Femmes Magazine Luxembourg n°125 avril 2012
Femmes Magazine Luxembourg n°125 avril 2012
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°125 de avril 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Alinéa Éditions & Communication s.à r.l.

  • Format : (210 x 277) mm

  • Nombre de pages : 108

  • Taille du fichier PDF : 13,4 Mo

  • Dans ce numéro : reportage sur les traditions pascales.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
50 | Femmes d’ailleurs Godefroy Gordet (traduit de l’anglais par Julie Thielen) Mercy Annapoorni Au service d’une comm Mercy Annapoorni est directrice de l’ONG, Blossom Trust, elle lutte corps et âme depuis plus de 30 ans, pour élever la société indienne. C’est dans un bric-à-brac humain, un désordre où règnent d’innombrables contrastes, que la « Dame », comme on l’appelle ici, s’est hissée au rang des figures emblématiques d’Inde du Sud. Elle nous a donné rendez-vous dans la petite bourgade de Virudhunagar, en Inde du Sud, dans le jardin de Dayspring Home, un orphelinat géré par l’association. Submergée par le travail, Mercy est arrivée tard dans la nuit, accompagnée de son chauffeur, dans une jeep imposante. Il est 22h30, nous sommes assis dehors devant les dortoirs des enfants, sur des chaises en plastique, à la lueur d’une ampoule fatiguée, le chauffeur pique déjà un roupillon tandis qu’entre les coupures de courant, elle nous raconte son histoire… Et jeunesse passa… Petite fille timide et introvertie, Mercy est une enfant complexée. Délaissée par ses parents au détriment de sa petite sœur et de son frère aîné. « Partout en Inde, ils donnent la priorité aux hommes, depuis le plus jeune âge, on s’occupe mieux des garçons ». Cadette de la famille elle se sent exclue et, de fait, ne travaille pas bien à l’école, ne sort pas, ne parle à personne. « C’est ainsi que j’ai grandi ». Pendant ses études supérieures, elle commence à s’investir dans des groupes associatifs comme la Fédération des étudiants de l’université catholique, et dans des mouvements féministes extra-universitaires. « J’étais fascinée par leur approche et par la manière dont elles aidaient les femmes à aborder certains thèmes comme la violence et d’autres problèmes rencontrés par les étudiantes à la fac (…) J’avais envie de travailler avec elles ». A la fin de ses études, Mercy a 18 ans, elle se marie et met au monde son premier garçon l’année suivante. « Je pensais que le mariage serait une révélation pour moi, mais ce n’était malheureusement pas le cas. Ce fut un gros choc de me rendre compte qu’il n’y avait aucune possibilité pour moi d’évoluer. » Un besoin d’émancipation Au diable les traditions, Mercy veut travailler ! Pleine de détermination, elle entre au bureau de communication du diocèse de Madurai en tant que secrétaire. « A l’époque, j’aimais travailler avec des femmes, mais je ne voyais pas encore à quel point elles souffraient puisque j’avais aussi des problèmes dans ma vie. J’attendais donc une opportunité. »
unauté Avant de s’envoler pour les Etats-Unis, le père Amalan, alors directeur du diocèse, place Mercy à la tête de Blossom Trust qui n’est alors qu’à l’état embryonnaire. Les objectifs et besoins de l’association se dessinent progressivement, et c’est seule que la jeune Indienne va la faire grandir. En 1994, l’association devient caritative et une équipe de femmes se mobilise. Néanmoins il faut encore se battre pour que l’association soit reconnue et autorisée par l’Etat, mais cela semble difficile tant la corruption et la bureaucratie rendent les choses compliquées. « Je veux souligner ce point pour montrer que ce n’est pas si facile pour une femme de mettre en œuvre un programme, car, dans la mentalité des hommes et dans la société indienne en général, une femme doit tout accepter ». En 1998, après des allers-retours à Delhi, Mercy obtient l’autorisation tant convoitée. C’est une première victoire pour elle, son équipe et l’association. « Nous appartenons à Blossom » Dès lors Blossom Trust est définitivement lancée. Axée sur la condition féminine, l’association tente de développer des programmes d’entraide et des formations pour éduquer les femmes de la région et leur permettre de trouver un travail, « l’indépendance financière donne aux femmes le pouvoir de prendre des décisions ». Ces groupes d’entraide ont été une base encourageante, mais dans un pays où le virus du VIH est un véritable fléau, les actions devaient prendre une autre direction. « Nous devions ensuite trouver une solution pour leur apprendre à se soigner. » Ainsi en 1999, le programme Edu-clowns voit le jour dans le but d’informer de manière ludique la population sur les maladies du sida et de la tuberculose. « En Inde il est très difficile d’aborder un tel sujet en public, les gens cassaient nos véhicules, et nous insultaient quand nous commencions à parler de contraception, les femmes s’enfuyaient lorsque les clowns sortaient des préservatifs de leurs poches. » Blossom Trust vient aujourd’hui en aide aux femmes, aux enfants, et même aux hommes. Les objectifs de départ ont migré vers une activité et un investissement humanitaire, l’association ne connait pas de limite. Femmes d’ailleurs | 51 « 15 000 femmes sont membres de l’association. Parfois, je lis dans le journal avec grande satisfaction que l’aspect économique et la santé s’améliorent. La femme prend des décisions au sein de sa famille. La belle mère la respecte, les enfants la respectent et les gens de la communauté aussi. Tout ça a été possible grâce à Blossom. Le travail n’est pas encore achevé. Il y a 20 ans j’étais seule, maintenant j’ai 50 femmes qui font ce travail avec moi. J’ai aidé les autres à s’épanouir dans leur vie, moi y compris… Il n’y a pas de retraite dans ce métier, jusqu’à la fin de mes jours je travaillerai. » a En bref Sa plus grande réussite : « La reconnaissance du public, ça, c’est la plus grande réussite. De nombreuses vies ont changé grâce à Blossom. Bientôt nous verrons un vrai changement dans la vie des femmes au Tamil Nadu et en Inde. » Ses inspirations : « Dieu et les femmes d’influence, en particulier la chef du gouvernement du Tamil Nadu J.Jayalalithaa. Toutes les femmes d’influence m’inspirent, comme Indira Gandhi. Le pouvoir permet de mettre en œuvre des idées… » Son plus grand soutien : « Mon mari. » Pour toutes informations complémentaires ou pour faire un don, consultez le site www.blossomtrust.org.in ou par mail blossomtrust@gmail.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 1Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 2-3Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 4-5Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 6-7Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 8-9Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 10-11Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 12-13Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 14-15Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 16-17Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 18-19Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 20-21Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 22-23Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 24-25Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 26-27Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 28-29Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 30-31Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 32-33Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 34-35Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 36-37Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 38-39Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 40-41Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 42-43Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 44-45Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 46-47Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 48-49Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 50-51Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 52-53Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 54-55Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 56-57Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 58-59Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 60-61Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 62-63Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 64-65Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 66-67Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 68-69Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 70-71Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 72-73Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 74-75Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 76-77Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 78-79Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 80-81Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 82-83Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 84-85Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 86-87Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 88-89Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 90-91Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 92-93Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 94-95Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 96-97Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 98-99Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 100-101Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 102-103Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 104-105Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 106-107Femmes Magazine Luxembourg numéro 125 avril 2012 Page 108