Gazette des Armes n°475 mai 2015
Gazette des Armes n°475 mai 2015
  • Prix facial : 6,50 €

  • Parution : n°475 de mai 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 44 Mo

  • Dans ce numéro : le centenaire du Chauchat.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Une variante peu courante de P.38 : Un modèle de police de fin de guerre Adopté à la veille de la Seconde Guerre mondiale, le pistolet P.38 n’entra en dotation qu’assez lentement dans la Wehrmacht, du fait du ralentissement de sa production au profit d’armes plus prioritaires au moment de la déclaration de guerre de 1939. Après la victoire de 1940 sur la France, les fabrications prirent toutefois un rythme plus rapide chez les trois fabricants chargés de produire ces armes : Walther, Spreewerke et Mauser. Pistolet P.38 code svw45, fabriqué par Mauser en fin de guerre pour la police. Cette arme comporte un mélange de pièces bronzées (comme le canon) et parkérisées (comme la carcasse et la glissière) qui lui valent le surnom de « dual tone » (bicolore) dans le langage international des collectionneurs. L’arme voisine ici avec son chargeur supplémentaire et des cartouches à balle à noyau d’acier (Patronen 08m.E), identifiables à la couleur noire de leurs projectiles.(Photo : N.V.) 28 Gazette des armes n°475 Texte et photos : Luc Guillou Les différentes polices existant en Allemagne avaient été regroupées en 1936 sous l’autorité du Reichsführer SS Heinrich Himmler. Ce dernier les organisa par décret du 26 juin 1936 en deux composantes : l’Ordnungspolizei (en abrégé Orpo police régulière), composée de policiers en uniforme chargés de l’ordre public et la Sicherheitspolizei (en abrégé Sipo ou police de sécurité) composée des policiers en civil de la police criminelle (Kripo) et de la police secrète d’état (Gestapo). La police : un attributaire non prioritaire de l’armement Après être passées sous la puissante tutelle du Reichsführer SS, les polices allemandes qui
n’avaient jusque là été dotées que d’armes déjà anciennes ou de surplus de l’armée, bénéficièrent des crédits leur permettant d’acquérir enfin des armes neuves de qualité : P.08 neufs commandés chez Mauser pour les policiers en uniforme et pistolets Walther PP et PPK aux fonctionnaires en civil et aux policiers de haut rang préférant porter une arme moins encombrante que le P.08. Dès le début de la seconde guerre mondiale, les armes de fabrication neuve furent réservées en priorité à la Wehrmacht, alors que dans le même temps, la police se voyait confier la mission de maintenir l’ordre à l’intérieur de l’Allemagene et dans les territoires occupés. Des régiments de police, composés de policiers mobilisés furent envoyés dans les territoires occupés 1, sur les arrières de la Wehrmacht en Russie pour assurer la lutte contre les partisans et la préservation de l’ordre public dans toutes les zones occupées. Comme toutes les unités opérant essentielement à l’arrière du front, ces régiments de police sont équipés d’armes autrichiennes ou d’armes tchèques, polonaises ou russes de prise ou d’armes allemandes datant de la première guerre mondiale. Les fabrications neuves des usines allemandes sont en effet attribuées en priorité aux unités de la Wehrmacht opérant en première ligne. On comprend que dans ces circonstances, les armes très récentes comme le P.38 ne furent attribuées qu’en quantités homéopathiques à la police et qu’elles ne furent très probablement attribuées qu’à quelques unités particulièrement favorisées. Un P.38 Mauser de fin de guerre Le P.38 présenté dans cet article est marqué du code svw attribué en 1945 aux usines Mauser d’Oberndorf en remplacement du code byf qu’elles employaient depuis 1941.Ce pistolet présente également une finition bicolore assez caractéristique de cette période. En fin de guerre, deux types de finition étaient utilisées pour les pièces d’arme : bronzée ou parkérisée 2. Les P.38 de cette période peuvent donc être soit bonzés, soit parkérisés, soit compor- 1 La quatrième division SS appelée « SS Polizeidivision » était en réalité une division d’infanterie SS créée en 1939, qui doit son nom au fait qu’elle était en partie composée de policiers engagés dans la Waffen SS. 2 Méthode de protection du métal, aussi appelée « posphatage », consistant à faire bouillir les pièces dans un bain d’acide phosphorique additionné de diverses particules métalliques. Report du numéro de série sur les différentes parties de l’arme.(Photo : N.V.) ter (comme l’arme examinée) un mélange de pièces ayant reçu l’une ou l’autre de ces finitions : la coexistence de la teinte grisvert de la parkérisaton et du noir bleuté du bronzage a fait baptiser les armes ainsi traitées du nom de « dual tone » par les collectionneurs américains. Ce P.38 « dual tone » portant le code svw45, présente une autre particularité, tout à fait rare : il est frappé d’un poinçon d’acceptation de la police allemande. Vrai ou faux ? Certains poinçons augmentent l’intérêt d’une pièce en en faisant une variante rare. C’est souvent le cas des poinçons d’acceptation de la police, qui peuvent accroître sensiblement la valeur marchande d’une arme. Jusqu’à une époque récente, avant d’acquérir une pièce se distinguant par un marquage intéressant, les collectionneurs se contentaient Insigne de bras porté par les unités de police en uniforme sous le troisième Reich. (D.R.) Détail des poinçons d’épreuve et d’acceptation. Les deux nuances de finition : bronzée sur le canon et parkérisée sur la carcasse et la glissière apparaissent bien sur cette photo. On distingue également le marquage « svw45 » sur la glissière.(Photo : N.V.) La Gazette des armes n°475 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 1Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 2-3Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 4-5Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 6-7Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 8-9Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 10-11Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 12-13Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 14-15Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 16-17Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 18-19Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 20-21Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 22-23Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 24-25Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 26-27Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 28-29Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 30-31Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 32-33Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 34-35Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 36-37Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 38-39Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 40-41Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 42-43Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 44-45Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 46-47Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 48-49Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 50-51Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 52-53Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 54-55Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 56-57Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 58-59Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 60-61Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 62-63Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 64-65Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 66-67Gazette des Armes numéro 475 mai 2015 Page 68