Direct Soir n°510 10 mar 2009
Direct Soir n°510 10 mar 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°510 de 10 mar 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : Outre-Mer : après la crise l'espoir renaît

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 DRAME CINÉMA Cœurs en friche Guillermo Arriaga livre un premier film, « Loin de la terre brûlée », un brin décevant. Mais il sait tirer parti d’un casting alléchant et d’une très belle photographie. Charlize Theron incarne une célibataire, Sylvia, qui multiplie les conquêtes sans lendemain. Sur le papier, la première réalisation de Guillermo Arriaga, scénariste surdoué des films de González Iñárritu (Amours chiennes, 21 grammes, Babel), promettait beaucoup. Pourtant, après avoir vu ce film, on reste sur sa faim. Loin de la terre brûlée mêle histoires d’amours maudites et turbulences de liens familiaux. Sylvia (Charlize Theron) mène une vie solitaire et multiplie les conquêtes sans lendemain. Parallèlement, le film met en place une autre histoire, celle de Gina (incroyable Kim Basinger en femme frappée par la maladie, qui se relève grâce à l’amour d’un homme), femme adultère, et de sa fille Mariana. Le réalisateur semble vouloir faire deviner au spectateur le point d’ancrage de ces deux vies. Mais la complexité de récit auquel nous avait habitués Arriaga dans ses précédents scénarios (prix du meilleur scénario au festival de Cannes en 2005 pour Trois enterrements de Tommy Lee Jones) ne fait pas ses preuves ici. Il faut cependant saluer sa direction d’acteurs. Charlize Theron (oscarisée en 2004 pour sa prestation dans le film Monster) illumine l’écran comme à son habitude. On croit au traumatisme profond dont son personnage souffre, mais aussi à la façon dont celui-ci saisit l’opportunité de racheter ses fautes. Loin de la terre brûlée, Guillermo Arriaga, en salles demain. DR MK2 DRAME Une éclatante revanche ➔ Alex et Tamara travaillent dans un bordel du « quartier rouge » de Vienne. Rêvant d’une vie meilleure, ils décident de faire un braquage. Mais pendant leur fuite, Tamara est tuée par un policier. Alex, réfugié dans la ferme de son grand-père, fomente sa vengeance. Recherchant la simplicité et la clarté dans sa mise en scène, le réalisateur autrichien Götz Spielmannlivre, avec Revanche (nominé pour l’oscar du meilleur film étranger), une œuvre au plus près des sentiments humains. Revanche, Götz Spielmann, en salles. Directsoir N°510/Mardi 10 mars 2009 DRAME « Welcome », l’humanité sans frontières En s’attaquant à un sujet d’actualité difficile, celui de la situation des migrants en France aujourd’hui, Philippe Lioret (« Je vais bien, ne t’en fais pas ») a certainement signé avec « Welcome » l’un des films les plus poignants de l’année. Afin d’impressionner sa femme qu’il espère reconquérir, Simon (Vincent Lindon), maître nageur à la piscine de Calais, prend le risque d’aider un réfugié kurde de 17 ans qui n’a qu’une idée en tête : traverser la Manche à la nage pour rejoindre l’élue de son cœur en Angleterre. Bien qu’il s’agisse d’une œuvre de fiction, celle-ci témoigne d’un formidable travail documentaire sur les conditions de vie des réfugiés coincés à Calais, « notre frontière mexicaine à nous » où, « brimés, brutalisés et humiliés », rapporte le réalisateur Philippe Lioret, ils nourrissent l’espoir de rejoindre coûte que coûte l’Angleterre, qu’ils s’imaginent être l’Eldorado. Eminemment engagé, Welcome dénonce aussi la traque policière dont sont victimes les personnes qui viennent en aide aux sans-papiers. Son tour de force est d’être parvenu à traiter le sujet de l’immigration sans jamais négliger la part d’émotion et d’énergie romanesque qui naît entre les personnages. A l’émotion, il allie la prise de conscience, celle-là même qui gagne le personnage de Simon (incarné par un Vincent Lindon Simon (Vincent Lindon), dans Welcome. magnifique de justesse). Citoyen lambda peu concerné, Simon se mobilisera finalement corps et âme pour Bilal, ce jeune kurde amoureux transi capable de « traverser la Manche pour la femme qu’il aime », alors que lui, comme il le regrette, « n’a pas été foutu de traverser la rue pour rattraper la sienne » … Welcome, Philippe Lioret, en salles demain. THRILLER Tous contre un ➔ Le réalisateur de Cours, Lola, cours revient avec un thriller : L’enquête, ou l’histoire d’un agent d’Interpol qui poursuit les dirigeants d’une grande banque multinationale impliquée dans un trafic d’armes. Inspirée de faits réels, l’intrigue, intéressante au demeurant, sent pourtant le déjà-vu. Si Clive Owen et Naomi Watts forment un duo touchant, l’intrigue n’a pas l’épaisseur d’un Blood Diamond ou de The Constant Gardener, qui traitaient aussi de l’implication des hautes instances de la société dans des trafics en tout genre. Toutefois, l’histoire se déroulant entre Berlin, le Luxembourg, Milan, New York et Istanbul, Tom Tykwer livre de très beaux plans sur ces villes, doublés de scènes d’action palpitantes. L’enquête, Tom Tykwer, en salles demain.
www.directsoir.net HORREUR Double grand frisson Possessions démoniaques, esprits malfaisants, David S. Goyer se sert d’un matériau foisonnant dans l’intrigue – terrifiante à souhait – de « Unborn ». Casey Beldon (Odette Yustman, à gauche). La gémellité a toujours été source de fascination. La médecine, les mythes païens, les religions, se sont emparés de ce phénomène pour tenter de le comprendre. C’est au tour de David S. Goyer, coscénariste des films Batman Begins et The Dark Knight, d’y trouver l’inspiration. Cauchemars et autres visions macabres se mettent un jour à assaillir Casey Beldon, une jeune étudiante de Chicago. Folie ou possession ? Casey tente de trouver la vérité. En fouillant dans les affaires de sa défunte mère, elle découvre qu’elle avait un frère jumeau, mort avant sa naissance. Elle fait alors appel au rabbin Sendak (Gary Oldman) pour un exorcisme.Vue dans Cloverfield, la jeune actrice Odette Yustman, dont c’est ici le premier grand rôle, porte ce film d’horreur qui lorgne du côté de L’exorciste, de William Friedkin. Puisant à la fois dans la génétique et le folklore des écrits de la Kabbale, Unborn assure aux amoureux du genre son lot de frissons et de suspense. Unborn, David S. Goyer, en salles demain. CINÉMA 9 THRILLER Embarquement (pour le) fantastique Anne Hathaway et Patrick Wilson, dans Les passagers. ➔ Thriller de prime abord classique, Les passagers surprennent agréablement en basculant dans le fantastique paranoïaque à la M. Night Shyamalan. Anne Hathaway y incarne une thérapeute chargée, après un crash, d’aider psychologiquement les rares survivants, dont le séduisant Eric (Patrick Wilson). Mais les rescapés vont peu à peu disparaître… Aux commandes, on retrouve le réalisateur Rodrigo García (Ce que je sais d’elle… d’un simple regard), qui n’est autre que le fils du prix Nobel de littérature, Gabriel García Marquez. Les passagers, Rodrigo García, en salles demain.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :