Direct Soir n°599 10 sep 2009
Direct Soir n°599 10 sep 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°599 de 10 sep 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : Scarlett Johansson la bombe platine

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 MIEUX CONSOMMER COMPOSTAGE Un trésor dans la poubelle Parmi tous les gestes écologiques simples prônés depuis des années, le compostage est sans doute celui qui rencontre la faveur des Français. Certainement parce qu’il allie, dans la réutilisation des déchets domestiques, la production à l’économie. 4 Il vous faudra attendre au minimum 4 mois pour que la préparation arrive à maturité Faire soi-même son compost procure, notamment aux citadins, le doux sentiment de (re)commencer enfin à participer à la vie naturelle. Une sensation au moins aussi satisfaisante que celle que délivre le fait de fermer son robinet, de changer ses ampoules ou de mettre le plastique avec le carton dans le bon bac. En pratiquant le compostage, tout un chacun peut, réduisant son volume d’ordures ménagères, fabriquer un « amendement naturel », c’est-à-dire un engrais assez riche pour pourvoir à la croissance de ses plantes, de jardin ou en pot si l’on est en appartement. Ajoutez à cela l’impression de se forger une meilleure compréhension du cycle de vie de la matière organique et vous concevrez aisément que l’activité, quoique nauséabonde, séduise les foules. Mais quels Envoyez-nous vos astuces, vos coups de cœur, vos coups de sang… sur les prochains thèmes que nous aborderons dans cette page, « Mieux consommer ». Dites-nous tout sur conso@directsoir.net. déchets « valoriser » par le compostage et de quelle manière ? C’est la question principale. Car, mixture simple et facile à obtenir, un bon compost réclame néanmoins le respect de quelques règles de base. Il faut d’abord se munir d’un bac adéquat, que l’on acquerra ou que l’on fabriquera soi-même, en plastique ou – le must– en bois. Pour les moins bricoleurs, quelques palettes de transport feront l’affaire. Dans le composteur, la matière se concentre et commence à se dégrader au contact de la terre. On peut y déverser presque tous les déchets organiques, après les avoir fait sécher : épluchures de légumes, reliefs de repas, déchets de jardin… Peu à peu, les lombrics colonisent le tas et la macération commence. La température augmente, pouvant atteindre 60 °C à l’intérieur. Il faut du doigté pour que le compost demeure un peu humide sans trop le devenir. Dans tous les cas, il faut couvrir votre composteur pour protéger les déchets du vent, du soleil et des précipitations. Retournez une fois par semaine, et quand le mélange ressemble à l’humus forestier, c’est prêt. VOTRE AVIS NOUS INTÉRESSE PROCHAINS THÈMES ABORDÉS : • Choisir sa salle de sport• J’entretiens ma cheminée• Les champignons d’automne• Le petit déjeuner idéal des enfants 3 QUESTIONS À… Claude Bourguignon, fondateur du LAMS* ➔ Qu’est-ce que le LAMS ? C’est un laboratoire d’analyse, spécialisé dans la restauration de la biodiversité des sols de terroirs, afin d’améliorer la qualité et la typicité des vins et des denrées agricoles. C’est un laboratoire indépendant, actuellement unique en France. Que pensez-vous de la vogue du compost ? C’est une très bonne chose, qui permet effectivement de maintenir le taux d’humus dans les sols. Il faut cependant faire attention à oxygéner suffisamment le mélange, car l’humus est une production aérobie. Utilisez des bacs bien aérés. Y a-t-il des risques de pollution supplémentaire si l’on n’utilise pas les bons ingrédients ? Vous savez, aujourd’hui, on n’échappe pas à la pollution, en aucun coin du globe. On s’est ainsi aperçu que les phoques de Weddell, qui n’ont jamais quitté l’Antarctique, sont pollués par les pesticides. Il y a des toxines partout et – ne rêvons pas – on ne va pas s’en débarrasser du jour au lendemain. * Laboratoire d’analyses microbiologiques des sols TÉMOIGNAGES ➔ JÉRÉMY, 37 ANS On a commencé l’an dernier avec ma femme à se renseigner sur les possibilités de fabriquer son compost en appartement. On trouve, heureusement, un peu partout des magazines spécialisés, comme L’écologiste, qui donnent de bons conseils. Internet n’est pas non plus dénué de renseignements. J’ai fabriqué moi-même les bacs et nous avons obtenu, en rentrant de vacances, la récompense à nos efforts. Nos plantes ont l’air d’apprécier ce nouveau régime. ➔ GERMAINE, 72 ANS Cet engouement de la jeune génération pour ce que l’on appelle le compost m’amuse un peu. Il y a bien longtemps que je fais du fumier dans mon jardin, comme on le fait dans ma famille depuis des siècles. Directsoir N°599/Jeudi 10 septembre 2009 DR Allez les vers ! ➔ Aujourd’hui, nombreux sont les citadins qui souhaitent fabriquer eux-mêmes leur compost –une opération écologique qui permet de diminuer le volume des déchets ménagers et de disposer d’engrais naturel pour entretenir des plantes en pot. Pour cette opération hors sol, une seule solution : le lombricompost. Il faut d’abord bâtir une compostière composée de trois bacs superposés d’une hauteur de 30 cm pour une largeur de 45x60cm – un volume suffisant pour un foyer de deux personnes. Le compost produit un jus qui sera récupéré par le bac du bas. Ensuite, il s’agit simplement de placer dans la compostière des vers de fumier (eisenia foetida) qui feront le travail. Ne pas oublier de poser un couvercle (percé de petits trous) pour éviter que les vers ne s’enfuient et que la lumière ne les dérange. Les vers de fumier sont à placer dans la compostière. Que mettre dans son compost ? À PRIVILÉGIER• Le gazon tondu.• Les cendres, sciures et copeaux de bois.• Les restes de légumes et de fruits.• Les fumiers animaux (surtout celui du cheval).• Mouchoirs en papier et essuie-tout.• Les fonds de pots de fleurs.• Le marc de café et les filtres papier.• Les sachets de thé.• Les litières animales (sans les déjections).• Les coquilles d’œuf. À ÉVITER• Les fruits et légumes traités.• La viande.• Le poisson.• Les produits laitiers.• Les excréments d’animaux domestiques.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :