Direct Soir n°599 10 sep 2009
Direct Soir n°599 10 sep 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°599 de 10 sep 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : Scarlett Johansson la bombe platine

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 EVENEMENT CULTURE Montres, dinosaures et bibelots sous la nef Coup d’envoi de la saison culturelle parisienne, le 4 e Salon du collectionneur ouvre ses portes demain. Un rendez-vous d’exception qui promet quelques surprises. Commode en marqueterie de fleurs Louis XIV, attribuée à Renaud et Nicolas Gaudron. Chaises en bois doré (Italie XVIII e) recouvertes d’un tissu peint par Jonone en 2004. Tableau de Quick. Ceux qui trouvaient les salons de collectionneurs poussiéreux ou réservés à l’élite changeront d’avis en se rendant à la quatrième édition du Salon du collectionneur. Le Syndicat national des antiquaires, qui organise le salon depuis 2003, a décidé de faire de ce rendez-vous culturel un événement singulier. Sous la nef du Grand Palais, à Paris, une centaine d’antiquaires et de galeristes exposeront leurs trésors à partir de demain. Mais à côté des traditionnels dessins, meubles et objets rares se dresseront aussi quelques squelettes. Des squelettes de dinosaures, parmi lesquels un stégosaure de six mètres de long, un allosaure de sept mètres et un impressionnant plésiosaure. Vieux de plusieurs millions d’années, ces reptiles devraient donner quelques complexes auxdites antiquités. « Réservés jusqu’à une période récente aux musées, ils sont depuis quelques années la coqueluche des collectionneurs », explique ainsi Eric Mickeler, commissaire de l’exposition. Mais ces témoins du jurassique ne seront pas les seules vedettes du salon. Plus petites et nécessairement plus modernes, les montres seront également à l’honneur. Dix marques de haute horlogerie (Cartier, Jaeger-LeCoultre, Montblanc, Panerai, Piaget, Vacheron Constantin, Van Cleef & Arpels…) présenteront leurs collections. Fidèles à l’esprit du salon, les horlogers exposeront à la fois des pièces contemporaines exceptionnelles et des modèles anciens très rares. Ils dévoileront aussi les secrets de leur artisanat en mettant en scène un atelier de culture horlogère. Salon du collectionneur, du 11 au 20 septembre, Grand Palais, avenue Winston-Churchill, Paris 8 e (www.sdcfrance.eu). DR Montre-bracelet avec heure standard, chronographe, disque de date et réserve de marche. 12 BIS DVD Quand le silence n’est pas d’or ➔ Figure de proue du cinéma turc, Nuri Bilge Ceylan s’était fait remarquer en 2006 avec Les climats, avant de connaître la gloire avec le long métrage Les trois singes. Récompensé à Cannes par le Prix de la mise en scène, ce film raconte l’histoire d’une famille qui va peu à peu se déliter à force de petits secrets et de gros mensonges. Nuri Bilge Ceylan utilise le symbole des trois singes – qui refusent de voir, d’entendre et de parler – pour illustrer la complexité des relations humaines. Les trois singes, de Nuri Bilge Ceylan, Pyramide Vidéo, 19,99 €. BD En bref DR Frères d’armes Directsoir N°599/Jeudi 10 septembre 2009 THÉÂTRE Shakespeare version Broadway La mégère à peu près apprivoisée, ou Shakespeare sans complexes. ➔ La compagnie Los Figaros propose La mégère à peu près apprivoisée (une production Arthur Jugnot), adaptation osée de La mégère apprivoisée de Shakespeare. Battista, vieil aristocrate, cherche à marier sa fille aînée, Katarina, au caractère bien trempé, ainsi qu’il le fait dans la pièce originelle. Mais l’œuvre du dramaturge est ensuite détournée pour se muer en théâtre musical déjanté, où le piano et la guitare rythment coups d’éclat et coups de théâtre, entre situations gaguesques et soirées plage des plus festives. La mégère à peu près apprivoisée. Jusqu’au 3 janvier, Vingtième Théâtre, 7, rue des Plâtrières, Paris 20 e (0143660113). ➔ La Première Guerre mondiale est une source d’inspiration continue pour les auteurs de bande dessinée. Fabien Nury (WEST, Brigades du Tigre…) et Maurin Defrance proposent une nouvelle série, L’or et le sang, qui mènera le lecteur des tranchées de Verdun aux rivages ensoleillés de Tanger. Un aristocrate et un Corse, que rien ne destinait à se rencontrer, se constituent en duo et se décident à fuir la guerre, en direction de l’Afrique, ses promesses de liberté et de richesses. Un trait rythmé, un scénario vif et efficace. L’or et le sang, tome 1 : L’appel du large, Nury, Defrance, Chabane et Bedouel, Editions 12 bis, 13 €. Des places à gagner pour Wax Tailor/A l’occasion de la sortie de son troisième album, In The Mood For Life, Wax Tailor donnera un concert privé le mercredi 23 septembre, à 20 h 30, au Nouveau Casino. Pour gagner des places, rendezvous dès aujourd’hui et jusqu’au 17 septembre sur le site www.fnaclive.com et répondez à un questionnaire le concernant. Soirée Gnawa/Dans le cadre des soirées du ramadan, le groupe Gnawa Njoum, d’Essaouira, s’installe ce soir au Satellit Café (Paris 11 e). Sur scène, cinq musiciens et danseurs partagent avec le public l’énergie qui se dégage de ce genre, né de la fusion entre musique subsaharienne et musiques du Maghreb.
www.directsoir.net ROMAN Vertiges de l’amour David Foenkinos, auteur du « Potentiel érotique de ma femme », publie « La délicatesse », un roman au titre bien trouvé, en forme de fantaisie plaisante et intelligente. ET AUSSI… Voyage à Cuba et routes solitaires Deux traversées, l’une vers Cuba, signée David Fauquemberg, et l’autre, intérieure, vers les rives de la solitude et de l’athéisme, avec Pascal Quignard. ➔ Le prix Nicolas- Bouvier en poche, pour son premier roman Nullarbor, en 2007, David Fauquemberg continue son périple littéraire autour du monde. Il fait cette fois escale à Cuba, île que la marche de l’histoire a abandonnée depuis que le socialisme réel s’est chargé de lui dicter son futur. Débrouille, entraide, misère matérielle, désenchantement d’une jeunesse qui ne voit son avenir qu’à l’étranger : l’esprit de l’île affleure à chaque page, impression renforcée par des dialogues au cordeau. L’auteur fait la part belle à la communauté des boxeurs, fierté de Cuba et seule porte de sortie vers l’extérieur. Mal tiempo, David Fauquemberg, Fayard. SEUIL On sait son penchant à traiter du thème de la femme et de l’amour dans ses romans, avec humour et habileté. David Foenkinos, admirateur absolu d’Albert Cohen et de sa Belle du Seigneur, récidive ici avec un joli roman mêlant subtilement gravité et charme aérien. Alors que Nathalie lisait avec ardeur un roman russe sur son canapé, son compagnon et grand amour, François, meurt en plein jogging. Comment survivre après un tel drame ? Un autre homme pourrat-il, un jour, faire oublier le cher disparu ? Pour échapper à sa souffrance, la jeune femme se tourne vers une vie des plus austères. Elle s’enferme dans un rôle de « working girl », alors que des hommes plus ou moins puissants lui font la cour. Et comme l’amour, on le sait, est aveugle, un seul parviendra à la séduire : un de ses collègues, gaffeur invétéré, sans charme ni talent particulier. Ce qu’on appelle destin ne serait-il que hasard ? Peu importe, le romancier n’a pas son pareil pour donner un certain piquant à un récit, qui aurait pu tomber dans la banale romance. David Foenkinos parvient tour à tour à déconcerter le lecteur par le biais de coups de théâtre jubilatoires et à prendre à contre-pied les clichés attachés fermement aux histoires d’amour. Comme Markus, l’amant improbable de Nathalie, David Foenkinos fait de la vie une véritable fantaisie, pleine de charme. On y croit, et on en redemande. La délicatesse, David Foenkinos, Gallimard, 16 €. ➔ Un militant de la liberté de l’individu, c’est ainsi qu’on pourrait définir Pascal Quignard dans son dernier essai, inclassable tant dans la forme – mêlant récits historiques, remarques philosophiques, définitions étymologiques – que dans le propos. Sixième partie de son Dernier royaume, La barque silencieuse est un appel à l’anticonformisme, à l’obligation de croire, un vibrant hommage à la solitude des hommes et surtout au respect des choix, qu’ils prennent la forme de l’athéisme ou du suicide. La barque silencieuse, Pascal Quignard, Seuil. En 2004, à seulement 30 ans, David Foenkinos a reçu le prix Roger-Nimier pour Le potentiel érotique de ma femme. CULTURE 13 DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :