Direct Soir n°605 18 sep 2009
Direct Soir n°605 18 sep 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°605 de 18 sep 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 22

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Journées du patrimoine, une fête monumentale

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 EN COUVERTURE JOURNÉES DU PATRIMOINE LA FRANCE SE FAIT UNE BEAUTÉ Ce week-end, 15 000 sites vous ouvrent gracieusement leurs portes. La vingt-sixième édition des Journées européennes du patrimoine est placée cette année sous le signe de l’accessibilité à tous et des cathédrales. La France est le pays du patrimoine. Le pays qui a su, plus que tout autre – en concurrence avec l’Italie peut-être –, conserver par-delà guerres, révolutions, changements politiques et usure du temps, le témoignage précieux du génie des temps passés dans le marbre de ses monuments, la perspective de ses jardins, ou dans ses arts, ses provinces et même ses objets usuels. La France est donc logiquement le pays qui a inventé, en 1984, les Journées du patrimoine, étendues aujourd’hui à toute l’Europe. DES LIEUX POUR TOUS Pour cette vingt-sixième édition, le principe commence à être connu : un très grand nombre de lieux, plus de 15 000 cette année, sont ouverts gratuitement au public, qui a tout loisir de choisir la destination de sa visite. Classique ou insolite, le moins que l’on puisse dire est que l’éventail du choix est large.Victimes de leur succès, ces Journées ne souffrent que d’un inconvénient : la foule, qui peut étirer parfois languidement ses files d’attente aux portes des bijoux patrimoniaux. L’an dernier, 12 millions de visiteurs ont ainsi profité des 23 000 animations qui faisaient « vivre » les différents lieux patrimoniaux de l’Hexagone. Mais ce n’est certainement pas le ministère de la Culture qui se plaindra de cette importante fréquentation. Celui-ci, qui fête cette année son cinquantième anniversaire, entend plus que jamais, sous la houlette de Frédéric Mitterrand, se conformer à REPÈRES ABECASIS/SIPA PROSPER MÉRIMÉE ➔ Accédant en 1834 aux fonctions d’inspecteur général des Monuments historiques, l’auteur de Colomba prend sa mission très à cœur : il commence à faire recenser, pour la première fois sur tout le territoire français, les ensembles architecturaux remarquables, créant ainsi le concept de patrimoine national et historique. C’est également lui qui confie à Viollet-le-Duc ses premières restaurations d’édifices en France. la devise que lui avait conférée son créateur André Malraux sur les fonts baptismaux : « Assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel ». Et justement, cette audience devrait être décuplée cette année, grâce au thème décliné pour ces journées : « Un patrimoine accessible à tous ». Les divers acteurs culturels entendent par là proposer un accès élargi aux monuments nationaux pour les personnes handicapées, mettant en place promenades et jeux sensoriels, parcours sonores et théâtralisés, animations tous publics dans le noir ou en langue des signes, ateliers d’écriture et de lecture en braille, accès exceptionnel pour les personnes en fauteuil, etc. Sous le patronage du Centre des monuments nationaux, de nombreuses associations d’aide aux handicapés vont pouvoir mettre en lumière les partenariats noués ces dernières années avec le ministère en faveur des personnes diminuées. Les Journées du patrimoine sont aussi l’occasion de faire connaître le développement des activités culturelles au sein des hôpitaux et des prisons : partant du principe que tout être humain a le droit de bénéficier d’un accès à la chose culturelle, le ministère de la Culture, associé à ceux de la Santé et de la Justice, a fortement développé cette offre ces dernières années. SIPA « L’USAGE D’UN MONUMENT APPARTIENT À SON PROPRIÉTAIRE, SA BEAUTÉ APPARTIENT À TOUT LE MONDE » Victor Hugo DÉCOUVERTES Quoi qu’il en soit, et quel que soit le lieu où l’on se trouve, ces deux jours sont une formidable occasion de découvrir sans bourse délier les lieux les plus magnifiques du territoire français, des plus inconnus aux plus célèbres. Ainsi, les enfants de 6 à 10 ans pourront, au château Henri-IV de Nérac, dans le Lot-et-Garonne, participer au parcours ludique « A la poursuite des culs de lampe ». Les habitants des Alpes-Maritimes pourront explorer à Menton le jardin serre de la Madone où, au début du siècle, Lawrence Johnston aménagea un véritable « paradis terrestre », fait de plantes rares évoluant entre escaliers à volutes et fontaines merveilleuses. A l’autre bout du pays, les amoureux des Ch’tis Directsoir N°605/Vendredi 18 septembre 2009 Le jardin serre de la Madone, à Menton (06), un « paradis terrestre » à découvrir. ANDRÉ MALRAUX ➔ C’est à l’instigation de l’écrivain et aventurier devenu ministre des Affaires culturelles sous de Gaulle qu’est créé en 1964 l’Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France, qui se donne pour mission de recenser, étudier et faire connaître l’ensemble du patrimoine national. Entreprise de très longue haleine : on estime que la moitié du territoire français n’a même pas été recensée en quarante-cinq ans. VETERIN/SIPA pourront découvrir le circuit « Un air de mine », entre Lewarde et Oignies, dans le Pas-de-Calais, où seront reconstituées les fanfares des mineurs. Quant aux Bretons, ils auront la joie de redécouvrir la chapelle Saint-Nicodème de Pluméliau, dans le Morbihan, récemment restaurée, pour 1,5 million d’euros, grâce au plan de relance gouvernemental. L’occasion pour les Français de démontrer que leur incroyable patrimoine ne connaît pas la crise. Renseignements sur www.journeesdupatrimoine.culture.fr ou par téléphone : 0820 202 502 (numéro Indigo, 0,09 euro/min). JACK LANG ➔ En 1984, Jack Lang, ministre de la Culture, lance la Journée portes ouvertes dans les monuments historiques, pour « faire passer sur notre patrimoine le souffle de la vie ». En 1985, la France propose à ses partenaires européens l’organisation annuelle et simultanée, en septembre, d’une manifestation destinée à faire découvrir le patrimoine des pays de la Communauté européenne. Proposition qui accouchera en 1991 des Journées européennes du patrimoine.
www.directsoir.net ZOOM Il est venu le temps des cathédrales Un tailleur de pierre pendant la restauration de Notre-Dame de Paris, en 2004. Au programme des Journées du patrimoine s’inscrit le lancement de l’exposition parisienne sur la restauration des cathédrales en France. Symboles forts de l’architecture chrétienne, icônes de l’art gothique et médiéval, les cathédrales figurent aujourd’hui parmi les priorités du plan de relance du gouvernement initié en 2008. Sur les 100 millions d’euros alloués par l’Etat pour la restauration des monuments, 21 millions sont consacrés à ces édifices religieux. Carcassonne, Périgueux, Dijon, Saint-Brieuc, Grenoble, Rodez ou bien Albi… En tout, quarante-quatre cathédrales font partie du programme de restauration pris en CHIFFRES CLÉS 43180 monuments en France sont protégés au titre des Monuments historiques, dont 14 367 monuments classés et 28 813 monuments inscrits. Inaugurée en 1826, la Chapelle expiatoire a été classée monument historique en 1914. charge par le ministère de la Culture et de la Communication. De la réfection de vitraux aux toitures, les chantiers sont nombreux. En Haute-Loire, la salle basse des mâchicoulis de la cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay est au programme des restaurations. A Reims, Langres et Saint- Brieuc, les chevets sont en cours de réparation, tandis que les portails Saint-Jean et Saint-Romain de la cathédrale Notre-Dame de Rouen devraient être prochainement restaurés. Outre ces quarante-quatre cathédrales bénéficiant du plan de relance, celles de Chartres, Bourges, Blois, Tours et Orléans devraient également bénéficier d’aides d’ici à 2013. parcs et jardins 2200 sont protégés au titre des Monuments historiques, dont 838 classés et 1 382 inscrits. Coup de CŒUR ➔ C’est au 29, rue Pasquier (dans le 8 e arrondissement de Paris), entre la place de la Madeleine et la gare Saint-Lazare, que s’élève une ravissante petite chapelle néoclassique, dont les Parisiens ignorent le plus souvent l’existence. Pourtant, la Chapelle expiatoire mérite le détour : construite à partir des plans de l’architecte Fontaine, sur une décision de Louis XVIII, et inaugurée en 1826 par CharlesX, elle s’élève sur le lieu présumé de la fosse commune où furent jetés les corps de Louis XVI et de Marie-Antoinette en 1793. Elle symbolise la repentance de la France EN COUVERTURE 5 LA RESTAURATION EN IMAGES Jusqu’à fin décembre au Palais-Royal, les visiteurs pourront d’ailleurs s’initier aux travaux en cours. L’exposition permettra aussi de redécouvrir les « métiers du patrimoine » qui participent à cette campagne. Maçons, tailleurs de pierre, sculpteurs et restaurateurs, charpentiers, couvreurs, doreurs, maîtres ferronniers… les bâtisseurs de cathédrales répondront présent. Panneaux explicatifs à l’appui, le public est invité à se familiariser avec les gestes et les techniques qui édifièrent ces églises majestueuses en France entre le X e et le XVI e siècle. « Les cathédrales en héritage : un défi pour les métiers du patrimoine », jusqu’à fin décembre, Palais-Royal, galerie d’Orléans, Paris 1 er. La Chapelle expiatoire, à Paris POUZET/SIPA La cathédrale de Strasbourg, en travaux. objets classés au titre 130000 des Monuments historiques, 100 secteurs sauvegardés, 610 zones de protection du patrimoine architectural et 139 villes et pays d’art et d’histoire. de la Restauration pour les exactions de la Révolution. Alentour, le cimetière de la Madeleine, maintenant disparu, accueillait aussi les dépouilles des innombrables victimes du « rasoir national », qui avait été installé sur la place de la Révolution, l’actuelle place de la Concorde. Objet de vifs débats tout au long du XIX e siècle, la Chapelle expiatoire, désacralisée par Gambetta, fut finalement classée monument historique en 1914. Elle se visite trois demi-journées par semaine, et tout le week-end pour les Journées du patrimoine. Renseignements : 01 44 32 18 00. D. MEYER/AFP INSOLITE Par les chemins de traverse ➔ Les amoureux du cinéma iront visiter les Archives du film, à Bois-d’Arcy (78), qui conservent jalousement 100 000 bobines, dont beaucoup datent de l’enfance du 7 e art. ➔ Les curieux pourront découvrir à l’hôpital Sainte-Anne (75) la collection d’œuvres produites par ses patients, souvent atteints de maladies psychiatriques. ➔ Fanatiques des transports en commun, la RATP vous donne rendez-vous à la station Porte-d’Auteuil pour une exposition exceptionnelle de voitures centenaires du métro. ➔ En Champagne-Ardenne, on découvrira l’abbaye cistercienne de Clairvaux (Aube), où naquit la réforme de saint Bernard.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :