Direct Soir n°662 10 déc 2009
Direct Soir n°662 10 déc 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°662 de 10 déc 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : Paul McCartney, l'éternel jeune homme

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
299 &a.letoolh -AJ)r>Orei phOIO t, 3 mégopt,.,b-e
8 UN ANGLAIS À PARIS Good Evening Europe Tour, la tournée européenne de Paul McCartney s’arrête ce soir à Paris, au Palais omnisports de Bercy. Cinquante ans après le premier concert des Beatles, il enflamme toujours les foules… Le 17 août 1960, à Hambourg, Paul McCartney jouait pour la première fois avec les Beatles. Mercredi dernier, c’est dans cette même ville qu’il a entamé sa nouvelle tournée, baptisée Good Evening Europe Tour. Alors qu’il n’avait plus mis les pieds sur le Vieux Continent depuis 2004, le chanteur s’est lancé dans un voyage musical de huit dates et trois semaines. « C’est une chance de jouer là où tout a commencé, déclarait récemment Paul McCartney. Démarrer à Hambourg, finir à Londres et jouer partout entre les deux. J’ai hâte de finir l’année sur ces grands moments. » Après le concert de ce soir à Bercy, il se rendra à Cologne, puis à Dublin, avant de s’envoler pour Londres. UNE VIE TRÈS SCÈNE Au programme de ses prestations, son dernier (double) album bien sûr, Good Evening New York City, sorti le 30 novembre. Une occasion pour le chanteur de « revisiter les Beatles et de rendre hommage aux deux membres disparus, John Lennon et George Harrison », ainsi qu’à Linda, sa femme, décédée d’un cancer du sein en 1998. Cet album live est tiré des trois représentations que le chanteur a données au City Field de New York en juillet dernier, l’ancien Shea’s Stadium, où les Beatles avaient signé un concert historique en 1965, leur premier aux Etats-Unis. Dans le répertoire de ce nouvel opus, les fans compteront trente-trois titres (clin d’œil au format LP), dont la moitié appartient à la discographie des Beatles (Drive My Car, LES AUTRES BEATLES N. KOSTER/HOLLANDSE HOOGTE-REA EN COUVERTURE PAUL McCARTNEY JOHN LENNON ➔ Né en octobre 1940 à Liverpool, il fonde les Beatles en 1957. John Lennon forme alors avec Paul McCartney l’un des tandems d’auteurscompositeurs les plus talentueux de l’histoire du rock. Chanteur, guitariste et pianiste, il s’illustrera après 1970, par ses chansons pour la paix, dont Imagine, emblématique de cette période. Sa carrière solo est fortement influencée par l’artiste Yoko Ono (photo), sa seconde femme. Considéré comme l’un des artistes les plus célèbres du XX e siècle, Lennon est assassiné le 8 décembre 1980 par un fan déséquilibré, alors qu’il venait de sortir un nouvel album, Double Fantasy. UNIVERSAL Armé de sa basse légendaire, Paul McCartney jouera ce soir à Bercy. Let It Be, Yesterday, Paperback Writer…). Paul McCartney reprend aussi quelques chansons des Wings (le groupe qu’il a fondé en 1971 après la séparation des Beatles) et d’albums solo plus récents, comme Jet ou Flaming Pie. Cet album et cette tournée consacrent en fait une carrière longue de 50 ans. S’il reste le bassiste et multi-instrumentiste incontestable des Fab Four, coleader du groupe avec John Lennon à partir de 1960, Paul McCartney est aussi le père d’une quinzaine d’albums solo, composés pour « LE NOUVEL ALBUM REVISITE LES BEATLES ET REND HOMMAGE À JOHN LENNON ET GEORGE HARRISON » la plupart à partir du début des années 1980. Pour l’auteur du titre le plus repris au monde – Yesterday –, les concerts gardent quelque chose de la frénésie qui accompagnait les Beatles lors de leurs diverses apparitions publiques : au concert de Hambourg, McCartney, 67ans, a ainsi joué à guichets fermés pendant trois heures devant un auditoire mêlant trois générations… Une expérience qui devrait se renouveler ce soir à Bercy pour un concert qui affichait déjà complet il y a un mois. RINGO STARR ➔ Richard Starkey, dit Ringo Starr, né en juillet 1940, était le batteur des Beatles. Moins polyvalent musicalement que ses camarades, Ringo chante cependant quelques tubes du groupe, comme Yellow Submarine ou With A Little Help From My Friends. Après la séparation des Beatles, Ringo Starr poursuit une carrière solo, saluée par le public. Son dernier album, Liverpool 8, est sorti en janvier 2008. Il travaille aujourd’hui à un nouvel opus, Y not, à paraître en janvier 2010, auquel a participé Paul McCartney. Des Beatles, il est le seul à avoir mené une carrière au cinéma à part entière. REX FEATURES/SIPA Directsoir N°662/Jeudi 10 décembre 2009 B. BERNSTEIN DISCOGRAPHIE L’après-Beatles ➔ Onzième album du quatuor, Abbey Road marque la fin de l’aventure musicale des Beatles. Peu après sa sortie, en septembre 1969, John Lennon annonce à ses acolytes qu’il quitte le groupe. Paul McCartney bientôt lui emboîte le pas. Let It Be (1970) sera leur album posthume, puisque Paul est déjà en train d’assurer la promotion de son premier disque solo, McCartney, suivi de Ram l’année suivante, où Linda, son épouse, est mentionnée dans les crédits. En 1971, il fonde les Wings, avec Linda au clavier et Denny Seiwell à la batterie. Le groupe sortira sept albums, mais il reste aujourd’hui identifié à la chanson-titre d’un James Bond : Live And Let Die. Après l’assassinat de John Lennon et la séparation des Wings au début des années 1980, Paul McCartney lance véritablement sa carrière solo, avec la chanson hommage à son camarade, Here Today (reprise dans Good Evening New York City). Il collabore ensuite avec Stevie Wonder et Michael Jackson pour deux duos à succès : Ebony and Ivory et surtout Say, Say, Say, qui figurent respectivement sur les albums Tug Of War et Pipes Of Peace. L’ex-Beatle renouera avec la scène et les concerts en 1989 et l’album Flowers In The Dirt, paru la même année. Les six opus suivants sont plébiscités par le public. Parmi les derniers, citons Chaos And Creation In The Backyard (2005), dans lequel le musicien se fait homme-orchestre en enregistrant tous les instruments. Enfin, Paul McCartney s’est aussi essayé – avec succès – à la musique lyrique, en composant notamment des oratorios, tels Liverpool Oratorio (1991) et Ecce Cor Meum (2006). GEORGE HARRISON ➔ Le plus jeune musicien du groupe – né en février 1943 – doit à l’insistance de Paul McCartney d’entrer dans la formation qui s’appelle alors The Quarrymen. D’abord guitariste, il se met assez vite à la composition et influence surtout les productions des dernières années du groupe, The Beatles et Abbey Road, où figure sa plus célèbre chanson, Something. George Harrison a aussi publié seize albums solo entre 1968 et 2002, Brainwashed étant son œuvre posthume. Il est également le fondateur de la société Handmade Films, qui a produit certains longs métrages des Monty Python. Il est décédé en 2001 d’un cancer.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :