Esprit Bonsaï n°23 oct/nov 2006
Esprit Bonsaï n°23 oct/nov 2006
  • Prix facial : 6,40 €

  • Parution : n°23 de oct/nov 2006

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (220 x 285) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 48,7 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur le chêne.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Partir d’un yamadori Octobre, novembre est l’époque pour entreprendre d’extirper de son sol natal un « pépère » repéré lors de vos sorties « bonsaïstiques » (néologisme à retenir). Il s’agit de prélever un arbre que divers facteurs (abroutissements, girobroyeurs, altitude, actions humaines, etc.), ont empêché de grandir normalement. Mais attention, hors de question de s’attaquer à un « bébé » de la taille d’un crayon ! Aucun intérêt. Seuls nous intéressent les fameux troncs évoqués ci-dessus. Il faut oublier la forme que peut avoir le sujet retenu (supprimer pratiquement toute la partie aérienne) et se concentrer uniquement sur le diamètre du tronc (4 à 5 cm sont un minimum), son mouvement en rapport avec la disposition des premières charpentières qui doivent être les plus basses possibles, son aspect (écorce, cicatrices, blessures, etc.) et le départ des premières racines superficielles, si tant est qu’elles existent. Voilà pourquoi, avant de sortir la panoplie du préleveur, dégagez précautionneusement la base du tronc pour voir apparaître ces racines superficielles qui permettront, après plusieurs années de culture, de faire naître un beau nebari. Chez les chênes, ces fameuses racines sont souvent en escalier et l’obtention d’un beau nebari n’est pas garantie d’avance. Il faut être très sélectif à ce stade, ne pas « arracher pour arracher » et ramener un sujet qui traînera toujours sa vie d’arbre en pot avec un regrettable défaut de racines. Ne négligez pas les troncs multiples si vous en trouvez car c’est l’idéal pour construire des groupes (yose ue). L’extraction d’un yamadori Extraire un arbre demande du temps afin d’éviter d’abîmer les racines (difficile hélas !). Il faut arriver à sectionner le pivot sous les racines superficielles ce qui oblige à bien dégager un côté. Coupez toutes les branches gênantes sans hésiter, le travail sera plus aisé. Coupez les racines superficielles en laissant une vingtaine de centimètres au départ du tronc. Préservez au maximum les fines racines qui peuvent l’être. Ne laissez jamais sécher trop longtemps toutes ces racines  : prévoyez de la mousse humide (sphaigne de préférence que vous laisserez autour des racines lors de la mise en caisse) pour « emmailloter » le système racinaire une fois extrait. Serrez et ficelez bien le tout dans un sac en toile de jute humide. Travailler sur place les racines facilite la tâche, car au retour, il ne reste qu’à 1 2 3 14 Esprit Bonsaï nº 23
installer les prélèvements dans des caisses de culture en bois préparées l’avance et de diverses tailles. Ce travail implique d’avoir emporté de bonnes pinces concaves pour rogner au maximum le pivot sous les racines horizontales, du mastic à cicatriser à appliquer sur les coupes – toujours les plus nettes possibles. Il s’agit ensuite de ramener ce petit monde à la maison, d’effectuer une bonne taille de structure si possible, avec quelques charpentières intéressantes ou, si ce n’est le cas, de « refaire » un arbre miniature avec juste une souche, ce qui vous prendra pas moins d’une dizaine d’années pour voir vos efforts récompensés. Le taux de reprise des chênes se situe aux alentours de 70%  : sur dix arbres prélevés, sept en moyenne redémarrent au printemps et parmi les trois défunts, il y a toujours le plus beau ! 1 - Les racines horizontales suffisantes garantissent une bonne chance de reprise de ce yamadori Deux ou trois ans plus tard, une deuxième intervention réduira la hauteur de ce système racinaire en raccourcissant le pivot le plus haut possible sous les premiers départs de racines. Photo Jean-Luc Salles. 2 - Vue sur un système racinaire d’un yamadori de chêne d’une quinzaine d’années avant sa mise en caisse de culture. Photo Jean-Luc Salles. 3 - Exemple d’une coupe de pivot. Mettez une bonne épaisseur de mastic à cicatriser sur la coupe et emmaillotez les racines de sphaigne avant de mettre en caisse de culture, dans un substrat drainant. Photo Jean-Luc Salles. 4 - Travail sur un chêne à l’issue d’un prélèvement. Seule la souche d’un diamètre de 14 cm au collet présentait un intérêt d’où l’éradication complète de toute la charpente. Il s’agit de reconstruire un arbre en démarrant avec un ersatz de tronc. Cela prendra beaucoup d’années, mais le résultat sera gratifiant. Photo Jean-Luc Salles. 5 - Un bon nebari, après quelques années de travail et de patience sur un prélèvement âgé d’une trentaine d’années. Photo Jean-Luc Salles. 4 5 6 7 6 - Les racines superficielles de ce chêne prélevé il y a quelques années se développe bien. Avec le temps, le rétrécissement disgracieux de la base du tronc va disparaître lorsque ces racines vont grossir. Photo Michèle Corbihan. 7 - Chênes préformés en hiver après un rempotage et une mise en forme. Hauteur 70 cm. Issus tous les trois de prélèvements deux années plus tôt, ils ne présentaient guère d’intérêt à être utilisés seuls et ont été réunis pour former un groupe. La difficulté dans ce type de travail est d’arriver à « coller » les souches le plus étroitement possible entre elles. Il est souvent nécessaire de couper de bonnes racines superficielles pour assurer un bon rapprochement entre les troncs. Ces mêmes difficultés se rencontrent aussi lors de la création de forêts. Photo Jean-Luc Salles. Esprit Bonsaï nº 23 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 1Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 2-3Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 4-5Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 6-7Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 8-9Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 10-11Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 12-13Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 14-15Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 16-17Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 18-19Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 20-21Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 22-23Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 24-25Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 26-27Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 28-29Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 30-31Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 32-33Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 34-35Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 36-37Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 38-39Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 40-41Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 42-43Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 44-45Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 46-47Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 48-49Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 50-51Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 52-53Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 54-55Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 56-57Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 58-59Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 60-61Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 62-63Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 64-65Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 66-67Esprit Bonsaï numéro 23 oct/nov 2006 Page 68