Gazette des Armes n°471 janvier 2015
Gazette des Armes n°471 janvier 2015
  • Prix facial : 6,50 €

  • Parution : n°471 de janvier 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 46 Mo

  • Dans ce numéro : les grands revolvers US 1875 et 1890.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Les conséquences du conflit austro-prussien de 1866 modifient profondément le paysage politique de l’Allemagne au profit de la Prusse. 28 Gazette des armes n°471 Les traités de Prague et de Berlin, quelques semaines après la bataille de Könniggrätz (Sadowa), entérinent la dissolution de la Confédération germanique de 1815. Ils inaugurent une nouvelle organisation de l’Allemagne sans la participation de l’Autriche ni opposition possible de sa part. Ces traités confirment la possibilité de la création, sous Texte et photos  : Marie-Hélène et Jean-René Clavet Un Dreyse prussien pour les Badois (1 re partie) la présidence de la Prusse, d’une confédération des états allemands situés au nord du Main. Ils reconnaissent également l’annexion par le royaume prussien du Hanovre, du Nassau, de la Hesse Electorale et de la ville de Francfort. La Saxe doit adhérer à la nouvelle confédération des états du nord et son armée passe sous l’autorité du roi de Prusse. La Bavière, le Wurtemberg, Bade et la Hesse-Darmstadt, qui représentent les quatre états de sud, signent tour à tour avec Berlin des traités de paix. Des clauses secrètes Le 13 août 1866 le royaume du Wurtemberg s’engage en premier. Quelques jours plus tard, les 17 et 22 août, le Grand Duché de Bade et la Bavière accomplissent la même démarche. Le Grand Duché de Hesse Darmstadt, en raison de sa situation plus complexe, signe en dernier, le 3 septembre, un traité avec Berlin. Les conditions de ces accords s’avèrent de la part du vainqueur volontairement clémentes. Elles sont, en revanche, toutes assorties d’un même projet d’alliance offensive et défensive avec la Prusse. En cas de guerre, les contingents des états du sud de l’Allemagne se trouvent placés sous Ces fantassins badois, en tenue de campagne, durant l’été 1866, portent, comme tous les hommes du huitième corps d’Armée, le brassard aux couleurs de la Confédération Germanique. Sur cette planche Knötel a représenté, de gauche à droite, un grenadier de la Garde, un soldat du 3 e régiment d’infanterie et deux officiers appartenant respectivement au 5 e régiment et à celui de la Garde.
Sans la crise luxembourgeoise du printemps 1867, ce fusil d’infanterie prussien modèle 1862, issu de la firme Dreyse, n’aurait sans doute pas été attribué à une unité badoise. En dehors du le haut commandement du roi de Prusse. Par conséquent les armées de ces états doivent adopter le système militaire prussien afin de former une force armée homogène sous un commandement unique. En particulier les états signataires acceptent le principe d’un service militaire obligatoire de trois ans dans l’armée d’active, suivi de quatre ans dans la réserve et enfin de cinq ans dans le cadre d’une landwehr. Ces clauses, secrètes à l’origine, préparent l’unité de l’Allemagne sous l’égide de la Prusse. Le Grand Duché de Bade dans la tourmente de 1866 Contrairement aux autres états du sud, le Grand Duché de Bade se situe sur le plan politique plus près de la Prusse que de l’Autriche. En outre le grand duc Frédéric I er est le gendre du souverain prussien. C’est pourquoi le Grand Duché de Bade s’abstient, le 14 juin 1866, lors du vote de la diète extraordinaire visant à exclure la Prusse de la Confédération Germanique. Toutefois, dans le conflit armé qui s’ensuit, il respecte les décisions de la Confédération. Son contingent qui, avec ceux du Würtemberg et de la Hesse-Darmstadt, forment le huitième corps de l’armée fédérale participe à la campagne contre la Prusse. Le 18 juin 1866, lors de la mobilisation, l’infanterie badoise se compose de cinq régiments, d’un bataillon de chasseurs et deux de fusilliers. Douze escadrons de cavalerie et cinq batteries d’artillerie complètent l’armée badoise. Le prince Guillaume, frère cadet du grand duc Frédéric 1 er, commande le contingent badois. Le huitième corps se regroupe début juillet au nord du Main pour barrer la route à la troisième division prussienne. Toutefois les affrontements ne commencent que le 23 juillet. Ils durent trois jours et se soldent par la retraite du huitième corps. Entre-temps, le 3 juillet, à Königgrätz (Sadowa) en Bohême, sur le théâtre principal de la lutte, les troupes Austro-Saxonnes subissent une sévère défaite. Dans les jours qui suivent des pourparlers s’engagent entre les belligérants en vue d’un armistice. La France de Napoléon III joue un rôle de médiateur entre poinçon badois, de forme ovale, frappé à la base de la crosse, sur le côté droit, rien ne distingue cette arme de celles en dotation dans l’armée prussienne. les différents partis. Ces démarches aboutissent aux préliminaires de paix signés à Nikolsburg le 28 juillet. Le 29 juillet Frédéric 1er ordonne le retour de la division badoise dans le Grand Duché. Le 31 il se retire de la Confédération Germanique et entame des pourparlers de paix avec la Prusse. L’armement de l’infanterie badoise en 1866 Les fantassins du contingent badois partent en campagne avec un fusil à percussion, à canon rayé, modèle 1857, dénommé Vereinsgewehr (fusil unitaire) car cette arme est commune à toute l’infanterie du huitième corps. Ce fusil présente un calibre de 13,9 mm. identique à celui des armes autrichiennes Lorenz en raison d’une convention signée également avec la Bavière et le Nassau. En cas de conflit, les fantassins des états signataires peuvent indifférem- L’infanterie badoise compte en 1866 un bataillon de chasseurs. Ceux-ci sont armés d’une carabine, système Terry, à chargement par la culasse et amorçage séparé. La Gazette des armes n°471 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 1Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 2-3Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 4-5Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 6-7Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 8-9Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 10-11Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 12-13Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 14-15Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 16-17Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 18-19Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 20-21Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 22-23Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 24-25Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 26-27Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 28-29Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 30-31Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 32-33Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 34-35Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 36-37Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 38-39Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 40-41Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 42-43Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 44-45Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 46-47Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 48-49Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 50-51Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 52-53Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 54-55Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 56-57Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 58-59Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 60-61Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 62-63Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 64-65Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 66-67Gazette des Armes numéro 471 janvier 2015 Page 68