Direct Soir n°870 13 déc 2010
Direct Soir n°870 13 déc 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°870 de 13 déc 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : Maroon 5 le club des cinq

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
LIRE,ÉCOUTER,VOIR SPECTACLE Visionnez la vidéo Mathurin Meslay, « Ed Wood » et Astien Bosche jonglent avec la langue française. Direct Soir n o 870•Lundi 13 décembre 2010 8 JOUTE VERBALE D’UN TRIO MOUSTACHU Trois garçons talentueux dépoussièrent la langue de Molière dans « Le Grandiloquent Moustache Poésie Club » ! Oubliez tout ce que vous savez sur le slam, le théâtre d’impro et les humoristes : Le Grandiloquent Moustache Comédie Club est unique en son genre. Ce spectacle ovni met en scène trois champions de la « lexicale biture ». Astien Bosche, Mathurin Meslay et Julien Pauriol (qui préfère se faire appeler Ed Wood) maîtrisent la langue à la perfection et se font un plaisir de jouer avec elle. Tous les trois portent la moustache, mais chacun a son propre caractère. Mathurin est le décalé sensible, Astien le romantique désillusionné et Julien le salace inoffensif. C. CASTEJON TROMPEUSES APPARENCES Un jeu de cartes animé, un foulard volant à travers la scène ou encore un homme assis sans chaise, c’est ainsi que Laurent Beretta s’amuse à plonger le public dans son monde surréaliste. Avec un seul credo, ne surtout pas se fier aux apparences. C’est en laissant ses certitudes de côté que l’artiste a imaginé et préparé six mois durant son numéro Le tableau de la voleuse. De l’illusion esthétique et poétique réalisée avec dextérité et savoir-faire par un artiste de talent. Paradoxes, Laurent Beretta, Théâtre Trévise (le lundi), 14, rue de Trévise, Paris 9 e (01 48 65 97 90). L’illusionniste Laurent Beretta. Viviane et Suzanne. Pendant un peu plus d’une heure, le trio narre avec humour et autodérision leur parcours d’artistes : de leurs « débuts pathétiques » dans des théâtres minuscules, jusqu’au Grandiloquent Moustache Poésie Club qui a fait d’eux « les plus grands poètes du monde ». En verlan, en vers ou en musique, ces mousquetaires de la langue offrent un spectacle tout en finesse, qui mérite d’être vu et entendu. Le Grandiloquent Moustache Poésie Club, jusqu’au 24 décembre, au Théâtre du Rond-Point, 2 bis, avenue Franklin-Roosevelt, Paris 8 e (0144959821). BARAQUE À HICS SCÈNES Dans un décor de carton-pâte, sur un parking désolé, se dresse une baraque à frites. Débarquent les sœurs Cadoin, Viviane et Suzanne, propriétaires de cette cahute où Monsieur Martinez, professeur de français à la retraite, et Michaël, agent de sécurité, trompent leur ennui. Fantaisie tragicomique de Quentin Defalt, Monsieur Martinez bouscule son public, le fait rire et gamberger. Tous azimuts, les comédiens grimés tels des mortsvivants déroulent le fil d’une habile réflexion sur la société. L’éducation des masses, la solitude, l’inégalité des chances, la phallocratie se bousculent au portillon jusqu’au climax, lourd comme un couperet. Monsieur Martinez (Les Cadouin #1), jusqu’au 31 décembre, Théâtre du Rond-Point, 2 bis, avenue Franklin-D.-Roosevelt, Paris 8 e (www.theatredurondpoint.fr)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :