Direct Soir n°618 7 oct 2009
Direct Soir n°618 7 oct 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°618 de 7 oct 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Internet : attention danger !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 Certains adolescents peuvent passer 20 heures devant leur écran. ZOOM EN COUVERTURE MSN Messenger, Facebook, jeux en ligne, forums et autres blogs font aujourd’hui partie intégrante du quotidien des jeunes. Internet est devenu leur univers, qu’ils maîtrisent à la perfection. Souris à la main, les yeux rivés sur leurs écrans, ils chattent et pianotent avec frénésie sur leur clavier. Mais si Internet peut être un formidable outil d’information et de communication, il reste aussi une immense jungle. Contenus violents ou haineux, pornographie, désinformation, cyberintimidation sont autant de dangers auxquels enfants et adolescents se retrouvent confrontés sur la Toile. Pour Dominique Delorme, responsable de la ligne Net écoute famille, l’accueil téléphonique français pour la protection des jeunes sur Internet, le problème majeur aujourd’hui est la divulgation d’informations trop personnelles : « Ils indiquent leur lieu de résidence, mettent des photos en ligne, souvent d’un environnement qui peut être tout à fait repérable. PRÉDATEURS Toutes ces informations diverses et variées permettent à des personnes malintentionnées voire des pédophiles d’entrer dans leur cercle. Cachés derrière leurs écrans, les jeunes se confient plus facilement via Internet et les prédateurs s’en servent pour établir rapidement une relation de confiance. « En se faisant passer pour des ados, les prédateurs arrivent à Tentative de suicide organisée en ligne ➔ En mai 2008, trois jeunes ont tenté de se suicider, après avoir planifié leur projet sur Internet. Suite à une rencontre par le biais d’un forum sur le suicide, une Tourangelle de 19 ans, une Bretonne de 22 ans et un Lillois de 23 ans se sont donné rendez-vous en forêt de Mormal, près de Locquignol, dans le Nord, pour mettre fin à leurs jours. Ils avaient choisi de mourir par asphyxie en inhalant des gaz d’échappement. Au dernier moment, la plus jeune renonce. Prise en charge par un automobiliste, elle est déposée à l’hôpital de Maubeuge, où elle ne mentionnera à aucun moment le fameux pacte. Les deux autres, inconscients, seront découverts par des bûcherons. Hospitalisés, ils s’en sortiront indemnes. Néanmoins, l’une des deux jeunes filles se suicidera quelques mois plus tard, encore une fois après avoir prévu son acte sur le Net avec une autre personne. Le véhicule des deux jeunes femmes, installé sur un passage à niveau, a été happé par un train en Meurthe-et-Moselle. « LA TOILE EST DEVENUE UNE ADDICTION CHEZ CERTAINS ADOS » LUDOVIC/REA INTERNET De plus en plus de mineurs passent leurs journées sur le Web. Fabuleux outil de communication, il est aussi un danger pour les enfants et les adolescents. Parents, pouvoirs publics et associations se mobilisent. inciter certains jeunes à se dénuder devant leur webcam et n’hésitent pas à exploiter les images », souligne Dominique Delorme. Outre les cas de cyberpédophiles, les jeunes utilisent Internet pour se venger entre eux. Certains n’hésitent pas à prendre des photos compromettantes et à les diffuser sur le Net. Les jeunes sont aussi victimes d’intimidation en recevant des insultes ou des menaces via leur messagerie. « Dans certains cas, les dommages psychologiques sont considérables », explique Dominique Delorme, dont 10% des appels reçus sur la ligne Net écoute famille concernent des dangers rencontrés sur la Toile. Espace de tentation, Internet est devenu pour certains adolescents une addiction bien plus importante que la cigarette, l’alcool ou les drogues. Appelés les no-life, ces addicts peuvent passer 20 heures devant leur écran. Cette rupture profonde avec l’environnement familial et social concerne les adeptes des jeux en ligne. « Ils ont perdu toute notion de la vie réelle, explique Dominique Delorme. Cet enfermement total peut d’ailleurs entraîner d’autres problèmes, tels que l’anorexie ou l’obésité. Soit ils sont tellement occupés à jouer qu’ils ne mangent plus rien, soit ils s’empiffrent de cochonneries devant leurs écrans et manquent d’activité physique. » Directsoir N°618/Mercredi 7 octobre 2009 LES PIÈGES DE LA TOILE DES PARENTS DÉSEMPARÉS En France, entre 2 et 3% des joueurs en ligne présentent des comportements addictifs. Pour ces derniers, la seule issue est en général la psychiatrie. « On reçoit certains appels des parents pour signaler l’addiction de leur fils aux jeux, mais en général c’est trop tard. Les parents doivent être extrêmement vigilants. Quand l’enfant commence à s’enfermer dans sa bulle, à ne plus voir ses amis, il faut agir rapidement », insiste Dominique Delorme. Moins experts que leur progéniture, les parents se retrouvent souvent désemparés face à ce phénomène. Malgré des initiatives prises par le gouvernement pour sensibiliser les parents aux dangers d’Internet, les moyens ne semblent pourtant pas encore au point. Ainsi, 43% des parents ignorent que leur fournisseur d’accès à Internet propose un contrôle parental gratuit. Pour Dominique Delorme, les parents doivent être participatifs. « Internet doit faire l’objet de discussions familiales. Quand un enfant va seul au cinéma, les parents lui recommandent de faire attention en traversant la rue et lorsqu’il rentre, le questionnent sur le film. Pour Internet, c’est pareil. Les parents doivent imposer des règles et discuter avec leurs enfants de leurs navigations sur la Toile. » Mauvaise rencontre sur la Toile ➔ En novembre 2008, une jeune fille âgée de 14 ans fugue de l’internat du lycée professionnel privé La Providence de Dieuze (Moselle) pour rejoindre un homme de 44 ans, rencontré sur Internet, qui lui avait donné rendez-vous à Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne). Ce dernier a un lourd passé judiciaire. Il est sorti de prison trois mois plus tôt après avoir purgé une peine d’un an pour pédophilie. Après plusieurs jours de cavale, ils sont localisés et arrêtés. Une fois libérée, l’adolescente, en bonne santé, n’a fait état devant les gendarmes d’aucune violence et d’aucune contrainte. Le viol et la séquestration n’ont donc pas été retenus. L’homme sera jugé pour « soustraction de mineur en état de récidive légale » et « atteinte sexuelle sur mineur de 15 ans avec pour circonstance aggravante l’usage de moyens de communication électronique ».
www.directsoir.net SURVEILLANCE Protégez vos enfants des dangers d’Internet CHIFFRES CLÉS des enfants âgés 41% de 9 à 17 ans possèdent leur blog. Net Ecoute Famille fournit une aide à l’installation des logiciels de contrôle parental. S’il est inutile de diaboliser Internet, quelques mesures sont cependant nécessaires à prendre pour protéger les enfants des dérives de la Toile. Pour prévenir ces dangers potentiels, il existe des logiciels qui filtrent les contenus présents sur Internet et interdisent l’accès de certains d’entre eux aux enfants. Proposés gratuitement par votre fournisseur d’accès à Internet, ces logiciels dits « de contrôle parental » filtrent entre 75%et 88% des contenus inadaptés pour les jeunes. Pour vérifier leur efficacité, il suffit de consulter les tests comparatifs sur le site du secrétariat d’Etat à la famille. Il est également possible de limiter les résultats du moteur de recherche Google aux sites non sensibles. Une fois sur la page d’accueil de google.fr, il suffit de se rendre dans Préférences et de cocher Filtrage strict. Néanmoins, ce contrôle, facile à désactiver, est réservé aux plus jeunes, dont les connaissances informatiques sont encore minimales. Par ailleurs, sur un ordinateur familial, il est important de créer une session personnelle pour chaque membre de la famille afin de définir le niveau de sécurité adapté pour chacune des personnes du foyer. En tant que parents, pensez aussi à limiter, à l’aide de logiciels, le temps consacré à Internet. Mais pour être sûr qu’un enfant ne soit pas confronté à des contenus choquants, la présence des parents est la meilleure sécurité. Dans un premier temps, il est important d’installer l’ordinateur dans une pièce commune, ce qui facilitera la surveillance. Pour mieux les sensibiliser, naviguez avec eux le plus souvent possible et incitez-les à se confier s’ils rencontrent une situation embarrassante. DES RÈGLES DE BASE Comme pour la vie courante, l’utilisation d’Internet nécessite certaines règles, qu’il est important de rappeler aux enfants : ne jamais donner d’informations personnelles et ne pas parler à des inconnus. Pour finir, si vous vous retrouvez confronté à des 13-18 ans déclarent 53% avoir été exposés à des images choquantes (pornographie ou violence). EN COUVERTURE 7 des contenus ou comportements illicites, pensez à les signaler sur le site public http://internet-signalement.gouv.fr, géré par les services de police. Vous pouvez également appeler Net Ecoute Famille, mise en œuvre par l’association e-Enfance, au 0 820 200 000. Cette ligne nationale d’accueil téléphonique pour la protection des jeunes Français sur Internet fournit une aide à l’installation des logiciels de contrôle parental, donne des conseils sur l’utilisation sécurisée d’Internet et du mobile par les jeunes, et apporte une aide psychologique en cas de confrontation à des problèmes graves liés à Internet et au mobile. Phénomène Le dedipix, ou la course effrénée aux commentaires ➔ Après le « sexting », la pratique du « dedipix » est l’un des phénomènes en vogue sur les blogs des adolescents. Mot-valise formé à partir de « dédicace » et « picture », le principe est d’afficher sa photo avec un message marqué au feutre sur le corps. En échange d’une telle dédicace, les autres blogueurs doivent laisser une série de commentaires sur le blog de l’auteur. Plus la photo est osée, plus les commentaires seront nombreux. Ainsi une dédicace sur le ventre peut valoir 120 commentaires en retour ; sur les seins, 180, et sur les fesses, 300. L’intérêt ? Plus les commentaires sont nombreux, plus le blog a des chances d’être référencé dans les moteurs de recherche et les différents classements. Les dédicaces sont donc marchandées au prix de commentaires. Un moyen pour les jeunes de se rendre populaire. Ce marchandage au départ anodin connaît aujourd’hui des dérapages. Avec des photos de plus en plus dénudées, des jeunes filles, pour la plupart mineures, ne se rendent pas compte de l’image qu’elles renvoient et des personnes malhonnêtes qu’elles pourraient attirer sur leur blog. Le « dedipix » explose sur les blogs des adolescents. des 13-18 ans ont 48% déjà eu une proposition de rendez-vous avec un inconnu. J.C. MOSCHETTI/REA VU PAR Jacques Henno, spécialiste des nouvelles technologies « Ne pas brimer la curiosité des enfants » ➔ « Internet, c’est le plus grand bazar au monde : on peut y trouver tout et n’importe quoi. C’est pourquoi les parents doivent éduquer leurs enfants à Internet. Il ne s’agit surtout pas de diaboliser les nouvelles technologies. Des enfants qui surfent sur le Web témoignent d’une curiosité qu’il ne faut pas brimer. Les jeunes doivent absolument avoir accès aux nouvelles technologies, car ce sont les outils de travail de demain. En revanche, les parents doivent prendre conscience des dangers d’Internet et être au courant du cadre légal et juridique. Aujourd’hui, certains d’entre eux sont complètement dépassés par les nouvelles technologies. D’ailleurs, dans de nombreux foyers, l’enfant lui-même est l’administrateur de l’ordinateur. C’est pourquoi peu de machines sont équipées de logiciels de contrôle parental. En France, à peu près 50% des parents savent que ces logiciels existent et sur ces 50%, seule la moitié les a mis en place. Sur le territoire, on compte davantage d’ordinateurs dotés d’un antivirus. » www.nosenfants.fr (Nos enfants et les nouvelles technologies) www.lesconfs.net (Conférences de Jacques Henno sur les nouvelles technologies)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :