Esprit Bonsaï n°23 oct/nov 2006
Esprit Bonsaï n°23 oct/nov 2006
  • Prix facial : 6,40 €

  • Parution : n°23 de oct/nov 2006

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (220 x 285) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 48,7 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur le chêne.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
Pinus mugo pumilio de trois ans fraîchement rempotés en conteneur de 1,5 litre. La longueur des aiguilles est un gage de bonne santé et d'une bonne fertilisation. Lors du repiquage, il faut veiller à bien ouvrir les racines et à remonter l’arbre dans le godet pour exposer le collet à la lumière. Ceci permet de faire grossir beaucoup plus rapidement la base des jeunes plantes. Certaines plantules peuvent être regroupées dans le même godet pour la création de styles à troncs multiples ou plantation de groupe. Les arbres sont alors conservés en tunnel horticole, l’arrosage est abondant. Fertiliser par un engrais à libération lente (NPK  : 14- 14-14) à compter du mois d’avril. Début des pincements Pendant cette deuxième année de culture, les jeunes arbres sont pincés  : effectuer un pincement sur la ou les chandelles pour limiter la pousse apicale et favoriser l’apparition de bourgeons en arrière. Il est très important d’intervenir de cette façon très tôt dans la vie des arbres pour leur conférer l’esprit du bonsaï. Un nouveau rempotage Pour leur troisième année, les plants sont rempotés dans des contenants de dimension supérieure  : conteneur de 1,5 litre par exemple. Pour cela, employer le même substrat que précédemment. Personnellement, nous préconisons un rempotage de fin d’été/début d’automne. Les raisons en sont simples  : les Pinaceae marquent une pause estivale. Avant l’hiver, apparaît toutefois une reprise d’activité racinaire et si le rempotage est effectué avant ce phénomène, les arbres ont le temps de s’installer confortablement dans leur nouveau contenant. Préférer à ce stade des pots en plastique noir  : le noir capte la chaleur et favorise la multiplication cellulaire au ni- 36 Esprit Bonsaï nº 23 veau des racines ainsi que la prolifération des mycorhizes. Les arbres rempotés sont conservés en tunnel durant l’hiver. Les journées ensoleillées génèrent de la chaleur dans la structure, ce qui stimule les plantes. Au printemps suivant, la fertilisation reprend avec le même engrais. Un complément nutritif peut être associé à l’arrosage une fois par mois. À la pousse, les arbres sont systématiquement pincés pour conserver et accentuer la densité de la ramification. À partir de ce moment, il faut chercher à faire grossir les troncs  : une branche (ou la flèche) ne sera pas pincée afin de constituer un tire-sève fort qui fera gonfler le tronc en créant une circulation de sève importante. Première ligature À l’automne de la troisième année, les arbres sont désaiguillés. Il est possible de commencer à poser une ligature qui donnera le mouvement définitif du tronc. Il n’est pas encore nécessaire de ligaturer les branches  : certaines seront supprimées dans l’avenir et leur diamètre est encore faible. Il ne faut pas hésiter à serrer le fil de ligature  : ceci contribue à faire grossir le tronc. Les mouvements donnés doivent être vifs et devront s’orienter dans toutes les dimensions de l’espace  : nous avons souvent tendance à oublier qu’un arbre s’exprime en trois dimensions. Au fil des années, torsions et pliures effectuées sur l’arbre créeront le plus bel effet, surtout si elles sont jumelées avec des mouvements en spirale. Il est très important avant la ligature, de prévoir les zones d’effort du fil sur le tronc, sinon, le fil risque d’être inefficace. Nouveau rempotage et substrat Durant l’hiver suivant, les arbres sont conservés en tunnel  : ils doivent être isolés des grands froids car fragilisés par la pose du fil et la mise en forme. À la fin de leur troisième année, les plants sont corsés, l'étape suivante consiste à faire grossir les troncs.
Au printemps de la quatrième année, il est possible de procéder à un nouveau rempotage, dans un contenant un peu plus grand, et de tester peut-être la méthode japonaise de culture en passoire. C’est le moment d’utiliser un substrat différent, car le mélange employé jusqu’à présent est plus adapté aux jeunes arbres rempotés régulièrement. L’arbre peut demeurer plusieurs années dans ce nouveau mélange, qui doit être de forte granulométrie, drainant et acide, par exemple  : - écorce de pin compostée tamisée, - pouzzolane 6/8 tamisée rincée, - gravier 6/8 tamisé rincé. Les caractères physiques de ce nouveau mélange obligent à surveiller l’arrosage. De plus, à partir du mois de mars, les arbres doivent être cultivés à l’extérieur, en plein soleil. Un apport d’engrais organique (type Biogold 5.5/6.5/3.5) incitera les jeunes arbres à pousser surtout en densité, et à fabriquer du bois. La fertilisation peut être complétée par un engrais chimique soluble une fois par mois. Et après… Les années suivantes, les arbres seront construits par la méthode classique de culture. Il est important toutefois de bien comprendre qu’un des atouts majeurs du Pinus mugo réside dans sa capacité à émettre un bourgeonnement arrière très facilement. 1 - Un plant avant le désaiguillage. 2 - À la base de la plante, le nebari est prometteur. 3 - Le désaiguillage fait apparaître la structure de l'arbre. Malgré le jeune âge de la plante, un caractère fort est déjà ressenti. 4 - Un fil de ligature est planté à la base de l'arbre, il est remonté le long de la plante en suivant les règles élémentaires de ligature. 5 - Le fil est maintenant posé. 6 - Le tronc est mis en forme délicatement. Les mouvements sont accentués car ils vont en partie disparaître lors de la croissance de l'arbre. 1 2 3 4 5 6 Esprit Bonsaï nº 23 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 1Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 2-3Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 4-5Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 6-7Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 8-9Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 10-11Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 12-13Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 14-15Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 16-17Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 18-19Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 20-21Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 22-23Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 24-25Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 26-27Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 28-29Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 30-31Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 32-33Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 34-35Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 36-37Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 38-39Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 40-41Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 42-43Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 44-45Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 46-47Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 48-49Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 50-51Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 52-53Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 54-55Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 56-57Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 58-59Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 60-61Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 62-63Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 64-65Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 66-67Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 68