Esprit Bonsaï n°23 oct/nov 2006
Esprit Bonsaï n°23 oct/nov 2006
  • Prix facial : 6,40 €

  • Parution : n°23 de oct/nov 2006

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (220 x 285) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 48,7 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur le chêne.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
Genyi sur un support à pieds surélevés dans le style de Suzhou. La racine est présentée à l’envers par rapport à sa position naturelle. Dimensions  : 30 cm X 17 cm X 35 cm. haute de quelques pouces. Elle ressemblait à deux dragons jouant, les queues entrelacées. Ecailles et barbes, griffes et ongles, tout y était. » Un monde à l’envers Yang Jieyou dit que « les herbes et les arbres vivent renversés, les animaux vivent horizontalement, seuls les hommes vivent droits ». Ainsi, la « tête » et les « cheveux » des végétaux se trouvent en bas, ce sont les racines. C’est pourquoi le taoïste qui veut atteindre un état de vie spontanée se suspend à l’envers comme un arbre. Dans les sites merveilleux, les végétaux et les pierres poussent à l’envers. Au sommet des montagnes, il y a des « pins qui sont comme des dragons bleus tombant à la renverse, et leurs racines poussent vigoureusement, semblables à des cheveux. Ils ont traversé les âges et pourtant ils restent toujours verts. » Par suite d’un « renversement », le « monde céleste » - initialement représenté par la montagne - est devenu le « monde souterrain ». Dans une caverne, qui représente le monde intérieur, tout est inversé par rapport au monde extérieur. Les chauves-souris (symboles de longévité) s’y trouvent la tête en bas et les pierres (les stalactites) s’y développent à l’envers. Dans son studio, le lettré aime aussi disposer des racines d’arbre qui sont souvent présentées à l’envers par rapport à leur position naturelle. Un monde d’immortalité Les images d’immortalité sont nombreuses dans l’art chinois. Doux au toucher, le jade possède une grande valeur justifiant sa présence parmi les « Cent antiques ». Image de la vertu, de la pureté et de l’autorité impériale, cette pierre dure est aussi un symbole d’immortalité. Le jade le plus réputé est celui qui provient de la région de Hetian dans la province du Xinjiang. Autrefois, il y était très abondant et on le trouvait facilement dans les vallées. Aujourd’hui, il faut escalader les montagnes couvertes de neige des environs pour en trouver. Cette région située au nordouest de la Chine est un lieu de légendes, le lieu du mont Kunlun où, dit-on, se trouvent des palais merveilleux, des jardins suspendus et des sources de vie éternelle. Dans les temps anciens, on disait que celui qui atteignait le sommet du Kunlun atteignait l’immortalité. C’est le lieu de résidence de Taiyi (la « Grande unité ») , de la Reine Mère de l’Ouest (Xi wangmu) et de l’Empereur Jaune (Huangdi). La couleur jaune est la couleur impériale par excellence ; elle est associée à la métamorphose et à la « cinquième des directions célestes », c’est-à-dire au Centre. La légendaire Montagne Jaune dont parle le Shanhaijing (Guide des montagnes et des mers) est parfois confondue avec le Mont Kunlun. On n’y trouve aucun arbre et aucune plante en dehors du bambou commun et du bambou flèche. C’est là que coule la rivière au Regard Fixe, qui contient beaucoup de jade. En Chine, les pierres de couleur jaune, en particulier les pierres « de cire jaune » (Huanglashi), jouissent d’un grand prestige et celles qui ont la forme d’une montagne sont particulièrement précieuses. Le lettré chinois les recherche donc avec persévérance pour les disposer dans son studio. Un monde complet de yin et de yang En Chine, les rêves sont parfois considérés comme une expérience de l’âme qui peut quitter le corps pendant le sommeil (shenyou) ; provoquer la résonance d’âme (shenyun) est un des objets de l’art chinois. Les pierres de rêve, dont la surface coupée et polie représente des paysages de montagnes, sont à l’image de la peinture à l’encre chinoise où s’interpénètrent le vide et le plein (xushi). Shi (le plein) indique aussi « le fruit, la graine » et se prononce comme un autre caractère qui signifie « la pierre ». Xu (le vide) se prononce comme le terme qui veut dire « souffler doucement », et un autre caractère 30 Esprit Bonsaï nº 23
Pour le lettré chinois, cette conquête de la dureté par la douceur est fascinante. avec un accent légèrement différent signifie « grain » parce que le vide contient en luimême la totalité. Pour le lettré chinois, le noir et le blanc, le plein et le vide, le yin et le yang sont les deux conditions primordiales de toutes choses. On dit que le yang est ce qui procède du ciel et le yin est ce qui procède de la terre, et c’est leur interaction qui crée le monde. La pierre, qui est un matériau dur, relève du yang. Les racines d’arbres sont plus souples et relèvent du yin. Pourtant, même si les racines sont plus fragiles, elles finissent par pénétrer la pierre avec les années. Petit à petit, les racines fendent la pierre et poussent autour de celle-ci. En grandissant lentement, elles finissent même par l’entourer. Pour le lettré chinois, cette conquête de la dureté par la douceur est fascinante. Dans la nature, les racines qui englobent des pierres (Genbaoshi) constituent des pièces à la fois étonnantes et rares. Lorsqu’on en trouve, on essaie de dégager la meilleure forme ou la meilleure sculpture pour la racine. Les pierres, quant à elles, sont laissées aussi naturelles que possible. On obtient alors des objets étranges pour orner son studio et méditer sur leur signification tout aussi étrange que les objets eux-mêmes. Car, ainsi que le dit Guo Pu, « une chose n’est pas étrange par elle-même ; il dépend de moi de la rendre étrange ». Ancien zhongrushi chinois sur un support à pieds surélevés. Cette pierre a la forme d’un animal merveilleux ou préhistorique. Dimensions  : 31 cm X 9 cm X 29 cm. Ci-dessus  : huanglashi en forme de montagne. Cette pierre suggère la légendaire Montagne jaune. Dimensions  : 19 cm X 13 cm X 10 cm. À gauche  : jade de Hetian sur un support (shizuo) simple et lisse comme la pierre. Dimensions  : 12 cm X 7 cm X 19 cm. À droite  : pierre de rêve représentant un paysage de montagnes dans la brume. Dimensions  : 17 cm X 8 cm X 22 cm. Esprit Bonsaï nº 23 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 1Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 2-3Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 4-5Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 6-7Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 8-9Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 10-11Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 12-13Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 14-15Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 16-17Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 18-19Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 20-21Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 22-23Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 24-25Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 26-27Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 28-29Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 30-31Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 32-33Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 34-35Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 36-37Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 38-39Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 40-41Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 42-43Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 44-45Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 46-47Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 48-49Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 50-51Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 52-53Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 54-55Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 56-57Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 58-59Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 60-61Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 62-63Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 64-65Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 66-67Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 68