, la révocation de l’Edit de Nantes auront pour motif essentiel, non pas la foi, mais l’unité de ce même royaume, afin de le rendre solide et inattaquable de l’intérieur. On retrouve le vieux principe monarchique : une terre, une religion, un roi. Mais il s’applique comme une vertu nationale, et non plus métaphysique. Les querelles théologiques, même si elles servent d’étendard, sont désormais encore plus marquées par les intérêts de la géostratégie. C’est pour cela qu’il n’y aura pas de nouvelles croisades. On cherche l’intérêt du commerce et le confort de la civilisation plus que l’esprit d’aventure mystique. Les colonies de l’autre côté des mers sont un champ de bénéfices matériels, et non pas un objectif spirituel. Jérusalem ne présente aucun intérêt. On la laisse aux Turcs. Les Musulmans tiennent toujours Tunis et Alger. Ils ont établi des bases de piratage dans leurs ports principaux. On négociera avec eux le rachat des captifs qui en valent la peine. On économise les hommes. On ne se bat plus pour une foi. Mais dans un calcul purement rationnel. Pour les inté- Histoire Événement• Hors-série n°9 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 1Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 2-3Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 4-5Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 6-7Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 8-9Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 10-11Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 12-13Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 14-15Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 16-17Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 18-19Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 20-21Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 22-23Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 24-25Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 26-27Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 28-29Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 30-31Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 32-33Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 34-35Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 36-37Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 38-39Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 40-41Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 42-43Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 44-45Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 46-47Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 48-49Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 50-51Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 52-53Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 54-55Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 56-57Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 58-59Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 60-61Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 62-63Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 64-65Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 66-67Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 68-69Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 70-71Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 72-73Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 74-75Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 76-77Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 78-79Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 80-81Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 82-83Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 84-85Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 86-87Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 88-89Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 90-91Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 92-93Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 94-95Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 96-97Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 98-99Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 100-101Histoire événement numéro 10 HS mai/jun/jui 2004 Page 102