Direct Soir n°614 1er oct 2009
Direct Soir n°614 1er oct 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°614 de 1er oct 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : JO 2016... suspense maximal.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
E. ROBERT/DIRECT8 Directsoir N°614/Jeudi 1 14 BUZZ TÉLÉ er octobre 2009 LE BILLET DE JEAN-MARC MORANDINI Journaliste, animateur de radio et de télévision Histoire de fous Mardi matin, Le Parisien publie un encadré dans lequel on apprend que le manuscrit du livre de Jean-Luc Delarue aurait été dérobé chez son éditeur. Seul problème, il s’agit de l’exemplaire unique et écrit à la main de l’ouvrage. Une grosse perte, à tel point que le quotidien fait ce que l’on appelle un « repiquage », c’est-à-dire qu’il reconstruit en catastrophe sa page, dans ses derniers tirages, afin de pouvoir publier l’information sous le titre « Dernière minute ». Quelques heures plus tard, sur Europe 1, j’interroge celui qui est présenté comme l’éditeur de l’ouvrage et qui m’explique ceci : « Ce livre n’a jamais été dérobé, pour la bonne et simple raison, (qu’il ne l’a) jamais eu entre les mains. » Pour lui, « tout cela n’est qu’une farce », qui a été prise au sérieux par le journaliste du Parisien. Dans l’après-midi, Jean-Luc Delarue publie à son tour un communiqué expliquant qu’il est stupéfait de découvrir cette histoire de vol dans la presse, ledit manuscrit étant bien au chaud dans ses bureaux et, surtout, l’éditeur n’étant pas encore choisi de façon définitive. Au-delà de l’anecdote, ce qui est étonnant dans cette affaire, c’est la façon dont une farce peut devenir une information et se retrouver diffusée et reprise dans tous les médias. Il est trop simple de jeter la pierre au quotidien et au journaliste qui ont rapporté cette information, car il faut peut-être s’interroger également sur celui qui a voulu faire une farce. Quand un éditeur vous informe qu’un manuscrit est volé, il y a assez peu de raisons de le soupçonner de vouloir s’amuser. Bref, cette affaire est une histoire de fous, mais, hélas, ce type d’intox, volontaire ou non, se multiplie ces derniers mois, au risque de porter un coup fatal à la crédibilité des journalistes. A demain ! Réagissez : redac@directsoir.net INTERVIEW Gagnez des DVD du film « LES PASSAGERS » A la suite d’un effroyable accident d’avion, une jeune thérapeute, Claire Summers (Anne Hathaway), est chargée d’aider psychologiquement les survivants. Leurs souvenirs de la catastrophe ne correspondent pas à la version officielle de la compagnie aérienne. Après avoir évoqué une mystérieuse explosion, les passagers disparaissent un à un, et Claire soupçonne la compagnie d’en être responsable. Actuellement en DVD et Blu-ray. Envoyez vos nom, prénom et adresse postale à : invitations@directsoir.net, précisez en objet : LES PASSAGERS Seuls les 20 premiers courriels gagneront un DVD. Les réponses envoyées avant l’heure de la mise en ligne du journal ne pourront être prises en compte. Le concept de ce programme pourrait-il se résumer à « de la radio à la télévision » ? Oui, parce que c’est une émission de radio à la télévision. C’est à moi de faire en sorte que ce ne soit pas que de la radio sur petit écran, en y ajoutant des éléments visuels et en créant de l’interactivité avec le public. Ne craignez-vous pas que ce mélange radio-télévision ne trouve pas ses repères ? Quelle différence entre un talk-show et la radio ? Il n’y en a pas. Les gens discutent. Alors même si on est vraiment dans un studio radio, oubliez que c’est de la radio et imaginez que c’est un talk-show. Vous allez plaisanter, organiser des quiz, jouer avec les mots. Les grosses têtes ont-elles été une source d’inspiration ? Pas du tout. La référence c’est un peu ce que je faisais sur Europe 2 il y a dix ans. Une émission qui s’appelait déjà C’est quoi ce bordel ?, avec des invités déjantés et l’intervention d’auditeurs. Le nerf de la guerre, c’est l’auditeur. On veut de l’interactivité. Pourquoi ce titre, C’est quoi ce bordel ? Parce qu’il illustre ce que sont mes émissions. Sur Europe1, pendant deux ans, j’ai changé de titre toutes les semaines. Je faisais dire des horreurs à Julie (coanimatrice de l’émission,ndlr) et puis elle en a eu assez. J’ai épuisé la bête, du coup on s’est arrêté sur C’est quoi ce bordel ? C’est le titre qui colle le mieux à l’émission, parce que c’est un peu comme l’auberge espagnole : tout peut arriver, dans une ambiance conviviale. Une ambiance de potes. Cela dénote aussi l’aspect laborieux du programme : trois LYDIE/SIPA Laurent Baffie, animateur « L’insolence est le premier ingrédient » Laurent Baffie arrive ce soir à 22h25 sur Virgin 17 avec « C’est quoi ce bordel ? », un programme enregistré dans les conditions du direct, adapté de l’émission radiophonique qu’il animait sur Europe 2. « LE NERF DE LA GUERRE, C’EST L’AUDITEUR » L’animateur Jean-Luc Reichmann. L’animateur Laurent Baffie. heures d’émission pour ne monter au final qu’une heure. C’est un peu de l’humour de laboratoire. Pour ce premier numéro, vous avez invité Lorànt Deutsch et Geneviève de Fontenay : un duo explosif… Il y aura également les frères Bogdanov, pour le plaisir. Ce sont des gens que j’aime bien et qui ont tous une actualité différente. A l’image d’un dîner, où l’on n’invite pas que des personnes qui se ressemblent, on mélange les genres. Comme toujours avec vous, le ton se veut insolent, décalé. Oui, on est dans la liberté de ton. Ce que j’ai envie de faire, c’est ce qui m’amuse. L’insolence est le premier ingrédient. Chaque semaine, vous allez choisir un thème. Selon quels critères ? C’est l’actualité qui donne des idées de thématiques. Jeudi, ce sera Paris, parce que Lorànt Deutsch a sorti une bible sur la capitale. La prochaine, ce sera l’humour juif, une sorte de soirée yiddish entre potes, avec Michel Jonasz et Axelle Laffont. On a recréé un microclimat, on écoutera la musique de Rabbi Jacob. Puis ce sera la télévision, avec des invités du CSA. Enfin, de temps en temps, il n’y aura pas de thématique : c’est ça aussi la liberté ! Vous entrecoupez le programme de quiz, de défis aux auditeurs comme chanter Le poinçonneur des Lilas. Où trouvez-vous ces idées ? Je suis toujours en train de gamberger. Ces challenges reviendront régulièrement, parce que cela rythme l’émission. Et surtout, cela m’amuse ! JEAN-LUC REICHMANN EN TOURNAGE L’animateur de l’émission Attention à la marche ! est actuellement en tournage à Limoges, aux côtés d’Oriane Bonduel, Dominique Guillo, Philippe Caubère et Zara Prassinot. Il interprétera le rôle principal d’un téléfilm, Victor Sauvage, dans lequel un père de famille est décidé à revoir ses enfants et à reconquérir le cœur de son épouse, après s’être occupé d’animaux sauvages pendant vingt ans. CH. LARTIGE/CL2P/VIRGIN 17
www.directsoir.net 22H55 Les enfants du virtuel ➔ En mars 2007, Jordan, 24 ans, se suicide. Pour sa mère, la pratique intensive des jeux vidéo en ligne est à l’origine de ce drame. Les médias ne tardent pas à se saisir de l’histoire, évoquant la cyber-dépendance, comparable dans ses effets à l’alcool ou la drogue. Les jeux vidéo sont-ils un 22H35 Tom Hanks et Audrey Tautou. Back in the USSR ➔ Censurés en URSS, les Beatles étaient pourtant vénérés au pays des Soviets. A Moscou, une comédie musicale raconte même comment les quatre garçons de Liverpool ont participé à l’effondrement du bloc communiste. Le documentariste britannique Leslie Woodhead s’est intéressé au phénomène et aux fans qui, aujourd’hui encore, n’hésitent pas à se déplacer par dizaine de milliers pour aller voir Paul McCartney. Les Beatles à l’assaut du Kremlin, documentaire. 20H40 PLUS QUE SYMBOLIQUE Une nuit, le professeur Robert Langdon (Tom Hanks), spécialiste des symboles, est appelé d’urgence au Louvre : le conservateur du musée a été assassiné, mais a laissé de mystérieux signes avant de mourir… Da Vinci Code, film. danger pour la jeunesse ? Que recherche cette dernière dans ces mondes virtuels ? Avons-nous réellement affaire à une génération d’individus désocialisés ? Le journaliste David André, à travers son documentaire Génération Gamers, s’est intéressé à la culture des jeux vidéo afin de confronter les idées reçues à la réalité. Il est parti à la rencontre de joueurs, de parents et de psychiatres pour tenter de faire ressortir les paradoxes dans le discours qui entoure la pratique des jeux vidéo en ligne. Une enquête intelligemment menée et très instructive. Infrarouge : Génération gamers - Qui a peur des jeux vidéo ?, documentaire. 20H35 Les ballons au crible Le duo Lennon-McCartney. ➔ En France, le vin est considéré comme un breuvage possédant des vertus pour le cœur et les artères. Mais des dizaines d’additifs chimiques sont désormais utilisés pour la fabrication de certains vins, et des pesticides cancérigènes se retrouvent même sous forme de résidus au fond des verres. Envoyé spécial, magazine. L. WOODHEAD/SWR 20H40 ➔ 1881. Le clan des frères Clanton terrorise la paisible bourgade de Tombstone, située en plein Ouest sauvage. Mais le shérif Wyatt Earp, aidé de ses deux frères et d’un as de la gâchette nommé Doc Holliday, est bien décidé à ramener l’ordre dans la ville. Dès lors, le règlement de comptes à OK Corral paraît inéluctable… Devenu légendaire, le personnage de Wyatt Earp a inspiré de nombreux cinéastes, qui ont fait d’OK Corral la bataille la plus filmée de l’histoire du cinéma. Très réussie, cette version, réalisée par Lawrence Kasdan (Dreamcatcher, French Kiss), s’illustre par une mise en scène irréprochable, des décors somptueux et… une scène finale d’anthologie ! L’inoubliable interprète de Danse avec les loups, Kevin Costner, livre une performance d’acteur sans faille, au milieu d’une distribution remarquable. Wyatt Earp s’élève au rang ZOOM TÉLÉ 15 Vie et légende de Wyatt Earp Kevin Costner incarne Wyatt Earp, le justicier de l’Ouest. des plus grands westerns. Wyatt Earp, film.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :