Esprit Bonsaï n°23 oct/nov 2006
Esprit Bonsaï n°23 oct/nov 2006
  • Prix facial : 6,40 €

  • Parution : n°23 de oct/nov 2006

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (220 x 285) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 48,7 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur le chêne.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
Enlever un bon morceau d’écorce avec un couteau aiguisé. Il faut dénuder un anneau d’écorce d’une largeur égale au diamètre du tronc à cet endroit. Appliquer des hormones sur la partie où il est souhaitable de voir sortir les nouvelles racines (la partie supérieure) Recouvrir la zone avec une couche de mousse enroulée dans du plastique, ou entourée d’un pot en plastique coupé. Septembre 2001 Finalisation du marcottage et rempotage de la cime A B Ci-contre  : quatre mois après l’application de la technique du marcottage. Une fois l’enracinement confirmé, nous pouvons retirer la couche de mousse. L’enracinement peut se vérifier par le contact dur, palpable en touchant la mousse. Il est recommandé d’attendre le printemps suivant pour retirer la mousse si l’enracinement est insuffisant. A -Vérification de l’état d’enracinement. On n’observe pas de problème particulier. B - Le tronc est coupé prudemment avec une scie, sans endommager les petites racines. Rempotage avec les racines allongées dans un pot en céramique. Le tronc est fixé avec du fil de ligature, pour lui donner plus de stabilité. 48 Esprit Bonsaï nº 23 La cime ainsi coupée est rempotée dans un pot d’entretien en attendant que l’arbre sorte ses racines plus franchement et qu’il acquière plus de vigueur. Au printemps suivant, nous procéderons à une réforme drastique. Après la coupe de la cime. La branche située à droite, de grosseur supérieure et placée juste au-dessous de la coupe, sera utilisée comme branche de substitution pour prolonger le tronc principal. Il aurait présenté un aspect regrettable, mais maintenant son apparence est totalement différente de celle qu’il avait avant la substitution.
Le secret pour refermer la plaie avec rapidité et efficacité consiste à effectuer le traitement pendant l’époque de croissance. La meilleure époque de l’année pour effectuer la substitution d’une cime et la taille des branches est le printemps. Comme les blessures se soignent plus difficilement à mesure que le temps passe, il faut les refermer le plus vite possible. Si on met en œuvre des traitements de ce type durant la période de croissance, quand l’arbre est en pleine activité, la blessure se ferme- Astuce pour le traitement de la zone blessée ra plus rapidement. On gratte la zone de la coupe avec un couteau aiguisé, en taillant un peu vers l’intérieur. Avec un bon traitement appliqué postérieurement, la coupure pourra se refermer, et cela resterait vrai même si la blessure était de la taille d’un poing, bien que sur cette espèce le traitement ne soit pas aussi efficace que sur l’érable à cinq lobes. Ici, le traitement du nettoyage de la plaie est effectué au mois de septembre, car c’est à cette saison que s’est terminé l’enracinement de la cime marcottée. Ce mois a aussi été choisi pour finir quelques traitements délicats avant l’hiver. Bien que ce ne soit pas le printemps, il faut faire en sorte que la coupe soit la plus propre possible dans la zone de la taille pour empêcher que la partie interne du tronc ne s’assèche. Si les blessures ne se referment pas rapidement, il est conseillé de gratter autour de la plaie jusqu’au mois de mai. Il ne faut pas gratter trop non plus, sans quoi l’efficacité du traitement serait moindre. A B C A - Zone de la coupe, après l’élimination du sommet. Sans traitement, en plus du risque d’assèchement de la partie interne du tronc, on augmente les possibilités de voir se former une vilaine cicatrice. D B - On repasse sur la partie coupée avec un couteau bien aiguisé, puis on protège avec une pâte cicatrisante. Sur l’érable de Buerger (Acer buergerianum), il faut tailler la blessure un peu vers l’intérieur. E C - Septembre 2001. Situation après avoir repassé sur la zone de la blessure. D - Juin 2002. Un an plus tard, la moitié de la blessure est refermée. Jusqu’au mois de mai, si on gratte un peu la partie blessée toujours pour la refermer, la guérison sera plus effective. E - Septembre 2003. La cicatrice est complètement refermée. Cette espèce se referme avec assez de force et ne présentera pas de complications majeures si on lui applique un traitement correct postérieur à la coupe. Un nouveau départ Quatre mois ont passé depuis le marcottage. Après avoir vérifié que l’enracinement est correct, la cime est séparée de l’arbre principal et ainsi un nouveau processus de formation d’un bonsaï est entamé. La branche située à droite, de grosseur supérieure et située à côté de la coupe, sera utilisée comme branche de remplacement pour prolonger le tronc principal. Cette branche est encore mince, il faudra la laisser pousser et grossir, pour parvenir ainsi à une plus belle harmonie avec la grosseur du tronc. Maintenant, nous allons commencer à donner forme à la cime, en défoliant partiellement pour éclaircir les petites branches en profitant des nouveaux bourgeons qui apparaîtront autour de la partie coupée du tronc. La forme de cet arbre gardera le même style, étant donné que l’objectif consistait en l’élimination du défaut d’esthétique qui affectait le tronc principal. Cependant, il reste encore à déterminer la hauteur finale, si elle doit être inférieure à la précédente pour mettre en valeur la présence de la pierre ou si elle doit garder une hauteur similaire, suffisante pour un bonsaï de taille moyenne. Sommet - Septembre 2001. La cime, après la coupe. La coupe est effectuée une fois que l’on a choisi une branche pour prolonger le tronc principal. On ne peut pas compter sur les futurs nouveaux bourgeons pour remplacer le tronc principal. Juin 2002. Laisser pousser la branche de remplacement, pour obtenir une grosseur plus importante et un prolongement plus naturel du tronc. Septembre 2003. On observe une belle croissance en deux ans de culture. Il a été prévu de laisser l'arbre pousser pour que la hauteur de la cime soit augmentée. Esprit Bonsaï nº 23 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 1Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 2-3Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 4-5Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 6-7Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 8-9Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 10-11Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 12-13Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 14-15Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 16-17Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 18-19Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 20-21Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 22-23Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 24-25Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 26-27Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 28-29Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 30-31Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 32-33Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 34-35Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 36-37Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 38-39Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 40-41Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 42-43Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 44-45Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 46-47Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 48-49Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 50-51Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 52-53Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 54-55Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 56-57Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 58-59Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 60-61Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 62-63Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 64-65Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 66-67Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 68