Gazette des Armes n°474 avril 2015
Gazette des Armes n°474 avril 2015
  • Prix facial : 6,50 €

  • Parution : n°474 de avril 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 45 Mo

  • Dans ce numéro : P.38 contre Tokarev.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
Les pistolets de ½ arçon pour la Gendarmerie 36 Gazette des armes n°474 Modèles 1816 et 1822 Texte : Jack Pellissier - Photos : Les photographes du Golfe Les pistolets de ½ arçon de Gendarmerie, s’ils connurent dans leur quasi totalité une mise à percussion après 1840, ne furent par contre jamais mis en rayures compte tenu de leur faible longueur de canon. Dans leur version originale à silex, ils sont de la plus grande rareté et leur examen, quand on en retrouve l’un ou l’autre, revêt donc un intérêt majeur. FICHE TECHNIQUE MODELE 1816 Longueur totale de l’arme 24, 30 centimètres Longueur du canon (hors 12, 8 centimètres queue de culasse) Longueur de la queue de 3, 5 centimètres culasse Calibre 15, 2 millimètres Longueur de la baguette 12, 7 centimètres. Poids total de l’arme 0, 670 kg Le pistolet de Gendarmerie modèle 1816 Canon à âme lisse. toutes garnitures fer ; bassinet laiton à pare feu ; batterie de type An IX ; monture noyer. Tout en gardant les proportions générales de ses homologues anciens de 1770 et de l’An IX, il s’en distingue sans équivoque par l’aménagement nouveau de ses dispositions extérieures. Long au total de 24, 3 centimètres, sa monture est à fût court dégageant à l’extrémité le canon sur 4 centimètres et sa crosse est nettement plus « pentue ». Le canon pour sa part fait 12, 8 centimètres hors queue de culasse. Il est à cinq pans courts sur environ 2 centimètres puis rond jusqu’à la bouche. Il est au calibre de 15, 2 millimètres et à âme lisse et le restera même une fois transformé à percussion alors que les pistolets de cavalerie Le pistolet de ½ arçon de Gendarmerie Modèle 1816. Vue d’ensemble de l’arme, de droite et de gauche. ayant subi cette opération connaîtront pour la plupart une mise en rayures à partir de 1860. La queue de culasse, longue de 3, 5 centimètres pour 1 de large est nettement marquée M le 1816 à l’avant de la vis de fixation de l’ensemble sur l’écusson de sous garde à l’opposé. Le pan latéral supérieur gauche est bien datée de l’année de fabrication, soit 1818. Le millésime de fabrication 1818 sur le pan supérieur gauche du canon.
Sur son homologue à droite on relève un poinçon P dans un ovale, référence probable au réviseur JB Poncelet qui fut en fonction à la manufacture de Maubeuge des débuts de la Restauration jusqu’à la fermeture définitive de l’entreprise en 1836. Longue de 10 centimètres pour 2 dans sa plus grande largeur entre le chien et le bassinet, la platine est à corps rond à l’arrière et plat à l’avant avec le pourtour biseauté à ce niveau. Entre la base du chien et l’arrière du ressort de batterie, elle est très nettement marquée sur deux lignes en caractères cursifs : De la Maréchaussée d’Ancien Régime à la Gendarmerie Nationale… Un peu d’histoire La Maréchaussée royale, déjà profondément remaniée par les deux décrets des 18 août et 22 septembre 1790, devient Gendarmerie Nationale avec extension de ses missions. Corps de cavalerie voué à l’origine au maintien de l’ordre public dans le royaume, cette institution ancienne, organisée militairement par un édit royal du 16 septembre 1720, avait des effectifs relativement restreints qui n’excédaient encore qu’à peine 5000 hommes à la veille de la Révolution. Les décrets de 1790 et 1791 modifièrent en profondeur son organisation de façon à assurer un maillage aussi étroit que possible du territoire national. Ainsi, chaque département recevait deux compagnies de gendarmes s’articulant chacune en quinze brigades. Six compagnies, soit le ressort de trois départements, formaient une division ayant à sa tête un colonel. Le total pour l’ensemble du territoire s’élevait « in fine » à 28 divisions. Pour revenir sur le passé, jusqu’en 1770 la Maréchaussée recevait un armement analogue à celui de la cavalerie, souvent particularisé avec la gravure sur les canons ou les lames du nom de la généralité administrative dont relevaient les unités. A partir de cette date, elle fut dotée d’un armement spécifique, pistolet court dit de ½ arçon (ou de « gousset ») , et mousqueton semblable à celui de cavalerie Mle 1763/66 mais avec toutes les garnitures en fer. Cette spécificité se pérennisera sur près d’un siècle tout en suivant les modifications techniques des différents systèmes mis en service au fil du temps. Ainsi l’armement de 1770 demeura en usage jusqu’en l’An IX, année au cours de laquelle fut défini un nouveau pistolet de ½ arçon, très proche en fait du modèle antérieur, mais avec platine à corps rond de type 1777 modifiée. Pour le reste on Manuf Roy De Maubeuge Un peu au dessus, juste à l’arrière du bassinet, on distingue un poinçon C couronné dans un ovale en creux, identification de n’observe pratiquement pas de différence. Il en ira tout autrement au moment de la Restauration, époque où le renouvellement des armements mis à rude épreuve au cours des incessantes campagnes de la Révolution et de l’Empire s’imposait instamment. L’ancêtre de 1870. L’aïeul de l’An IX. Gendarme de la compagnie de chasses, voyages et résidence du roi. 1819. La Gazette des armes n°474 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 1Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 2-3Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 4-5Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 6-7Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 8-9Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 10-11Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 12-13Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 14-15Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 16-17Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 18-19Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 20-21Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 22-23Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 24-25Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 26-27Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 28-29Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 30-31Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 32-33Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 34-35Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 36-37Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 38-39Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 40-41Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 42-43Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 44-45Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 46-47Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 48-49Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 50-51Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 52-53Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 54-55Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 56-57Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 58-59Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 60-61Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 62-63Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 64-65Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 66-67Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 68