Esprit Bonsaï n°26 mars 2007
Esprit Bonsaï n°26 mars 2007
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°26 de mars 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (220 x 285) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 60,4 Mo

  • Dans ce numéro : le Pinus mugo, pin de montagne.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
Ikebana Jeux Outre de la liberté qu’elles laissent à l’imagination du créateur, les formes d’expression libre répondent à des règles de classification, mais il s’agit plus d’un guide pour les nommer que d’une contrainte. lignes Auteur  : Soazic Le Franc Avec l’apparition du style « moribana » au début du XX e siècle, les nouvelles tendances posèrent des problèmes d’écoles  : fallait-il disposer les fleurs sans artifice ? s’opposer radicalement à ce qui semblait ne plus être « ikebana » ? adopter un moyen terme ? Le style jiyubana permettant de réaliser un bouquet avec une totale liberté pouvait répondre aux attentes des jeunes artistes japonais dépositaires de la discipline ancestrale. Du réalisme à l’abstrait Le moribana est une composition réalisée dans une coupe – ou suiban. Les végétaux y sont disposés à l’aide d’un pique-fleurs – ou kenzan, la coupe est suffisamment large pour laisser apparaître la surface de l’eau et parfois deux ou trois pique-fleurs sont utilisés. Pour l’école Sogetsu, le terme moribana s’applique principalement à toute une série de compositions classiques, dites « variation », c’est pourquoi ce terme ne s’y utilise pas spécialement pour tous les bouquets en coupe. L’école Sogetsu laissant une grande place à l’imagination de celui qui pratique, le jiyubana y sera forcément largement pratiqué, mais là encore ce terme est remplacé par « expression libre » – ou free style. Nous pouvons différencier ces formes d’expression libre suivant leur degré de modernité  : réalistes, non-réalistes et abstraites. « Opposition » Opposition des lignes végétales ponctuée de trois lys abricot pour ce bouquet à classer dans les non-réalistes à caractère rustique  : bien que le saule setsuka et les feuilles de dracena soient utilisées d’une manière naturelle, le mélange des origines et des saisons végétales est là... Il est vrai aussi que de nos jours le dracena s’acclimate très bien à la plupart de nos régions et dans nos jardins, mais ce n’est pas un natif. Composition Soazic Le Franc. Asphodelinh. 62 Esprit Bonsaï nº 26
Les réalistes - Dans ces compositions, la nature est respectée. Les végétaux sont peu ou pas sculptés et placés comme ils poussent. Il ne faut pas mélanger les origines des végétaux, comme par exemple le chêne et les Alpinia. Les bouquets doivent représenter des petites scènes rurales. Pour leur donner plus de caractère, il faut apporter un soin particulier au choi des végétaux et à leur couleur. Les non-réalistes - Les végétaux sont sculptés, placés d’une manière non-réaliste, par exemple la tête en bas. Ils peuvent être transformés, toutes sortes de matières peuvent être utilisées pour structurer les compositions, il est possible de mélanger les Ci-dessous  : « Hiver » Cette composition dépouillée met en scène le Picea et l’endive en clin d’œil à l’hiver  : la ligne oblique du sapin protège la culture de l’endive ouverte ressemblant à un nénuphar. l’endive-fleur, pour peu qu’il ne fasse pas trop chaud dans la maison, résiste très bien et passe petit à petit du jaune au vert. Les trois tulipes roses annoncent la fin de l’hiver. Cette composition réaliste n’est pas tout à fait végétative  : si la branche de sapin est peu sculptée, l’endive a subi une délicate transformation. Composition Marie-Thérèse Aubin. Asphodelinh. origines des végétaux, ceux-ci peuvent être teints etc. « Saisir et fixer une impression de mouvement tout en manifestant beaucoup d’esprit et d’imagination » est ce que préconisa Sofu Teshigahara, fondateur de l’école, qui emprunta royalement la voie des compositions non-réalistes. Les abstraites - Aucune limite n’est imposée dans les choix des matériaux, ni des formes, ni des règles. La composition exprime non pas les sentiments de son auteur, mais une ambiance liée à son vécu, sinon un style ; le terme d’abstrait, utilisé les années passées pour ne pas dire au siècle dernier, ne me convient pas, lui préférant le terme « conceptuel », mais ceci est une autre histoire... L’humeur du jour Pratique, ce classement des « expressions libres » n’est pas aussi clair dans la réalité, car il faut prendre en compte la forme des végétaux et la manière dont ils seront sculptés  : une composition réaliste végétative faite de feuilles d’iris pourra paraître plus moderne qu’une composition non-réaliste faite de branches de pin taillées ! On aura donc ainsi des réalistes à caractère Ci-dessus  : « Rosalba » Plus rien n’est naturel dans ce bouquet structuré par les lanières de bois arquées et teintées  : les lignes droites de Phytolacca et la guirlande de roses blanches étagées. L’eau du contenant se teintera petit à petit de la couleur de la lanière. Cette composition peut se classer dans les non-réalistes à caractère décoratif. Composition Soazic Le Franc. Asphodelinh. « végétatif », ou « moderne », ou « lyrique », de même les non-réalistes pourront être à caractère « naturel », « rustique », « décoratif », « exotique », etc. Nous le savons, en matière d’art, ou le mot liberté est un mot-clef, rien n’est simple et rien n’est figé, il est possible de décortiquer les bouquets, mais la plupart du temps tout se fait naturellement selon l’humeur du jour. Dans ce vaste jardin de l’expression libre, le pédagogue se doit, avec ces classements sommaires, d’aiguiller ses élèves, mais l’artiste lui se balade et butine où bon lui semble. Esprit Bonsaï nº 26 63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 1Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 2-3Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 4-5Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 6-7Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 8-9Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 10-11Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 12-13Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 14-15Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 16-17Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 18-19Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 20-21Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 22-23Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 24-25Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 26-27Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 28-29Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 30-31Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 32-33Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 34-35Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 36-37Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 38-39Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 40-41Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 42-43Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 44-45Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 46-47Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 48-49Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 50-51Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 52-53Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 54-55Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 56-57Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 58-59Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 60-61Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 62-63Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 64-65Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 66-67Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 68-69Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 70-71Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 72-73Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 74-75Esprit Bonsaï numéro 26 mars 2007 Page 76