Gazette des Armes n°474 avril 2015
Gazette des Armes n°474 avril 2015
  • Prix facial : 6,50 €

  • Parution : n°474 de avril 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 45 Mo

  • Dans ce numéro : P.38 contre Tokarev.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Publicité allemande de 1911 pour le Bayard modèle 1908 en 7,65 mm, indiquant que la plus récente version de cette arme est chambrée pour cartouche « lourde » de 9 mm, qu’elle surclasse de ce fait tous les pistolets de défense existants en matière de « Stopping Power » et constitue de ce fait la meilleure arme de défense possible pour les personnes recherchant une arme légère maniable et efficace (il est surprenant de voir l’expression américaine « Stopping Power » reprise dès 1911 dans une publicité allemande). Mention du brevet sur le dessus de la carcasse : un souci de protection de la propriété industrielle très en vogue à la belle époque. La petite taille de l’étui porté par ce sousofficier (flèche) permet de supposer qu’il s’est muni d’un pistolet de calibre 6,35 mm ou d’un 7,65 mm compact. (D.R.) 28 Gazette des armes n°474 traditionnelle de fabrication de fusils de chasse. Aussi refusa-t-il de reprendre à son compte la fabrication des pistolets Bergmanndestinés à l’armée espagnole. Privé de cette possibilité, Bergmannse mit en urgence à la recherche d’un autre fabricant ayant la capacité de production requise et capable de fabriquer les pistolets du contrat espagnol en respectant les critères d’interchangeabilité et de qualité imposés par une armée moderne. Ce fut auprès la société anonyme des anciens établissements Pieper (A.E.P.) que Bergmanntrouva ces qualités. La firme liégeoise se lança donc avec succès dans une activité toute nouvelle pour elle, la fabrication de pistolets automatiques. Les pistolet Bergmannfabriqué par Pieper furent donc baptisé « Bergmann-Bayard » et sa cartouche prit également le nom de « 9 mm BergmannBayard ». Les retards engendrés par le changement de fabricant incitèrent l’armée espagnole à ne pas renouveler la commande de Bergmann- Bayard, mais à adopter un pistolet qui serait produit en Espagne, le Camp-Giro modèle 1913 2. 2) Pour la présentation de cette arme, se reporter au numéro 470 de la Gazette des Armes. Bayard modèle 1911 calibre 9 mm court, dont les dimensions extérieures sont quasi-identiques à celle du modèle 1908 en 7,65 mm. Cette version est dotée de plaquettes en corne, qui seront ultérieurement abandonnées au profit de plaquettes en ébonite moulée. (Photo : HermannHistorica vente N°49) Les quelques milliers de Bergmannfournis à l’Espagne, ainsi que quelques centaines d’exemplaires vendus sur le marché civil sous le nom de « Bergmann-Bayard » ne suffisaient naturellement pas à amortir les coûteuses machines-outils dont la société Pieper avait fait l’acquisition dans la perspective de la réalisation du gros contrat espagnol. Bien que Bergmannsoit parvenu à obtenir un nouveau contrat militaire de la part du Danemark, les effectifs modestes de l’armée danoise n’engendraient pas non plus des commandes mirifiques. Aussi les anciens établissements Pieper s’orientèrent-t-ils vers un créneau commercial nouveau, sur lequel la demande était très forte à l’époque : celui du pistolet automatique de défense. Dans cette intention, l’administrateur des AEP acheta le brevet d’un pistolet développé par l’un de ses employés 3 : Bruno Clarus 4. Il s’agissait d’une arme extrêmement compacte, dotée d’un ressort-récupérateur placé au-dessus du canon et dont le démontage était remarquablement simple, puisqu’il suffisait d’extraire par le haut la pièce portant le guidon. Cette pièce servait également d’arrêtoir au ressort-récupérateur. L’arme fut tout d’abord mise en fabrication en calibre 7,65 mm Browning. Bien qu’appelée « modèle 1908 » par référence à la date de son brevet, ce pistolet ne fut en réalité 3) Breveté aux USA en 1906 et 1908 (Patent Nr898038) et en Grande Bretagne en 1907 (Patent Nr : 7237). 4) Bruno Clarus dirigera plus tard les A.E.P.
Modèle 1912 en calibre 6,35 mm. Alors que l’aspect extérieur des versions en calibres 7,65 et 9mm court étaient identiques, l’aspect de cette version de poche a légèrement évolué dans la forme du pontet et dans le fraisage effectué au-dessus du canon pour alléger l’arme.commercialisé qu’en 1909. Cette version fut suivie d’une seconde en calibre 9 mm Browning court, qui fut mise sur le marché en 1911. Enfin une version dite « de poche » en 6,35 mm Browning fut commercialisée en 1912. Malgré un prix de vente relativement élevé, ces pistolets appréciés pour leur compacité et leur qualité de fabrication connurent un certain succès commercial juste avant la première guerre mondiale. En 1914, l’invasion de la Belgique fut suivie de peu de la prise de contrôle des AEP par l’administration allemande. Les armes déjà finies furent attribuées aux unités combattantes (en particulier une petite quantité de pistolets Bergmann-Bayard). Placés sous la tutelle d’un administrateur allemand, les AEP furent contraints de fabriquer des pièces détachées pour diverses armes allemandes (en particulier des boîtiers de Gewehr 98) et de poursuivre au bénéfice de l’occupant la fabrication de pistolets Bayard modèle 1908 en calibre 7,65 mm 5. Le banc d’épreuve de Liège ayant été fermé pour la durée de la guerre, les Bayard modèle 1908 fabriquées sous contrôle allemand sont identifiables à l’absence des poinçons d’épreuve de Liège, remplacés par des poinçons d’épreuve et de recette allemands. Ces pistolets étaient proposés en cession payante aux officiers allemands désireux de s’équiper 5) Il semble que quelques « Bayard » en 9mm court furent également montés sous contrôle allemand à partir des pièces encore en réserve à l’usine au moment de l’invasion. d’une arme personnelle de petite taille. Sur plus de 200 000 Bayard modèle 1908 fabriqués, la moitié environ le fut sous contrôle allemand. Au lendemain de la guerre, la fabrication du modèle 1908 fut reprise pendant environ quatre ans, jusqu’à ce que les A.E.P. décident de mettre en fabrication en 1923 un nouveau pistolet de défense inspiré du Browning modèle 1910. Présentation Les pistolets Bayard sont fabriqués en acier usiné. Les assemblages et le traitement de surface sont du meilleur niveau et illustrent bien la qualité des armes que pouvait à cette époque proposer l’industrie armurière belge. L’arme, dont le ressort-récupérateur est placé au-dessus du canon comporte un chien interne qui s’accroche sur une gâchette directement actionnée par une barrette actionnée par la queue de détente. Un dispositif de déconnexion bloque le chien tant que la glissière n’est pas parfaitement fermée. C’est la seule sûreté automatique présente sur cette arme, qui est par ailleurs dépourvue de sécurité de poignée et de chargeur. Du côté gauche de la carcasse, se trouve un levier de sûreté manuelle qui bloque le chien lorsqu’il est engagé. Assez curieusement, seul le côté gauche de la carcasse porte un rail de guidage de la glissière. Le côté droit est quant à lui échancré par la présence d’une fenêtre d’éjection largement dimensionnée. Le poussoir du verrou de char- Sur les pistolets Bayard, les dispositifs de sûreté se limitent à un simple levier de sûreté manuelle. Vue du chien interne (flèche). Détails des poinçons allemands : lettre gothique couronnée (poinçon de contrôle) et aigle prussien aux ailes déployées vers le haut (poinçon d’acceptation par l’armée allemande). La Gazette des armes n°474 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 1Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 2-3Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 4-5Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 6-7Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 8-9Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 10-11Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 12-13Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 14-15Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 16-17Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 18-19Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 20-21Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 22-23Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 24-25Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 26-27Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 28-29Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 30-31Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 32-33Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 34-35Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 36-37Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 38-39Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 40-41Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 42-43Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 44-45Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 46-47Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 48-49Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 50-51Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 52-53Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 54-55Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 56-57Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 58-59Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 60-61Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 62-63Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 64-65Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 66-67Gazette des Armes numéro 474 avril 2015 Page 68