Francs-Jeux n°588 15 oct 1971
Francs-Jeux n°588 15 oct 1971
  • Prix facial : 1,25 F

  • Parution : n°588 de 15 oct 1971

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Francs-Jeux

  • Format : (202 x 264) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 24 Mo

  • Dans ce numéro : Furet mène la danse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
.14 ROMAN DE JEAN -COME NOGUÈS Dessin de Flip girL ROMAN DE JEAN -COME NOGUÈS Résumé : Claire, qui habite avec ses parents et son frère Vincent une rue triste de Paris, vient d'apprendre qu'elle a gagné le premier prix d'un concours : une Dessin vache et de un Flip pré en Normandie. Toute la famille part camper sur ce terrain inespéré. Résumé — Voila, : Claire, vous qui êtes habite chez avec vous ses parents ! et son frère Vincent une rue triste de Paris, vient d'apprendre Le petit monsieur qu'elle a gagné remonta le premier dans prix la d'un voiture et toute : une la vache famille et un se pré retrouva en Normandie. perdue concours Toute la famille part camper sur ce terrain dans le bocage. inespéré. Il y eut un moment de flottement que — Voilà, vous êtes chez vous I chacun tenta de dissimuler. Autour des Le petit monsieur remonta dans la voiture et toute la famille se retrouva perdue nouveaux arrivés, s'étendait le plus beau pré qu'on puisse imaginer. Assez grand, il dans le bocage. était bordé par un ruisseau qui semblait le quitter Il y eut à regret un moment après en de avoir flottement presque que fait chacun le tour. Trois tenta pommiers, de dissimuler. tout ronds Autour et des tout tordus, nouveaux une arrivés, belle herbe s'étendait bien normande le plus beau et pré une qu'on vache, puisse enfin imaginer. ! Assez grand, il était bordé par un ruisseau qui semblait le Une vache blanche et noire qui s'empiffrait à larges coups de langue, sans s'oc- quitter à regret après en avoir presque fait le tour. Trois pdmmiers, tout ronds et tout cuper de ses propriétaires. tordus, une belle herbe bien normande et une Par-delà vache, le enfin ruisseau, ! par-delà les pommiers, d'autres pommiers, encore de Une vache blanche et noire qui s'empiffrait à larges coups de langue, sans s'oc- l'herbe, des eaux vives, quelques toits bruns de chaume ou gris d'ardoise, des cuper de ses propriétaires. chemins ombragés, bref, de quoi ravir des Parisiens, Par-delà une le ruisseau, fois l'adaptation par-delà terminée les pom-miers, d'autres pommiers, encore de Mais il fallait s'adapter ! l'herbe, des eaux vives, quelques toits bruns Maman de chaume faisait un ou effort gris d'ardoise, pour taire. des chemins Vincent ombragés, souriait bêtement. bref, de quoi Papa ravir prit des la Parisiens, situation en une main. fois l'adaptation terminée ! Mais — Si il on fallait montait s'adapter la tente ! ? dit-il. Allez, les enfants, aidez-moi I Maman faisait un effort pour se taire. Vincent — C'est souriait assez bêtement. isolé, glissa Papa Maman. prit la situation Claire ! Ne en t'approche main. pas trop de cette bête, tu ne la connais pas — Si on montait la tente ? dit-il. Allez, les Claire enfants, fit la aidez-moi sourde oreille. ! Lentement, elle s'avança vers la vache qui, tant que — C'est assez isolé, glissa Maman. la fillette fut éloignée, ne cessa de brouter. Claire ! Ne t'approche pas trop de cette bête, Elle tu ne la lui connais dit pas pas de ! ces mots Claire fit la sourde oreille. Lentement, elle s'avança vers la vache qui, tant que la fillette fut éloignée, ne cessa de brouter. 14 Elle ne lui dit pas de ces mots 14 les cornes là où une touffe de poils rêches frisottait. La vache eut un brusque mouvement de tête, un roulement d'yeux bébêtes qui eût pu avec paraitre lesquels méchant les humains alors croient qu'il n'était souvent qu'apeuré. amadouer Elle les compris animaux. vite qu'elle Elle tendit avait simplement affaire à une la main amie et et la se posa remit entre à paitre les cornes tranquillement. là où une touffe de poils rêches frisottait. La vache eut un brusque mouvement La petite fille de tête, ne l'importuna un roulement pas d'yeux sous qui prétexte eût pu de paraitre câlineries. méchant Elle alla alors voir qu'il ses n'était trois pommiers qu'apeuré. dont Elle compris elle gratta vite un qu'elle peu avait l'écorce affaire du bout à une de amie l'ongle et comme se remit elle à paitre l'avait tranquillement. fait pour les frisons de la vache. La Il petite y a des fille insectes, ne l'importuna se dit-elle, pas sous il prétexte faudra sûrement de câlineries. les soigner. Elle alla voir ses trois pommiers dont elle gratta un peu l'écorce du bout de l'ongle comme elle l'avait fait pour les frisons de la vache. Il y a des insectes, se dit-elle, il faudra sûrement les soigner. Là-bas, Papa s'énervait parce que Vincent ne plantait pas bien les piquets de la tente. Maman, le nez dans un grand panier, sortait le réchaud avec l'intention de préparer Là-bas, du café. Papa C'était s'énervait là un parce principe que cher Vincent à Maman ne plantait : partout pas bien où l'on les peut piquets se de faire la tente. une tasse de café, on est un oeu chez soi. Maman, le nez dans un grand panier, sortait Claire le posa réchaud le pied avec sur l'intention une pierre de préparer affleurait du la café. surface C'était de là l'eau un et principe fut rassurée cher qui à quand Maman elle : vit partout que le où ruisseau l'on peut était se faire limpide. tasse Il coulait de café, sur un on fond est de un sable oeu chez qu'il une soi. ne faudrait pas remuer et il était si frais, si Claire propret, posa que le la pied petite sur fille une en pierre sourit qui de affleurait joie. la surface de l'eau et fut rassurée quand Sur une elle branche vit que le d'aubépine ruisseau en était fleurs, limpide. un oiseau Il coulait chanta. sur un Claire fond de plongea sable qu'il ses ne mains faudrait dans pas le ruisseau remuer et et il fit était couler si frais, de si grosses propret, gouttes que la sur petite sa joue. fille en sourit de joie. Sur une branche d'aubépine en fleurs, un oiseau chanta. Claire plongea ses mains dans le ruisseau et fit couler de grosses gouttes sur sa joue. nous avons tout ça I jourd'hui, Ça, c'était aussi les nuages blancs qui — Tout cela est à nous, murmura-t-elle passaient au-dessus du pré, l'air si pur, si dans un grand élan de bonheur. Hier encore, nous n'avions rien, et, aujourd'hui, bon, si différent de l'odeur de moisi de la rue des Gardes, le chemin qui s'en allait nous avons tout ça I vers le village et au bord duquel, au mois d'août, Ça, c'était les mûres aussi les se nuages feraient blancs noires qui et passaient grenues à souhait. au-dessus du pré, l'air si pur, si bon, si différent de l'odeur de moisi de la Le songe de Claire fut interrompu par rue des Gardes, le chemin qui s'en allait l'arrivée d'un chien qui ne semblait pas vers le village et au bord duquel, au mois avoir bon caractère. Un bouvier des Flandres à la gueule impressionnante. Il se d'août, les mûres se feraient noires et grenues à souhait. Le songe de Claire fut interrompu par l'arrivée d'un chien qui ne semblait pas avoir bon caractère. Un bouvier des Flandres à la gueule impressionnante. Il se trouvait de l'autre côté du ruisseau mais n'allait-il pas bondir ? A la façon dont il aboyait, on voyait bien qu'il n'était pas content. Par chance, son maitre parut. Il était le trouvait paysan normand de l'autre tel côté qu'on du ruisseau le voit sur mais les n'allait-il boites de pas camembert. bondir ? Oh A la ! bien façon sûr, dont il ne il aboyait, portait pas on le voyait bonnet bien à raies qu'il n'était rouges pas et content. blanches, l'ample blouse bleue, mais il avait Par les chance, mêmes son joues maitre rondes parut. aux Il était pommettes colorées, normand le tel même qu'on sourire le voit patelin. sur les le paysan boites la même de bedaine. camembert. Oh ! bien sûr, il ne portait — Bonjour, pas le bonnet la petite à demoiselle, raies rouges vous et blanches, n'êtes pas de l'ample chez blouse nous, à bleue, ce qu'il mais parait. il avait les mêmes joues rondes aux pommettes colorées, le même sourire patelin. — Non, Monsieur, nous sommes Parisiens. la même bedaine. Ah ! Et qu'est-ce que c'est-t'y que — Bonjour, la petite demoiselle, vous vous faites par chez nous ? n'êtes pas de chez nous, à ce qu'il parait. — Suite Non, en Monsieur, page 27 nous sommes Parisiens. — Ah ! Et qu'est-ce que c'est-t'y que vous faites par chez nous ? Suite en page 27
eue. - éme e eSle in UNE LAMPE UNE BIVOUAC LAMPE BIVOUAC 4 tronçons de 25 cm, ou demande au vendeur de te les débiter à la longueur voulue. Il FOURNITURES te faut aussi une : 2 baguettes pelote de de ficelle bois en de sisal section de carrée matière de acrylique, 0,9 cm et 1 1,80 douille, m fil, de prise, long ou 1 environ. élastique, Tu 1 peux agrafeuse, les découper 1 marteau, toi-même 8 petits en clous. 4 tronçons de 25 cm, ou demande au vendeur de te les débiter à la longueur voulue. Il te faut aussi une pelote de ficelle en sisal ou de matière acrylique, 1 douille, fil, prise, 1 élastique, 1 agrafeuse, 1 marteau, 8 petits clous. 3 4 Réunis les baguettes par une extrémité, avec un gros élastique, glisse à l'intérieur de la ligature le fil électrique. Monte la douille sur le fil. Fixe le fil le long d'une des baguettes les par baguettes des agrafes. par une extré- Réunis mité, avec un gros élastique, glisse à l'intérieur de la ligature le fil électrique. Monte la douille sur le fil. Fixe le fil le long d'une des baguettes par des agrafes. Construis un cadre avec les morceaux de 25 cm de long : pose les morceaux se coupant à angle droit à 1,5 cm des extrémités. Plante deux clous par intersection. 2 Construis un cadre avec les morceaux de 25 cm de long : pose les morceaux se coupant à angle droit à 1,5 cm des extrémités. Plante deux clous par intersection. Pose le cadre de façon que les montants de la lampe reposent bien à l'extérieur des intersections. Fais une petite ligature avec de la ficelle à rôti. Pose le cadre de façon que les montants de la lampe reposent bien à l'extérieur des intersections. Fais une petite ligature avec de la ficelle à rôti. Fais un tour simple avec la ficelle, autour de chaque montant. Fais un tour simple avec la ficelle, autour de chaque montant. Avec la ficelle, fais sur une baguette un noeud cabestan. C'est le point de départ du travail de tissage. Tourne deux fois autour de chaque montant. Puis, fais plusieurs tours simples Avec la autour ficelle, de fais l'ensemble sur une ba- des baguettes, un noeud pour dissimuler cabestan. l'élastique. C'est le point de départ du travail de tissage. Tourne deux fois autour de chaque montant. Puis, fais plusieurs tours simples autour de l'ensemble des baguettes, pour dissimuler l'élastique. Tu fais passer la ficelle autour de chaque montant en tournant une fois puis tu vas à l'autre montant. Tu fais passer la pelote entière à cha- Tu fais passer la ficelle autour de chaque montant en tournant une fois puis tu vas à l'autre montant. Tu fais passer la pelote entière à cha- que fois. Ne tends pas trop la ficelle, car celle-ci a tendance à remonter. Quand tu arrives à la base, tu mesures approximativement ce qu'il te faut en ficelle et tu coupes la pelote, car elle te gênerait dans les que derniers fois. Ne tours. tends pas Pour trop terminer, la ficelle, tu fais car celle-ci un noeud a tendance sur un des à remonter. montants Quand et, pour tu arrives qu'il ne à glisse la base, pas, tu tu mesures y mets approximativement colle. ce qu'il te faut en ficelle et tu une goutte de coupes la pelote, car elle Claude te gênerait Soleillant dans les derniers tours. Pour terminer, tu fais un noeud sur un des montants et, pour 15 qu'il ne glisse pas, tu y mets une goutte de colle. Claude Soleillant 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :