Gazette des Armes n°471 janvier 2015
Gazette des Armes n°471 janvier 2015
  • Prix facial : 6,50 €

  • Parution : n°471 de janvier 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 46 Mo

  • Dans ce numéro : les grands revolvers US 1875 et 1890.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
La platine de la carabine de chasseur M. 1863 est du type inversée, à chaînette. Par sécurité le chien ne peut s’abattre que lorsque la culasse est totalement verrouillée. Le marquage de la plaque de platine témoigne que cette arme sort des ateliers de la société Spangenberg et Sauer de Suhl. (Photo extraite de l’ouvrage de U. Lander  : « Die Handfeuerwaffen der badischen Armee von 1793 bis 1873 ») 30 Gazette des armes n°471 ment tirer des cartouches fournies par l’un au l’autre de ces états. Ceci simplifie les problèmes logistiques. Le bataillon de chasseurs badois dispose d’une carabine, modèle 1863, du même calibre que le fusil d’infanterie mais à chargement par la culasse suivant le système Terry. Cette arme tire une cartouche spéciale à amorçage séparé, si besoin elle peut également se charger par la bouche et tirer la munitions du fusil d’infanterie. Bien que ces deux armes présentent des qualités balistiques estimées supérieures à celles du Dreyse, elles apparaissent complètement dépassées à la fin de la guerre allemande. Ce fusil d’infanterie à percussion, modèle 1857, se trouve en dotation dans les cinq régiments d’infanterie et les deux bataillons de tirailleurs badois au cours de la guerre allemande de 1866. Cette arme présente un canon avec cinq rayures et un calibre de 13,9. (Photo extraite de l’ouvrage de U. Lander  : « Die Handfeuerwaffen der badischen Armee von 1793 bis 1873 «) Une carabine, système Terry, modèle 1863 arme le bataillon de chasseurs badois. Cette arme à chargement par la culasse tire une cartouche à amorçage séparé. Elle présente le même calibre que le fusil d’infanterie et peut si nécessaire se charger également par la bouche. (Photo extraite de l’ouvrage de U. Lander  : « Die Handfeuerwaffen der badischen Armee von 1793 bis 1873 «) La voie de la raison L’expérience de l’armée de l’ancienne Confédération Germanique lors de la récente guerre allemande démontre que l’addition de contingents hétérogènes, armés de manière disparate et dépourvu d’un commandement unique ne suffit pas à former une force militaire conséquente. C’est pourquoi Berlin insiste auprès de ses nouveaux alliés du sud pour qu’ils se dotent d’armes capables de tirer les munitions en service dans l’armée prussienne. Le ministère de la Guerre prussien a conscience que le système Dreyse est en passe de se trouver surclassé. Toutefois la Prusse n’a pas les moyens financiers de moderniser dans l’immédiat son armement. Les récentes annexions qu’elle vient de faire l’obligent à armer dans l’urgence de nouveaux contingents. La priorité est donc donnée à l’homogénéité. Dès octobre 1866, le Grand Duché de Bade songe à transformer l’armement de son infanterie suivant le système Dreyse. Le procédé de transformation choisi consiste à adapter un boîtier de culasse de carabine de chasseur Dreyse M. 65 au fusil d’infanterie badois à percussion. Il permet de conserver les garnitures et le système de visée après de légères modifications. En revanche cette opération nécessite une monture neuve. (Photo extraite de l’ouvrage de U. Lander  : « Die Handfeuerwaffen der badischen Armee von 1793 bis 1873 »)
Depuis la fermeture de sa manufacture de Saint Blasien en 1844 le ministère de la Guerre badois doit faire appel à des manufactures extérieures au Grand Duché. Ce fusil d’infanterie badois M.1857 provient d’une firme de la ville prussienne de Suhl. Sa plaque de platine porte le sigle de la société Spangenberg, Sauer et Sturm. (Photo extraite de l’ouvrage de U. Lander  : « Die Handfeuerwaffen der badischen Armee von 1793 bis 1873 «) Sous la pression des événements et l’influence de Berlin, le projet de l’adoption du système Dreyse s’impose au Grand Duché de Bade. Bismarck n’a pu laisser ignorer au grand duc les revendication territoriales émises par Napoléon III dès le mois d’août 1866. Comme prix de sa neutralité dans le récent conflit austro-prussien, l’empereur des Français, à qui ses détracteurs reprochent cette politique « des pourboires «, revendique la cession du Palatinat bavarois et de la partie de la Hesse-Darmstadt située sur la rive gauche du Rhin. Après étude et avis d’experts prussiens, il parait possible d’adapter sur les fusils d’infanterie à percussion et les carabines de chasseur badois la boîte de culasse et le mécanisme de la carabine de chasseur Dreyse M.1865. Cela permettrait de pouvoir tirer la cartouche prussienne M. 1855 et de préserver ainsi l’unité indispensable des munitions. Encore faut-il que les canons, dont le calibre est de 13,9 mm., puissent supporter les opérations nécessaires d’alésage et de rayage sans entraîner une fragilisation incompatible avec l’usage de la cartouche d’infanterie prussienne. Les mesures pratiquées montrent que le canon conserverait, à la bouche, une épaisseur comprise entre 2,2 et 2,4 mm. Ceci, de l’avis d’experts armuriers prussiens, serait suffisant. De même la partie postérieure du canon garderait une épaisseur satisfaisante comprise entre 5,6 et 5,8 mm. Ce mode de transformation permet de conserver la plupart des garnitures mais nécessite le remplacement de la monture d’origine par une nouvelle. Des officiers et sous-officiers badois partent en mission pour la Prusse afin de se familiariser avec l’usage du Dreyse et de devenir instructeurs à leur retour dans le Grand Duché. La direction de l’arsenal de Karlsruhe s’adresse à la firme Sauer et Spangenberg de Suhl le 1er décembre 1866 pour étudier avec elle la possibilité de la transformation de 19 000 fusils d’infanterie et de 995 carabines de chasseur suivant le système Dreyse. Le choix de cette firme n’est pas lié au hasard car dans le passé cette société a déjà travaillé pour le Grand Duché de Bade. Mi décembre, une carabine de chasseur est adressée à Suhl pour être transformée suivant le système Dreyse. Parallèlement le ministère de la Guerre badois envisage de commander, toujours à Suhl, vingt mille fusils neufs conçus suivant le modèle du Dreyse prussien 1862. Le 25 janvier 1867 un fusil et une carabine de chasseur transformé à Suhl peuvent être présentés au ministère de la Guerre du Ce modèle de cartouche fut conçu par Dreyse et adopté en 1855 pour l’infanterie. Il s’agit d’une cartouche combustible encore en service durant la guerre franco-allemande de 1870. Pendant ce conflit toute l’infanterie des états allemands, à l’exception de la Bavière, était dotée d’armes conçues suivant le système Dreyse. (Collection Rauch) Dessin en coupe d’une cartouche d’infanterie modèle 1855  : La longueur totale de la cartouche est de 61 mm. La charge de poudre (pl) située à la base de la cartouche est de 4,9 g. Au centre se situe un sabot en carton (ZS) haut de 20,3 mm. avec un diamètre de 16,2 mm. Le plus fort diamètre de la balle sous calibrée n’est que de 13,6 mm. La Gazette des armes n°471 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 1Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 2-3Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 4-5Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 6-7Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 8-9Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 10-11Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 12-13Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 14-15Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 16-17Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 18-19Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 20-21Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 22-23Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 24-25Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 26-27Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 28-29Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 30-31Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 32-33Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 34-35Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 36-37Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 38-39Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 40-41Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 42-43Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 44-45Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 46-47Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 48-49Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 50-51Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 52-53Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 54-55Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 56-57Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 58-59Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 60-61Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 62-63Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 64-65Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 66-67Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 68