Direct Soir n°818 27 sep 2010
Direct Soir n°818 27 sep 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°818 de 27 sep 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Karine Ferri : « un nouveau départ »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
LIRE,ÉCOUTER,VOIR Direct Soir n o 818•Lundi 27 septembre 8 FRANCK DUBOSC L’HUMORISTE LÈVE LE VOILE Kikito » est de retour. Après le Palais des Sports pendant l’hiver 2008, où l’humoriste a connu un triomphe sans précédent, Franck Dubosc remet les gants et reprend son spectacle Il était une fois… pour quinze dates exceptionnelles à l’Olympia. Sous une pluie de blancs confettis, le tombeur de ces dames entre en scène pour raconter la plus belle des histoires : le récit de sa vie. Le spectacle peut alors commencer par le début, c’est-à-dire sa naissance. Puis ce sont ses années d’enfance qui sont passées au crible, l’occasion de revivre pleinement les batailles passionnées entre cow-boys et Indiens. L’adolescence peut alors pointer son nez et, avec elle, le souvenir de l’acné. Ses « années Biactol », comme il les surnomme, permettent au héros romantique de faire preuve d’autodérision et d’un recul délicieusement ironique. Sa période « lose » ensuite, c’est-à-dire ses débuts laborieux à Paris, offre de grands moments de jubilation. En point d’orgue du one-man show, les « années disco ». La scène devient alors la boîte de nuit Le Macumba, terrain de chasse privilégié de « Kikito », et autorise à Dubosc des numéros de danse endiablés que ne manquera sûrement pas de se remémorer avec plaisir la gent féminine. On avait connu l’humoriste frimeur dans J’vous ai pas raconté, railleur dans Romantique, ses deux précédents spectacles. Il était une dernières fois… offre au public l’opportunité de prendre aussi bien La vie de l’artiste est mise en scène dans un show hilarant. la mesure de la qualité des jeux de scènes de l’humoriste que de ses talents de conteur et de la métaphore filée. En témoigne la description de sa première expérience sexuelle, narrée à la façon d’un assaut de guerre. Inoubliable ! Il était une dernières fois… Franck Dubosc, du 1 er au 17 octobre à l’Olympia, 28, boulevard des Capucines, Paris 9 e (0 892 68 33 68 ou www.olympiahall.com). DR
LOUFOQUE AU FÉMININ ROI DE L’EMBROUILLE Véritable bourreau de travail, l’humoriste Ben a tenu pendant très vite, le comédien s’éloigne de son rien d’autre que son quotidien, mais deux ans l’affiche du Point-Virgule – qui est, on le sait, un vrai intégrer du faux dans un discours sé- sujet initial et divague. C’est son style : tremplin dans la carrière de rieux, il s’en amuse. Chacun des personnages de son spectacle a des nombreux humoristes. Parallèlement, le jeune homme a fait de nombreuses logiques bien personnelles qui n’obéissent qu’à eux. A partir de situations ba- apparitions à la télévision – notamment dans l’émission Les agités du nales comme peut l’être par exemple la bocal sur France 4 ou à la radio dans recherche d’un appartement, les spectateurs perdent le fil de l’histoire et se Le Fou du Roi sur France Inter, comme chroniqueur. laissent entraîner. Pas le temps de chercher l’erreur, Ben va tellement vite dans Le public séduit par ce jeune homme aux digressions loufoques pourra le retrouver dès demain soir dans une plus prend le pas sur le rationnel. Au final, son drôle de monde que l’absurde grande salle, au Théâtre du Temple. Durant une heure, seul en scène, Ben joue la perfection dans ce spectacle indiscu- beaucoup d’improvisation, maîtrisée à avec les nerfs des spectateurs. Vrai, tablement original. Sûr que Ben parviendra à enflammer tous les soirs la faux, avec lui, on ne sait jamais vraiment. Pourtant, dès le début de son scène du Théâtre du Temple. spectacle, l’humoriste prévient : « Tout Ben, au Théâtre Le Temple, part de quelque chose de vrai… ou que 18, rue du Faubourg-du-Temple, j’ai vraiment rêvé. » En point de départ, Paris 11 e (0892350015). DÉRAPAGES CONTRÔLÉS HUMOUR Une heure de spectacle pour découvrir la dizaine de personnages qui se bousculent dans le corps de Delphine McCarty. Cette jeune humoriste pleine de pep’s est aussi à l’aise dans les robes d’une princesse de la cité que dans l’uniforme d’une caissière qui se mêle de tout. Delphine McCarty dérape, au Point-Virgule, 7, rue Ste-Croix-de-la- Bretonnerie, Paris 4 e (01 42 78 67 03). DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :