Direct Soir n°541 29 avr 2009
Direct Soir n°541 29 avr 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°541 de 29 avr 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : Nutrition : les huiles sont nos amies

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 MIEUX CONSOMMER LES HUILES ALIMENTAIRES Des alliées essentielles pour votre santé Ingrédients privilégiés pour l’assaisonnement ou la cuisson, les huiles alimentaires demeurent indispensables à notre corps. Bénéfiques à la santé, elles doivent être toutefois savamment manipulées pour conserver tous leurs bienfaits. Dans certaines régions de la planète, cuisiner à l’huile demeure une véritable culture. Si l’huile d’olive jouit toujours des faveurs des ménagères françaises grâce à ses bienfaits nutritionnels, d’autres huiles possèdent aussi des qualités salutaires. Qu’elles soient de tournesol, de colza, de noix ou d’olive, les huiles alimentaires restent en tout cas l’aliment le plus riche en calories, car il se compose exclusivement de lipides. HABILE MÉLANGE Bête noire des diététiciens, les lipides demeurent pourtant essentiels à notre santé. Il faut simplement savoir distinguer les bonnes et les mauvaises graisses. Pour être nutritionnellement bénéfique, l’huile alimentaire utilisée pour l’assaisonnement ou pour la cuisson doit apporter des acides gras, oméga-3, oméga-6 et oméga-9, et des vitamines. Or, sur le marché, aucune d’entre elles ne rassemble toutes ces conditions. Seule solution : varier les plaisirs. Les huiles de noix, de colza et de soja fournissent davantage d’oméga-3 alors que les huiles de pépins de raisin, d’arachide, de maïs et de tournesol possèdent une forte teneur en oméga-6. L’huile d’olive, quant à elle, Envoyez-nous vos astuces, vos coups de cœur, vos coups de sang… sur les prochains thèmes que nous aborderons dans cette page, « Mieux consommer ». Dites-nous tout sur conso@directsoir.net. est riche en oméga-9.Ainsi, pour assaisonner les crudités, les viandes et les poissons, optez plutôt pour un mélange d’huile de noix et de maïs ou d’huile d’olive et de colza. Pour la cuisson, seule l’huile d’olive conserve tous ses bienfaits lorsqu’elle est chauffée.A 180°C, les oméga-9 ne sont pas détériorés et restent donc bénéfiques à la santé. En revanche, à plus de 120 °C, une 180 ° C C’est la température maximale pour chauffer une huile. VOTRE AVIS NOUS INTÉRESSE huile de tournesol ou une huile d’arachide devient nocive : les oméga-3 et -6 qu’elle contient se transforment en composés toxiques. Enfin, dans la préparation d’une friture, ne dépassez pas les 180 °C.Au-delà, les corps gras se dégradent et brûlent le repas, perdant tous leurs apports nutritionnels. Utilisée en faible quantité, l’huile n’est en tout cas pas à exclure d’une alimentation saine et équilibrée. Une étude publiée récemment dans la revue médicale The Lancet révélait qu’un régime alimentaire enrichi en oméga-3 réduirait de 62% le nombre d’accidents cardiovasculaires et de 50% le nombre d’infarctus du myocarde. PROCHAINS THÈMES ABORDÉS:• Les secrets d’un apéritif réussi• Protéger son ordinateur des virus• Les bons plans pour apprendre à cuisiner• Préparer un bon barbecue DR 3 QUESTIONS AU… Dr Laurent Chevallier, nutritionniste et auteur des « 100 meilleurs aliments pour votre santé et la planète », aux éditions Fayard Pour une alimentation équilibrée, faut-il consommer de l’huile ? Absolument. L’organisme a besoin de corps gras ; l’apport en matière grasse dans la ration alimentaire totale doit être compris entre 30 et 35%. Existe t-il de bonnes et de mauvaises huiles ? Il faut privilégier l’huile d’olive et les huiles de colza ou de noix (riches en oméga-3,ndlr). La consommation idéale d’huile par jour est l’équivalent de deux cuillères à soupe, dont une réservée pour la salade et les crudités. Pendant longtemps nous avons consommé beaucoup d’huile de tournesol. Or, si celle-ci apporte une quantité satisfaisante de vitamines E, elle est trop riche en oméga-6. Et à terme, la consommation excessive d’oméga-6 a des conséquences sur la santé telles que des inflammations. A quoi faut-il être attentif ? Il faut choisir des huiles contenues dans des bouteilles en verre. On sait que le plastique largue un certain nombre de ses éléments dans le contenu ; on le découvre pour l’eau, c’est encore plus vrai pour les matières grasses. Dans les bouteilles en verre, on sait que ces interactions n’ont pas lieu. TÉMOIGNAGES ➔ FRANÇOIS, 37 ANS « Je cuisine principalement avec du beurre, car j’aime le goût qu’il laisse ; le tout est de ne pas le laisser brûler dans la poêle. Pour les sauces de mes salades, mes crudités ou simplement en filet sur du poisson, je choisis plutôt de l’huile d’olive, car cela me rappelle le Sud ! ➔ JULIETTE, 28 ANS « Je suis une inconditionnelle de l’huile d’olive ; d’ailleurs chez moi je n’ai jamais de beurre. C’est un peu une tradition ; toute ma famille cuisine à l’huile d’olive. De plus, il existe une multitude d’huiles d’olive différentes. J’ai une petite préférence pour celle qui est combinée avec du basilic. J’utilise uniquement de l’huile de tournesol lorsque je fais des crêpes. » Directsoir N°541/Mercredi 29 avril 2009 Huile d’olive : l’or vert ➔ A l’image du vin, l’huile d’olive est devenue au fil des ans une alliée indispensable pour réussir son menu. Voici quelques conseils pour apprécier l’or vert de nos assiettes : LA PROVENANCE La législation européenne interdit de préciser la provenance du produit sauf si l’huile est fabriquée dans une région bénéficiant d’une appellation d’origine (AOC, IGP…). Pour les produits non fabriqués dans une région d’appellation d’origine, seul le pays peut être mentionné. LA DÉGUSTATION Parmi les types d’huile d’olive, celle au goût fruité mûr possède des saveurs plus onctueuses, tandis que le goût fruité vert (avec des olives à peine mûres) donne à l’huile une saveur plus naturelle. Les principaux pays oléiculteurs sont l’Espagne, l’Italie, la Grèce et la Tunisie. Penser au recyclage ➔ L’huile de friture ou toutes les autres huiles (sardines, cuisson…) sont recyclables. « Il faut mettre l’huile alimentaire usagée dans un bidon ou une bouteille et l’apporter à la déchetterie », explique Wilfried Martin, directeur de Sud Récup. Une fois traitée, l’huile alimentaire usagée est valorisable à 70%. Si beaucoup de restaurants en France, parmi lesquels 900 McDonald’s, ont choisi de recycler l’huile usagée, « les particuliers sont, eux, encore trop peu nombreux », commente le directeur de l’entreprise. « Il est très fréquent de voir les particuliers vider leurs huiles alimentaires usagées dans les WC ou les éviers. Or, il faut savoir que cela bouche les canalisations et empêche les stations d’épuration de fonctionner correctement. »
www.directsoir.net HUILE D’ARGAN L’élixir venu du Maroc Dernière arrivée sur les étals des commerçants, l’huile d’argan possède de nombreuses vertus, dont celle d’être à la fois utilisable pour l’alimentation et pour la cosmétique. On trouve l’arganier au Maroc. Entre Essaouira et Agadir, on connaît depuis longtemps les bienfaits de cet arbre. De son fruit, les paysans locaux tirent une huile très prisée : l’huile d’argan, devenue depuis quelques années un véritable élixir cosmétique et alimentaire. Son goût léger, proche de celui de l’amande et des noisettes, a déjà séduit bon nombre de chefs. En cuisine, l’huile d’argan assaisonne les crudités et rehausse certains plats après cuisson. En outre, elle réduirait le taux de mauvais cholestérol, ce qui en fait une huile particulièrement prisée par les nutritionnistes. Mais sa rareté entraînant son coût élevé (entre 60 et 80 euros le litre), elle est peu utilisée. En dehors de la cuisine, vous trouverez beaucoup de produits cosmétiques contenant de l’huile d’argan. Antioxydant et riche en vitamine E, l’huile d’argan cosmétique aurait un rôle dans la régénération des cellules de la peau. On dit enfin que ce produit aurait des effets positifs contre la chute des cheveux… Mais aucune étude scientifique n’a pour le moment démontré que ce produit miracle permettait de les faire repousser ! L’huile d’argan, d’usage culinaire et cosmétique, aurait de multiples vertus. S. VILLEROT/REA MIEUX CONSOMMER 7 Secrets de fabrication Comment fabrique-t-on l’huile ? Le processus d’élaboration, long et fastidieux, est issu d’un savoir-faire ancestral. Le broyage : C’est la première étape de fabrication. Le mouvement des deux meules brise les parois des cellules et entraîne la libération de l’huile. On obtient alors une pâte contenant l’huile, des restes de noyaux et de la pulpe. Le pressurage : La pâte est pressée pour extraire un mélange composé d’huile et d’eau. Vrai ou faux ? La décantation, ou centrifugation : L’huile est séparée de l’eau grâce à un mouvement de rotation rapide dans une centrifugeuse verticale. Le filtrage : Au cours de cette ultime étape de fabrication, l’huile obtenue est filtrée puis stockée. Après conditionnement, elle est prête à être distribuée. L’HUILE D’OLIVE EST RICHE EN POLYPHÉNOLS Vrai. Les polyphénols sont des molécules organiques très présentes dans les plantes. Ils ont la particularité d’être antioxydants, c’est-à-dire qu’ils permettent de désintoxiquer l’organisme. LA GRÈCE EST LE PREMIER PRODUCTEUR D’HUILE D’OLIVE Faux. Si la culture oléicole demeure intacte dans ce pays depuis 4000 ans, la Grèce n’est que le troisième producteur mondial (18%) d’huile d’olive. En 2005, l’Espagne se positionnait en tête du classement avec 36%, devant l’Italie (25%). L’HUILE D’OLIVE EST « VIERGE » LORSQU’ELLE EST PRESSÉE À FROID Vrai. L’huile d’olive dite « vierge » est obtenue grâce à un procédé mécanique réalisé à froid. En outre, elle ne doit pas recevoir de traitements chimiques lors de sa fabrication.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :