Femmes Magazine Luxembourg n°137 mai 2013
Femmes Magazine Luxembourg n°137 mai 2013
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°137 de mai 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Alinéa Éditions & Communication s.à r.l.

  • Format : (210 x 277) mm

  • Nombre de pages : 108

  • Taille du fichier PDF : 15,4 Mo

  • Dans ce numéro : vivre autrement... la positive attitude et ses bienfaits pour moi et les autres !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 | CONFIDENCES Dominique Sander-Emram SUZIE GODART… la doyenne féminines Ses tiTRes de chaMPionne cycliste ne se coMPTent plus et pouRTant elle n’est guère connue au-delà d’un ceRCle d’aveRTis. Les frères Schleck auraient-ils donc seuls le DRoit de citer au LuxembouRG et ailleurs ? Probablement. Peu médiatisé, sans enjeu financier, le vélo au féminin intéresse rarement les sponsors. Et pouRTant, les perfoRMances sont aussi — encore ! — au rendezvous. A plus de 50 ans, Suzie GodaRT couRT toujours… et aligne les résultats. Confidences d’une gagnante aux luneTTes rouge vif. Suzie, quand vous est venue voTRe passion pour le vélo ? A 5 ans, avec le petit « Flandria » d’un rouge éclatant reçu le jour de la Saint-Nicolas. À l’âge de 15 ans j’ai économisé mon argent de poche pour m’acheter un vélo mi-course à 4 vitesses comme les garçons. À l’époque il y avait bien un club de vélo à Grevenmacher, mais l’idée de mettre des filles sur un vélo était plutôt exotique. J’ai donc joué un peu au tennis appris à skier, joué au volley, etc. À l’âge de vingt-et-un ans, j’ai connu mon mari qui était coach d’une équipe féminine de basket et j’ai fait quelques matchs de basket. Comme lui aussi voulait faire du vélo étant gamin et que ses parents n’avaient pas les moyens de lui financer l’équipement, on s’est mis à faire des petites sorties à vélo ensemble. A quel âge vous êtes-vous lancée dans la compétition ? J’ai débuté la compétition à l’âge de trente-deux ans, alors que mes enfants avaient respectivement 3 et 5 ans. Ma première course en VTT a été le championnat du Luxembourg que j’ai tout de suite gagné. Cela m’a encouragé à persévérer et j’ai pris la deuxième place au championnat sur route. J’ai été comblée lorsqu’en 1997 les filles ont enfin été autorisées à faire du cyclo-cross. C’est devenu ma discipline préférée au fil des ans pour la technique qu’elle requiert, l’ambiance sur les parcours et sa difficulté. En plus, les chutes dans la boue font moins mal que sur l’asphalte ! Vous avez remporté plusieurs prix ; vous pouvez nous en parler ? J’ai été 18 fois championne du Luxembourg (VTT, route et cyclocross), à cela s’ajoutent 11 médailles d’argent et 2 de bronze. J’ai gagné de multiples courses au niveau régional (Luxembourg, Allemagne, France) et fait de bonnes places en Belgique. Au niveau international, j’ai surtout contribué en tant qu’équipière de l’équipe UCI Fenixs à la victoire de Monia Bacaille et de Svetlana Bubnenkova au 1er et au 2 e Grand Prix Elsy Jacobs au Luxembourg ainsi qu’à d’autres grandes courses. Côté cyclo-cross j’ai encore participé cette saison à la coupe du monde et à des courses internationales et je termine ma saison à la 59 e place du classement UCI de cette discipline. Pourquoi avoir choisi la compétition et pas simplement en faire un hobby ? C’est venu comme ça. L’homme cherche toujours des défis à relever ; moi aussi ! J’ai choisi le VTT et puis le cyclo-cross parce que c’est un domaine technique plutôt masculin où il faut oser. J’ai voulu montrer qu’une femme peut arriver à faire la même chose que les hommes. Une fois prise dans cette compétition, c’est comme un virus, cela ne vous lâche plus à condition que cela reste aussi un plaisir. Est-ce un sport difficile pour une femme ? Pour une femme c’est souvent plus dur que pour un homme de combiner le métier, les tâches ménagères, les enfants et les entraînements. Cela relève parfois de l’acrobatie ! Se faire reconnaître aussi. Le vélo est resté un domaine un peu macho et le cyclisme féminin est vraiment marginalisé par les médias. L’attitude des hommes est souvent méprisante. Quand je m’entraîne sur route, dès que des cyclistes masculins m’aperçoivent, ils font tout pour me dépasser. Mal leur en prend !
des cyclistes internationales UCI Quel entraînement suivez-vous ? Je m’entraine quasi quotidiennement, mais en hiver quand il fait trop mauvais, je roule sur un vélo de spinning ; ou dans mon garage sur mon vélo posé sur des rouleaux. Quand j’en descends, au bout d’une heure environ, il faut passer la serpillère tellement j’ai transpiré ! Est-ce un sport dangereux ? Pas si l’on est attentif. Je me suis fait par chance peu de blessures. Peut-être grâce à ma pratique du cyclo-cross qui m’a appris l’équilibre. Dans le vélo sur route, plus jeune, je tombais lorsque j’étais au cœur du peloton : j’avais peur des autres, de tomber… A l’arrière du peloton, ce n’était pas mieux : j’y retrouvais celles qui étaient fatiguées et qui commettaient plus d’erreurs. Avec le temps, j’ai appris… VTT, cross, vélo de route… Vous pratiquez sur tous ces vélos ? Quelles différences entre eux ? Oui, et je fais même de la moto depuis mes 42 ans ! Pour résumer : la taille des roues, le terrain, les temps de parcours et l’intensité de l’effort. En cyclo-cross, le circuit est de 2 à 3 km et l’on roule dans la boue ou la neige. Intense, ce sport est pratiqué par des spécialistes, mais aussi les coureurs sur route dans l’entre-saison pour ne pas perdre le rythme. Le VTT est un vélo à part, plus lourd et les parcours sont plus longs et éprouvants pour le dos. Au Luxembourg, il n’y a plus de championnat depuis 2000. J’ai remporté le titre de championne en 1998., ensuite j’ai arrêté cette discipline. Comment expliquez-vous votre longévité sportive ? Par le plaisir et les projets permanents ! A 50 ans, la carrosserie et le châssis accusent quand même certains défauts, même si le moteur tourne encore bien ! En ce qui concerne la saison route, j’espère faire quelques belles courses internationales avec mon team UCI Pratomagno Women dont fait également partie ma fille Trixy, en mettant mon expérience au service de mes coéquipières. Si j’arrive à transmettre aux jeunes ma passion pour le sport, l’envie et le plaisir de rouler et de réaliser leurs rêves, cela suffira à mon bonheur. Le fait de pouvoir pratiquer mon sport avec ma fille est une source de plaisir énorme pour moi. En cyclo-cross j’envisage encore l’une ou l’autre belle performance l’hiver prochain. Avec mon mari Marc et deux amis, je participerai cet été à une course un peu folle à travers la Suisse : la « Tortour », 1000 km avec près de 15 000 m de dénivelé. Et puis je n’ai pas abandonné l’idée de faire le Grand Raid VTT en équipe familiale. Si on n’a plus de projets, on ne vit plus ! Le dopage existe-t-il dans le cyclisme féminin ? le présent. a CONFIDENCES | 9 Personnellement, j’ai toujours roulé sans utiliser de produits, mais dans le cyclisme professionnel où le gagne-pain dépend des résultats, je peux comprendre, sans l’approuver, que des coureurs soient tentés d’améliorer leurs performances. Ceci est d’autant plus vrai pour les courses où il y a beaucoup d’argent à gagner. Dans le cyclisme féminin, beaucoup moins médiatisé (on pourrait même dire négligé par les médias) l’enjeu financier est bien moindre et la tentation moins grande. Je dirais pourtant que comme dans tous les autres sports, comme en politique et dans la vie de tous les jours il y aura toujours des tricheurs. À chacun de traiter avec sa propre conscience… De toute façon, la majeure partie de l’effort se fait au pédalage, avec un petit moteur on ne pourra jamais égaler une grosse cylindrée, même en y versant le meilleur carburant ! J’aime La franchise et la simplicité. Je n’aime pas La mesquinerie et la violence. Vous travaillez comme institutrice spécialisée dans le sport. Cela vous laisse-t-il du temps pour d’autres activités ? J’ai certaines activités bien féminines comme le tricot et la pâtisserie, mais également le bricolage et la lecture. Malheureusement, elles sont souvent réduites aux vacances scolaires. Et si c’était à refaire ? Si on regarde trop en arrière, on risque de trébucher dans



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 1Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 2-3Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 4-5Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 6-7Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 8-9Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 10-11Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 12-13Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 14-15Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 16-17Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 18-19Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 20-21Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 22-23Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 24-25Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 26-27Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 28-29Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 30-31Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 32-33Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 34-35Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 36-37Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 38-39Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 40-41Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 42-43Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 44-45Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 46-47Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 48-49Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 50-51Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 52-53Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 54-55Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 56-57Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 58-59Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 60-61Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 62-63Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 64-65Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 66-67Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 68-69Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 70-71Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 72-73Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 74-75Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 76-77Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 78-79Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 80-81Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 82-83Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 84-85Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 86-87Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 88-89Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 90-91Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 92-93Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 94-95Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 96-97Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 98-99Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 100-101Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 102-103Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 104-105Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 106-107Femmes Magazine Luxembourg numéro 137 mai 2013 Page 108