Gazette des Armes n°471 janvier 2015
Gazette des Armes n°471 janvier 2015
  • Prix facial : 6,50 €

  • Parution : n°471 de janvier 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 46 Mo

  • Dans ce numéro : les grands revolvers US 1875 et 1890.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
Presser le poussoir du verrou de chargeur et extraire le chargeur. Ensuit, tirer la culasse en arrière et s’assurer qu’aucune cartouche n’est restée dans l’arme, Une fois la plaque de recouvrement déposée, enlever la plaquette gauche (les plaquettes en ébonite sont devenues fragiles avec le temps, aussi faut-il les manipuler avec les plus grandes précautions). Basculer la clavette de maintien de la plaquette droite avec la pointe d’un tournevis. 38 Gazette des armes n°471 A B Boîtier vue de dessous. On distingue l’épaulement servant à immobiliser le verrou de culasse (A) et le ressort de rappel du bloc canon/boîtier (B). Démontage Séparer l’ensemble canonboîtier de la carcasse en le basculant vers la droite. Enlever la plaquette droite. plaquettes en bois ou même en aluminium moulé. Les plaquettes sont fixées à la carcasse par des clavettes tournantes. Sous la plaquette gauche se trouve logé un outil combiné servant à la fois de tournevis et de clef de démontage du percuteur. L’arme possède un boîtier de forme assez compliquée avec de nombreux reliefs réalisés par fraisage. Ces opération d’usinage, si elles allégeaient un peu le pistolet, contribuaient à alourdir son prix de revient et à ralentir sa fabrication. Le Glisenti modèle 1910 est tout à fait typique des réalisations militaires antérieures à la première guerre mondiale. A cette époque, la production de masse ne constituait pas un souci, les heures de travail d’ouvrier n’étaient pas vraiment prises en compte. Il fallut que surviennent les pénuries d’armes et de matières premières du début de la première guerre mondiale, pour que les militaires commencent à se soucier de rationaliser et de simplifier les fabrications. Auparavant, les armées vivaient plutôt dans la culture de la performance et de la recherche de la qualité  : chaque arme réglementaire était porteuse d’une part de la fierté nationale, aussi était-elle réalisée avec le plus grand soin. La finition du Glisenti est exemplaire  : les pièces sont ajustées de façon très serrée, les surfaces extérieures sont finement polies et bronzées à la couche alors que les surfaces internes polies blanc sont bouchonnées. La culasse, la queue de détente et le chargeur sont nickelés. Le chargeur comporte de part et d’autre une large fenêtre destinée à en contrôler le remplissage. Dans cette fenêtre coulissent les deux faces latérales de la planchette élévatrice, dont les surfaces striées offrent une bonne prise au Comprimer le bonhomme d’arrêt de l’écrou de verrouillage de la plaque de recouvrement puis dévisser cet écrou, Enlever la plaque de recouvrement.
pouce et à l’index du tireur lorsqu’il remplit le chargeur. La souplesse du ressort dispense le tireur d’avoir à utiliser un outil de remplissage pour le garnir entièrement, comme sur le P.08 par exemple. En revanche, les larges ouvertures latérales du chargeur facilitaient l’entrée de corps étrangers, qui ne pouvaient que nuire au bon fonctionnement d’une arme aux pièces aussi ajustées ! Le pistolet modèle 1910 ne fut finalement fabriqué qu’en quantité très restreintes. Dès 1912, sa sensibilité à l’encrassement et sa fragilité au combat avaient été constatées au cours de la guerre Italo-turque. La fabrication du modèle 1910 fut semble-t-il arrêtée au moment où l’Italie, sortant de sa neutralité, s’engagea dans la guerre de 1914-1918 aux côtés des Alliés. Tout comme son homologue français, le ministère de la guerre italien estima avec réalisme qu’il était préférable ne pas perdre de temps à fabriquer des armes de poing, mais de réserver le potentiel industriel du pays à la fabrication d’armes indispensables (fusils, mitrailleuses, pièces d’artillerie), tout en faisant en Espagne l’acquisition de pistolets automa- Extraire la clavette d’arrêt de la culasse du boîtier. Tout en comprimant le percuteur vers l’avant à l’aide d’un chasse-goupille, dévisser la sûreté à ailettes. Dévisser la pointe du percuteur. tiques calibre 7,65 mm de type Ruby et de revolvers en calibre 10,4 mm. L’armée italienne avait semble-t-il finalement choisi de n’attribuer cette délicate et élégante mécanique qu’aux officiers, en continuant à doter les sous-officiers et les militaires du rang des diverses versions du robuste revolver modèle 1889. En 2013, Ralph Riccio  : un auteur américain, qui s’est fondé sur l’étude des numéros de série des exemplaires existant dans les collections a abouti à la conclusion que la production du Glisenti modèle 1910 n’avait pas dépassé 13000 exemplaires. Cette évaluation ne surprendra pas les collectionneurs de pistolets semi-automatiques, qui savent combien il est rare de « voir passer » un Glisenti sur le marché ! (à suivre…) Sortir la culasse du boîtier par l’arrière. Dévisser l’écrou d’arrêt du percuteur à l’aide du petit carré découpé dans l’outil combiné. Une fois la sûreté enlevée, extraire de la culasse le percuteur, son ressort et sa tige-guide. De gauche à droite  : - cartouche M910 de pistolet Glisenti, - cartouche de 9 mm Parabellum allemande fabriquée pendant la première guerre mondiale, cartouche italienne de 9mm M.38 pour pistolet-mitrailleur Beretta modèle 38. Afin d’identifier cette cartouche fortement chargée, un liseré a été imprimé à la molette (flèche) au milieu de l’étui. La confusion entre la 9mm Glissenti et une 9 mm Parabellum restait néanmoins facile et occasionna des accidents lorsque des partisans voulurent tirer des cartouches de 9 mm Para dans des Glisenti. Éléments de la culasse démontée. La Gazette des armes n°471 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 1Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 2-3Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 4-5Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 6-7Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 8-9Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 10-11Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 12-13Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 14-15Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 16-17Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 18-19Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 20-21Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 22-23Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 24-25Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 26-27Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 28-29Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 30-31Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 32-33Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 34-35Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 36-37Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 38-39Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 40-41Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 42-43Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 44-45Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 46-47Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 48-49Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 50-51Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 52-53Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 54-55Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 56-57Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 58-59Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 60-61Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 62-63Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 64-65Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 66-67Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 68