Direct Soir n°510 10 mar 2009
Direct Soir n°510 10 mar 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°510 de 10 mar 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : Outre-Mer : après la crise l'espoir renaît

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 MIEUX CONSOMMER SÉCURITÉ DOMESTIQUE Des détecteurs contre les incendies En 2008, les incendies domestiques ont causé la mort de 800personnes. Devant ces chiffres, l’Assemblée nationale a adopté un amendement qui rend obligatoire l’installation de détecteurs avertisseurs autonomes de fumée –Daaf– chez les particuliers. Le compte à rebours a commencé car, à compter de la mise en application du décret, le propriétaire ou le locataire d’un logement aura cinq ans pour s’équiper d’un détecteur avertisseur autonome de fumée. Bien après la plupart des pays occidentaux, la France franchit ainsi une étape importante. Objectif : réduire de moitié le nombre de décès liés aux incendies domestiques. Dans un communiqué, le colonel Richard Vignon, président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF), explique que « c’est un grand pas pour arrêter un fléau », avant d’ajouter que « lorsqu’on sait que 70% des feux meurtriers se déclenchent la nuit, la sonnerie d’un détecteur avertisseur pourrait sauver de nombreuses vies ».A l’heure actuelle, le Daaf demeure le seul outil capable de prévenir les incendies domestiques. Et hors de nos frontières, les détecteurs ont déjà fait leurs preuves. Selon l’entreprise Kidde, leader mondial sur le 1% des habitations possède un détecteur marché de la prévention et de la lutte contre les incendies domestiques, l’installation de détecteurs de fumée a permis de diminuer de 50% le nombre de victimes en Angleterre depuis l’instauration de la loi en 1991. Aujourd’hui, le taux d’équipement outre-manche frôle les 89%. Le Royaume- Uni se rapproche ainsi de la Norvège (98% des foyers sont équipés), des Etats-Unis (95%) ou du Canada (94%). En France, l’installation d’un détecteur se fera selon le bon vouloir du locataire ou du propriétaire. Reste que pour sensibiliser les particuliers, les assureurs devraient participer eux aussi. Ils pourraient aussi diminuer les cotisations d’assurance habitation pour inciter les particuliers à acheter. Actuellement, moins de 1% des habitations possèdent un Daaf. Mais à cette première mesure, la FNSPF en ajoute une autre : l’instauration du diagnostic incendie « comme cela existe déjà pour l’amiante, le plombou les termites ». VOTRE AVIS NOUS INTÉRESSE Envoyez-nous vos astuces, vos coups de cœur, vos coups de sang… sur les prochains thèmes que nous aborderons dans cette page « Mieux consommer ». Dites-nous tout sur conso@directsoir.net. PROCHAINS THÈMES ABORDÉS:• Soigner son animal domestique• Les astuces pour bien dormir• Les gestes qui sauvent• Choisir son orientation après le baccalauréat M.GRACIA/FANCY/VEER 3 QUESTIONS À… Capitaine Mickaël Regazzoni, SDIS 21* « Le feu se déclare dans les pièces à risque » Que pensez-vous de cette nouvelle loi ? C’est un premier pas nécessaire pour éviter les risques de décès. Dans un deuxième temps, il faudrait pratiquer des diagnostics « sécurité » dans les logements comme nous le faisons dans les établissements recevant du public. Dans ceux-ci, obligatoirement équipés de détecteurs, seuls 13 décès ont été constatés l’année dernière. Comment se propage un incendie dans un logement ? Il commence souvent dans les pièces à risque type chambre, buanderie, atelier. La vitesse de propagation d’un feu dépend des matériaux contenus dans le logement. Il faut savoir qu’un appartement entier peut brûler en moins d’un quart d’heure. Où doit-on installer le détecteur ? Il faut privilégier la proximité des chambres à coucher, car il préviendra l’occupant pendant la nuit. L’idéal est de le placer au centre d’une pièce ou d’un couloir. *SDIS 21 : Service départemental d’incendie et de secours de la Côte-d’Or. TÉMOIGNAGES ➔ Karène, 30 ans « Je pense que c’est une bonne chose que le Daaf soit obligatoire. Le prix d’un détecteur est très faible et cela constitue un bon moyen pour être averti en cas d’incendie. » ➔ Yves, 53 ans « J’en ai installé un chez moi. C’est très rassurant de savoir qu’en plein sommeil, l’alarme nous réveillera. Cela fonctionne très bien puisque mon détecteur s’est déclenché lorsque je faisais du bricolage. » Directsoir N°510/Mardi 10 mars 2009 Quel matériel choisir ? ➔ Le détecteur avertisseur autonome de fumée (Daaf) fonctionne grâce à une pile qui, lorsqu’il détecte de la fumée, émet une alarme (85 db). Son prix varie entre 10 et 200 euros. Pour Alain Legry, gérant de l’entreprise Comod’Alarm, le coût moyen d’un Daaf doit être compris entre 25 et 30 euros : « Les Daaf les plus chers sont reliés à une centrale qui prévient immédiatement les services de secours. » Vérifiez que votre détecteur est certifié « NF EN 14604 ». Ces détecteurs, fabriqués après le 1 er janvier 2008, garantissent la durée de la pile (deux ans) et l’intensité du signal sonore. Modèle de détecteur de fumée en grande surface. Chiffres clés 1 VERRE D’EAU est nécessaire pour éteindre un feu lors de la première minute. Il faut un seau d’eau dans la deuxième minute. Seule une citerne d’eau pourra circonscrire l’incendie dès la troisième minute. 1 FRANÇAIS SUR 3 sera victime d’un incendie au cours de sa vie. 250 000 SINISTRES incendies sont déclarés chaque année aux assureurs. Le coût des incendies est estimé à environ 1,3 milliard d’euros. L’INTOXICATION À LA FUMÉE EST LA PREMIÈRE CAUSE DE DÉCÈS des victimes d’incendies. L’intoxication à la fumée est également la deuxième cause de mortalité par accident domestique chez les enfants de moins de 5 ans.
N°VISA EN COURS - CRÉDITS NON CONTRACTUELS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :