Direct Soir n°605 18 sep 2009
Direct Soir n°605 18 sep 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°605 de 18 sep 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 22

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Journées du patrimoine, une fête monumentale

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
E. ROBERT/DIRECT 8 14 BUZZ TÉLÉ LE BILLET DE JEAN-MARC MORANDINI Journaliste, animateur de radio et de télévision Mépris La disparition de Filip des 2Be3 a provoqué d’étranges réactions dans le petit monde des médias. Tout d’abord l’AFP, qui ne publie pas un « urgent » comme cela se fait généralement pour les décès d’acteurs ou de chanteurs, mais une dépêche classique perdue dans la masse. Dès lors, on sent un petit flottement dans les rédactions. Filip bénéficie, certes, d’une vraie notoriété dans le public, et en particulier chez les trentenaires, mais il n’est pas ce que l’on appelle une star. C’est là qu’une fois de plus le Net est venu bousculer les choses. Sur mon blog, l’annonce de ce décès, peu après midi, provoque l’arrivée de dizaines de milliers d’internautes et des centaines de commentaires émus. Puis l’information est reprise par d’autres sites, et là encore l’émotion se propage sur le Web. Mercredi soir, pourtant, les chaînes de télévision restent frileuses, dans leurs journaux, sur cette disparition. Si nous y consacrons 15 minutes dans Morandini ! sur Direct 8, TF1, qui est pourtant sa chaîne puisqu’il jouait dans Navarro, ne fait que 17 secondes sur cette disparition. En revanche, Le Parisien, hier jeudi, lui a offert la moitié de sa une avec une immense photo de l’ancien membre du boys band. Pendant ce temps, Libération ironise : « Filip Nikolic est mort. Qui ? », reflétant ainsi le malaise de cette presse dite « intello » qui méprise la culture populaire au risque de se couper d’une partie de ses lecteurs. Filip n’était sans doute pas une star, mais il existait dans le cœur de millions de Français, et cela ne mérite pas l’ironie. A lundi ! Réagissez : redac@directsoir.net GAGNEZ DES AGENDAS POUR « SPECTACULAIRE » xxxx xxxx Les Beatles à la fête La fête des sorties culturelles propose au public un concept original et novateur : le temps d’un week-end, et sur un même lieu, il est possible de découvrir gratuitement tout ce qui va constituer la saison culturelle à venir, à Paris et en Ile-de-France. Expositions, concerts, opéras, pièces de théâtre… Tout cela dans une ambiance conviviale le long des quais de Seine. ➔ Alors que les fans des Beatles ont fêté la sortie mondiale de l’intégrale remasterisée du groupe mythique de Liverpool, les quatre garçons dans le vent seront aussi à l’honneur le 18 octobre prochain sur Virgin 17 lors d’une soirée spéciale. La chaîne diffusera le documentaire de la BBC The Beatles In The Studio, réalisé à base d’images d’archives et d’interviews inédites, ainsi que le célèbre film Help, datant de 1965. Photo tirée du documentaire de la BBC, The Beatles In The Studio. Guillaume Durand plus exposé Envoyez vos nom, prénom et adresse postale à : invitations@directsoir.net en précisant en objet SPECTACULAIRE Seuls les 20 premiers courriels gagneront 1 agenda Les réponses envoyées avant l’heure de la mise en ligne du journal ne pourront être prises en compte ➔ Désormais animateur de la tranche 8-10h, du lundi au jeudi sur Radio Classique, Guillaume Durand (photo) change également de créneau à la télévision. Son Objet du scandale délaisse la case du dimanche après-midi sur France 2 pour celle du mercredi en seconde partie de soirée. Pour la première de la saison, le journaliste reçoit sur son plateau, en exclusivité, l’ex-trader de la Société générale, Jérôme Kerviel. Le jeune homme est soupçonné d’avoir provoqué 4,9 milliards d’euros de pertes. PIERRRE OLIVIER/M6 DR/VIRGIN 17 G. GUSTINE/FRANCE 2 Directsoir N°605/Vendredi 18 septembre 2009 Marina Carrère d’Encausse et Michel Cymes. France 3 retire de sa grille son émission médicale ➔ Marina Carrère d’Encausse et Michel Cymes présenteront, lundi prochain, leur dernière émission santé, qui sera consacrée « aux gestes qui sauvent ». En effet, France 3 a décidé d’arrêter leur magazine, Sauvez des vies : vos questions, nos réponses. Une décision qui laisse perplexe le médecin-animateur : « Officiellement, c’est parce que la case du lundi soir est désormais consacrée aux documentaires. Pourtant, nos audiences n’étaient pas mauvaises. Je ne comprends pas bien », reconnaît Michel Cymes. Et concernant son projet d’émission sur l’histoire de la recherche médicale, il poursuit : « France 2 dit que ça viendra un jour… Mais s’ils ne se manifestent pas, je vais aller vendre ce projet ailleurs. Du coup, je ne le présenterai pas. » SUPER NANNY EN SUSPENS Les enregistrements de Super Nanny ont été arrêtés. Cathy Sarrai, qui prête ses traits à ce personnage, aurait des problèmes de santé, et ne serait pas en mesure de continuer l’émission. Les membres de la production, qui avaient commencé à préparer les prochains numéros, ont été priés « de rester chez eux ». La société Fremantle et M6 gardent cependant en réserve quelques épisodes inédits, prêts à être diffusés, le temps, s’ils le souhaitent, de recruter une remplaçante. La Super Nanny (Cathy Sarrai) de M6 est actuellement absente, suite à des problèmes de santé.
www.directsoir.net INTERVIEW Quel est le principe de Teum-Teum ? La colonne vertébrale de l’émission suit trois lignes directrices. Créer du lien social et des passerelles entre les différentes communautés qui vivent dans les quartiers défavorisés. Donner de l’importance aux personnes qui vivent dans les banlieues, leur permettre d’être vues dans les médias ailleurs que dans la rubrique des faits divers. Enfin, contrebalancer l’aspect anxiogène des cités. D’où vient le concept ? L’idée a été développée par une petite boîte de production, Cool’ups, créée par des gars issus de ces quartiers, qui défendent ce projet auprès des télévisions depuis 2004. Ils ont fait preuve d’opiniâtreté et ont réussi à intéresser TéléParis et France 5.Aujourd’hui, ça porte ses fruits. Juan Massenya, journaliste sur Radio Nova et présentateur de « Teum-Teum » sur France 5 « Créer du lien social et des passerelles » En cette rentrée, France 5 enrichit sa grille. Dès demain, à 14h, Juan Massenya présentera « Teum-Teum », un nouveau magazine mensuel sur la culture urbaine. Cet animateur de Radio Nova proposera à un invité d’aller à la découverte des banlieues, sans voyeurisme ni stigmatisation. Que signifie le titre énigmatique du magazine ? Ce titre est très révélateur du côté imperméable de notre société. Pour moi, ce terme est une évidence, alors que pour d’autres, pas du tout. Cela signifie « appartement », dans le langage populaire.A travers le langage, on se rend compte que les habitants de ces quartiers et le reste du pays ne se parlent plus. Le langage de l’un n’est pas compris par l’autre et vice-versa. Pourquoi l’avoir choisi, alors ? C’est un titre que l’on a voulu chaleureux. Teum-teum, c’est l’habitat, le foyer. Il évoque l’idée d’aller chez quelqu’un. On est invité par les habitants d’un quartier, d’où la notion d’appartement. On est comme à la maison. Les gens nous ouvrent la porte de chez eux, partagent leurs souvenirs, en intégrant leur quartier « PERMETTRE AUX GENS DES QUARTIERS D’ÊTRE VUS AILLEURS QUE DANS LA RUBRIQUE FAITS DIVERS » BUZZ TÉLÉ N. GUYON/FTV/FRANCE 5 dans l’histoire de notre pays. Comme disait NTM : « C’est de l’autre côté du périph’, mais ça reste en France. » Un risque de voyeurisme ? On n’est pas là pour faire du voyeurisme, ni de l’angélisme. Le voyeurisme, ce n’est pas le problème de celui qui montre, mais de celui qui regarde. Et puis, attention, on ne rentre pas dans le lit des gens ! On est là pour s’interroger et expliquer l’impact des décisions politiques sur l’organisation sociale. Les souvenirs ne sont pas livrés en pâture. On parle d’éducation, d’architecture, de religion… Vous passez de Radio Nova à France 5. Pourquoi ce grand écart ? Pour moi, ce n’est pas un grand écart. Cela correspond à ce que je fais depuis toujours, à savoir parler de la culture urbaine. Je l’ai fait pendant des années sur Génération 88.2 et aujourd’hui sur France 5. Etant moimême à la croisée des chemins, à un moment il m’a semblé qu’il fallait être en phase avec ce que l’on vit. Le jour où l’on vous tend la main et où tous les critères éthiques sont là – pas d’angélisme, pas de regard anxiogène, une boîte de production qui connaît le terrain, un diffuseur qui veut une télévision qui ressemble à la société dans laquelle on vit –, il faut dire banco ! Pour cette première, vous avez invité Stéphane Guillon à la Cité des 4 000, à La Courneuve, pendant le ramadan. Pourquoi ? Stéphane Guillon, c’est le profil parfait. D’un côté, comme il le dit lui-même, il est privilégié et en même temps c’est un fin observateur. C’est un « sniper », le caillou dans la chaussure des politiciens. Il les met face aux réalités. Là, en étant avec nous dans la Cité des 4 000, il était dans les travaux pratiques, au cœur du sujet. Teum-Teum, un samedi par mois à 14h, sur France 5, magazine.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :