Direct Soir n°495 10 fév 2009
Direct Soir n°495 10 fév 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°495 de 10 fév 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : Société : la vie en solo

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 CINÉMA ANIMATION Quand une petite souris se prend pour un géant Adapté du livre éponyme de Kate DiCamillo, « La légende des Despereaux » raconte l’incroyable destin d’une courageuse petite souris, prête à tout pour faire revivre un royaume endormi. Dans le royaume de Dor, tout semble parfaitement en ordre depuis des siècles. Chaque année, la traditionnelle dégustation de la soupe concoctée par André, le cuisinier de la Cour, est le point d’orgue de cette vie paisible. Mais cette année sera différente. Alors que la reine s’apprête à goûter la préparation, le rat Roscuro tombe dans son assiette. Pétrifiée, celle-ci succombe à sa vision d’horreur, laissant derrière elle un roi et une magnifique princesse inconsolables. Habituellement baigné de lumière, le pays sombre sous le gris des nuages. Les années passent tristement jusqu’au jour où un événement anodin va peut-être tout bouleverser. Au pays des souris, un souriceau baptisé Despereaux vient de naître. Petit par la taille mais avec des oreilles DRAME Paris… Terre promise ➔ L’Odyssée. C’est ainsi que Costa- Gavras qualifie son dernier film. « A la différence près que dans l’Odyssée, Ulysse voulait retrouver son foyer. Dans ce film, Elias veut en fonder un. Il vit de nombreuses aventures qui permettent de présenter notre monde de manière poétique, parfois tragique », explique Costa- Gavras à propos du héros de son film. Elias est un homme à la recherche d’un rêve : devenir Français.Venu de nulle part, il traverse la mer Egée afin de regagner cette terre, lieu de tous les possibles. Mais pourchassé par la police, utilisé par des hommes peu scrupuleux, ou parfois aidé par de bonnes âmes, Elias ne désespère pas. « On passe notre temps à dignes de celles d’un éléphant, Despereaux n’a rien de chétif, et sa curiosité le rend courageux. Voilà comment une princesse, une souris et un rat, voulant chacun changer le cours de sa vie, auront dorénavant leur destin lié. Notre charmante souris se voit déjà dans la peau d’un courageux chevalier pour rendre le sourire à une princesse, le rat tente de racheter son acte criminel pour retrouver sa vie de voyageur et la princesse voudrait sortir du marasme afin que la vie reprenne ses couleurs d’antan. Une jolie fable dans laquelle « l’adulte retrouve la part d’enfance qui est restée en lui et l’enfant appréhende l’adulte qu’il aimerait devenir », comme le souligne Gary Ross, producteur du film. La légende des Despereaux, de Sam Fell et Robert Stevenhagen, en salles demain. Cinéaste engagé et homme de cœur, Costa-Gavras livre, avec « Eden à l’Ouest », une jolie fable : l’histoire d’un homme en quête de terre d’accueil. Elias (Riccardo Scamarcio), immigré clandestin dans Eden à l’Ouest. entendre que demain sera pire qu’hier, en matière d’économie, de chômage. J’ai voulu traiter les travers de cette société, mais avec un peu d’optimisme. Elias est un être solaire porteur d’espoir. » A travers la figure sympathique de cet immigré clandestin, Costa-Gavras, fort de 40 ans d’engagement cinématographique, ne s’arrête pas en si bon chemin et élargit le sujet en montrant une société sécuritaire et surmédiatisée : « Nous autres, réalisateurs, nous nous adressons à des milliers et parfois des millions de personnes. Nous avons une responsabilité face à notre public », indique-t-il. Eden à l’Ouest, de Costa-Gavras, en salles demain. DR FANTASTIQUE ➔Katie (Alexandra Lamy) vit seule avec sa fille dans une morne banlieue ouvrière. Un jour, elle rencontre Paco (Sergi Lopez) dans l’usine où elle travaille. De leur amour naît Ricky, un bébé pas comme les autres : un bébé avec des ailes. On aurait pu croire, en lisant le scénario du nouveau film de François Ozon (8 femmes, Sous le sable, Angel, Swimming Pool, Gouttes d’eau sur pierres brûlantes…), que l’histoire de Ricky vantait les prodiges de l’amour, celui qui fait soulever des montagnes ou qui fait naître des anges. Il n’en est rien en réalité. Car Ozon, dont le cinéma séjourne toujours à la frontière de l’étrange, ne serait pas Ozon si cette histoire se cantonnait à un récit romantico-fantastique. Ce qui intéresse ici le réalisateur français est de scruter l’évolution d’une cellule familiale. L’arrivée d’un homme dans le foyer bouleverse très vite les habitudes de Katie et de son premier enfant, une petite fille. Puis c’est le nouveau-né, Directsoir N°495/Mardi 10 février 2009 Despereaux, souriceau malin et plein de ressources, nous entraîne dans un tourbillon d’aventures. 2000000 C’est le nombre d’exemplaires vendus en édition reliée du récit de Kate DiCamillo, considéré aujourd’hui comme un classique de la littérature enfantine. Les ailes du désir En lice pour l’Ours d’or à la 59 e Berlinale, qui se tient en ce moment, le BVNI (bébé volant non identifié) du film Ricky, de François Ozon, débarque sur les écrans. 2008 UNIVERSAL STUDIOS. ALL RIGHTS RESERVED Ricky, au développement d’abord normal, qui déséquilibre à son tour la structure. On en vient enfin à l’intrusion de l’extraordinaire dans une vie pâle et quelconque quand les ailes du bébé commencent à pousser. Le corps de l’enfant se fait alors fétiche et cristallise tous les espérances de cette famille simple. Drame social, conte fantastique, étude de mœurs : le film flirte avec ces genres. On passe de scènes hilarantes –la mère et la fille assistant aux premiers vols du bébé– à des épisodes poignants, tel celui où Katie laisse apparaître sa détresse de devoir laisser partir son enfant, différent. François Ozon offre, à ce titre, un rôle magnifique à Alexandra Lamy, confinée jusqu’à aujourd’hui dans des rôles comiques ou romantiques.Tour à tour lumineuse, chancelante ou épanouie, l’actrice laisse parler son cœur dans ce rôle de mère courage. Ricky, de François Ozon, en salles demain.
www.directsoir.net 9 « Volt : star malgré lui » Les quatre pattes dans la prise Le récent dessin animé des studios Disney-Pixar fait également l’objet d’une sortie en jeu vidéo. « Volt : star malgré lui », est clairement destiné à un public jeune, mais pourra également séduire les « casual gamers ». Volt, adorable chien à poil court, n’est pas la bestiole inoffensive que l’on croit. Quand le monde est menacé, c’est lui qui bombe le torse et joue les superhéros.Armé de son super-cri paralysant et de ses yeux laser, il lutte contre l’infâme Calico, qui a enlevé le père de son amie Peggy. Stop… Pour ceux qui auraient déjà vu le film, en ce moment sur les écrans, ce synopsis ne rappellera pas grand-chose. Et pour cause, Disney Interactive offre ici une aventure totalement inédite.Au lieu d’un conte sur la tolérance et la nécessité d’être soi-même, c’est un jeu d’action furieusement rythmé qui attend l’amateur. SUR LE NET www.google.fr/latitude Pour vous permettre de localiser vos amis via leur téléphone portable, le groupe Google vient de lancer Google Latitude. Cette application permet aux usagers l’ayant téléchargée sur leur appareil, de montrer à leurs proches où ils se trouvent à tout moment. A ceux qui s’inquiètent d’une nouvelle menace sur la vie privée, Google assure que des options de sécurité sont installées sur le logiciel. Ces dernières permettent ainsi de se placer en mode caché ou encore de choisir qui peut découvrir votre localisation.france-info.com La rubrique Parlons Net, animée par David Abiker, sur la radio France Info, a soufflé sa première bougie samedi dernier. Ce premier club de la presse internet décrypte l’actualité et analyse le phénomène Web chaque semaine. A écouter en ligne les samedis à 10h. TYROULETTE OU LASER Très orienté plateformes, il permet de prendre en main – selon les circonstances – Volt le bourrin ou Peggy la furtive. Ce sont d’ailleurs ces dernières phases qui semblent les mieux construites. Peggy, aussi lourdement équipée que le héros de Splinter Cell, se glisse alors dans le dos de ses ennemis, les sbires du fameux Calico, et leur inflige le châtiment qu’ils méritent. Elle pourra en particulier utiliser la tyroulette, un outil étrange faisant office de grappin mais aussi de bâton vengeur. Volt, de son côté, ne fait pas dans le détail. Ses capacités de combat sont multiples –mention spéciale au regard laser qui tue– et elles progresseront tout au long de l’aventure. Il est en revanche dommage que certains combats, amusants par ailleurs, s’éternisent à cause d’un trop grand nombre d’ennemis. UN JEU POUR (PRESQUE) TOUT LE MONDE Si l’on met de côté ce détail, l’aventure proposée par les développeurs d’Avalanche Software tient largement la route. Fun et assez bien réalisé, Volt contentera les joueurs occasionnels et les enfants, même si certaines phases assez complexes risquent de les bloquer un certain temps. Pour les véritables gamers, le challenge ne sera probablement pas assez relevé. Mais ils ne sont clairement pas la cible visée par cette adaptation, qui semble taillée pour devenir une nouvelle franchise Disney. Volt : star malgré lui, Disney Interactive, multiplateforme, disponible. ET AUSSI… FICHE TECHNIQUE DR 13 20 DISNEY ➔ Vénéré par les fans de RPG japonais depuis sa sortie en 1995 sur Super Nintendo, Chrono Trigger fait aujourd’hui l’objet d’un remake sur DS. Chrono, le héros, devra voyager dans le temps pour rétablir l’ordre de l’Histoire. Doté d’un scénario intense, le jeu de Square s’impose comme un trésor éternel du jeu vidéo. Brillant. Chrono Trigger, éd. Square Enix, sur Nintendo DS. Disponible. JEUX VIDÉO GRAPHISME 13/20 Sans être extraordinaire, il retranscrit parfaitement l’ambiance du film. ANIMATION 13/20 Simple et sympathique. Que vous incarniez Volt Volt est un personnage mignon et attachant, qui dispose de pouvoirs spectaculaires. Attention, l’habit ne fait pas le moine. « Chrono Trigger » (DS) L’âge d’or de la Super-Nintendo SQUARE-ENIX DR ou Peggy, les mouvements des personnages sont convaincants. JOUABILITÉ 14/20 Accessible dans la plupart des cas, mais dommage que les combats soient aussi répétitifs. DISNEY SON 14/20 Les dialogues sont intégralement doublés en français. DURÉE DE VIE 14/20 Le jeu est suffisamment long pour tenir en haleine les aventuriers en herbe et les autres. CONCLUSION : Volt ne révolutionne pas le genre plateforme, mais l’univers Pixar-Disney est un formidable terrain de jeu pour les développeurs. Certaines scènes d’action rappellent celles des meilleurs films hollywoodiens. Mais elles nécessiteront une grande dextérité. « We Cheer » La Wii agite ses pompons ➔ La Wii n’en finit plus d’adapter les concepts encore inexplorés par les jeux vidéo. Ainsi, deux jeux proposant aux jeunes filles d’incarner des pom pom girls sont sortis l’automne dernier aux Etats-Unis. Aujourd’hui, l’un d’eux, We Cheer, tente la périlleuse traversée de l’Atlantique. Reste à savoir s’il trouvera son public dans des contrées où la culture « cheerleader » n’existe quasiment pas.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :