Direct Soir n°460 9 déc 2008
Direct Soir n°460 9 déc 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°460 de 9 déc 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Manmohan Singh, Premier ministre indien, difficile dialogue avec le Pakistan

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 LES INVENTIONS Les verres correcteurs Et la vision fut Même si aujourd’hui, presque tous les troubles de la vision peuvent être corrigés par une opération chirurgicale, le marché du verre correcteur reste un enjeu majeur. Pour preuve, jamais le nombre d’opticiens n’a été aussi important en France. L’an dernier, le marché français des verres de correction représentait 2,6 milliards d’euros, soit 28 millions d’unités vendues. Selon le cabinet d’études en marketing GfK, ce total représente la moitié du chiffre d’affaires des opticiens. Ces chiffres sont d’autant plus étonnants qu’ils placent le verre de correction en deuxième position du marché des biens d’équipement. La première place étant détenue, avec 3,6 milliards d’euros, par les écrans plats (LCD et plasma). Au sein même du marché, la tendance est surprenante puisque les deuxièmes paires, généralement gratuites ou à moins de 10 euros, représentent 22% de ces volumes ; 6 millions de ces verres ont ainsi été vendus l’année passée. Parallèlement à cette évolution, les verres « haut de gamme » – plus de 250 euros – voient leur nombre constamment progresser. Ils prennent une part croissante (27% des volumes et 50% du chiffre d’affaires) du marché des verres progressifs. Ces derniers monopolisent à eux seuls près de 60% du marché des verres correcteurs. LES DOUBLES-FOYERS AUX OUBLIETTES Ces verres progressifs sont une véritable révolution puisqu’ils permettent une correction simultanée des visions de loin et de près. En effet, leur puissance varie de 3 questions à… Directsoir N°460/Mardi 9 décembre 2008 Le verre de correction occupe la deuxième place dans le budget des biens d’équipement des Français. Alain Gerbel, président de la Fédération nationale des opticiens de France P.ALLARD/REA la partie haute jusqu’au bas du verre, offrant une vision intermédiaire efficace dans sa partie centrale. Ils sont parfaitement adaptés à la correction de la presbytie. En 2006, 63% des presbytes avaient choisi cette correction. Ce trouble de la vision, qui touche près d’un Français sur trois –notamment les plus de 45 ans– est un phénomène presque « naturel » issu du vieillissement du cristallin. Cette partie de l’œil permet de faire la mise au point sur l’objet regardé. Or, en vieillissant, il « n’accommode » plus ; c’est un peu comme si l’autofocus d’un appareil photo ne fonctionnait plus. La vision de près est floue, tandis que celle de loin reste nette. D’autres types de verres permettent également de corriger la presbytie.Tout d’abord les doubles-foyers qui seraient nés en 1780 grâce au physicien et homme politique américain Benjamin Franklin. Ces verres sont conçus comme deux moitiés assemblées : la partie inférieure étant traitée pour voir de près, le « haut » servant à voir de loin. D’un esthétisme peu convaincant, ils sont aujourd’hui délaissés au profit des progressifs. Toutefois, ces verres bifocaux restent nettement moins chers. La presbytie peut également être corrigée par des verres dits de lecture ou de proximité, qui rendent la vision nette d’un à cinq mètres selon les corrections. Déconseillés pour un ■ Qui sont les utilisateurs de lentilles de contact ? Le marché des lentilles ne représente pas plus de 10% du chiffre d’affaires des opticiens. La clientèle est surtout féminine et plus en plus jeune. Cela pose des problèmes, car le public n’est pas forcément riche et il est prêt à acheter tout et n’importe quoi sur Internet. C’est un vrai problème de santé publique, pas seulement économique. usage en extérieur, ils peuvent en revanche être utiles dans un univers de travail au bureau ou pour des séances de lecture. MYOPIE, HYPERMÉTROPIE ET ASTIGMATISME Les autres défauts de la vision sont quant à eux corrigeables avec des verres unifocaux, à un seul foyer. Il est ainsi possible de traiter la myopie, qui apparaît avant l’âge de 10 ans et évolue généralement jusqu’à 20-25 ans avant de se stabiliser. Le myope a une vision de près nette alors que celle de loin est floue, car son œil est souvent « trop long » ; la focalisation d’une image éloignée se fait en avant de la rétine et non pas dessus. Ce trouble est exprimé en dioptries (chiffre précédé d’un « - » sur l’ordonnance) Quelles sont les précautions nécessaires à leur usage ? Les lentilles sont un dispositif magnifique, à compléter par une paire de lunettes, car elles ne peuvent être portées 24 heures sur 24. Il s’agit d’un produit sensible à manipuler et à entretenir avec une extrême précaution. Il ne faut en aucun cas les prêter ni les échanger. 28 millions de verres correcteurs ont été vendus en France en 2007. qui est la puissance du verre correcteur nécessaire pour corriger l’œil : -1 dioptrie signifie que la personne peut voir correctement sans lunettes à une distance d’un mètre. Le verre appliqué est concave (bombé) pour repousser l’image sur la rétine. C’est au XV e siècle que les premiers prototypes sont apparus. Au contraire, l’hypermétropie est généralement la conséquence d’un œil « trop court ». De fait, la vision de près est difficile tandis que la personne a une vision de loin relativement nette. Là encore, ce trouble se mesure en dioptries, mais précédé du chiffre « + » sur l’ordonnance. Chez l’enfant, la correction n’est pas toujours nécessaire, surtout lorsque l’hypermétropie est faible. Mais quand elle est trop élevée, un verre convexe (creusé) s’impose Combien coûtent des lentilles ? Les lentilles et une lotion d’entretien reviennent environ à 22 € par mois. Si l’on compare aux lunettes, qui coûtent généralement 380 € tous les trois ans et demi, la lentille revient presque deux fois plus cher. Mais un myope par exemple, va apprécier les lentilles, car son champ de vision sera élargi. De plus, il n’aura pas à supporter le poids des lunettes.
www.directsoir.net pour repositionner l’image sur la rétine. A l’âge adulte, l’éventuelle presbytie du patient l’obligera à une double correction, qui rendra nécessaire l’usage de verres progressifs. Enfin, l’astigmatisme est un trouble de la courbure de la cornée et du cristallin. Chez l’astigmate, l’un ou l’autre ne sont pas ronds mais irréguliers, le plus souvent de forme ovale. En conséquence, la vision est déformée (floue), de près et de loin ; car ■ Source : Etude GfK Marketing Services France. *Hors Corse et Dom-Tom. seule une des deux images vues par le cerveau est mise au point. Il sera par exemple difficile à un astigmate de voir à la fois les lignes horizontales et verticales nettes. C’est pourquoi il confond souvent les lettres H et M. Pour corriger ce défaut, il faut des lunettes avec des verres cylindriques, qui n’ont pas la même puissance à chaque méridien. L’image est ainsi reportée sur la rétine pour rendre la vision la plus nette possible. NOMBRE DE MAGASINS ET CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR DE L’OPTIQUE* 8400 2002 Fabrication de verres de lunettes. Près de 20 millions de Français sont atteints de presbytie. Pour corriger ce défaut de la vue, 63% d’entre eux privilégiaient, en 2006, les verres progressifs. Mesure de verres correcteurs chez un opticien. Nombre de magasins CA optique en milliards d’euros 4,121 8700 8758 2003 4,352 4,510 4,635 9138 4,735 9500 4,861 4,915 9831 2004 2005 2006 2007 10 025 CAM Aout 08 LA SAGA DE L’ÉCONOMIE 9 P.ALLARD/REA LES MÉTIERS DES YEUX OPHTALMOLOGUE Médecin des yeux ■ Après onze ans d’études (six années généralistes et cinq de spécialisation), l’ophtalmologue ou ophtalmologiste est un médecin spécialisé dans le traitement des affections de l’œil et de la correction des troubles de la vue. Son activité ne se limite pas à la prescription de lunettes ou au traitement de maladies comme la conjonctivite. « L’ophtalmo » étudie aussi la fonction visuelle et ses performances. Chirurgien, il peut corriger des troubles comme la cataracte. ORTHOPTISTE Kiné des yeux L’orthoptiste rééduque les muscles des yeux. ■ Comme un chirurgien esthétique, l’oculariste est un professionnel (non médecin) chargé de rendre un certain confort aux personnes ayant connu de graves problèmes oculaires, telle une ablation de l’œil. Il réalise des yeux artificiels ou des prothèses oculaires. Pour exercer la profession, le code de la santé publique exigera désormais un diplôme d’Etat d’orthoprothésiste dont les conditions d’obtention sont en cours d’élaboration. ■ Commercial, technicien et professionnel de la santé, l’opticien-lunetier réalise et vend les articles prescrits par l’ophtalmologue pour corriger les déficiences ou défauts visuel. Pour le choix des verres, ■ Auxiliaire médical titulaire d’un certificat de capacité obtenu après une licence de sciences médicales et techniques de réadaptation, il est chargé de rééduquer les muscles des yeux. Après prescription d’un médecin ou d’un ophtalmologue, l’orthoptiste prend notamment en charge les enfants atteints de strabisme. OCULARISTE « Fabricant » d’yeux L’oculariste réalise des yeux artificiels ou des prothèses oculaires. L’ophtalmologue étudie la fonction visuelle. OPTICIEN Marchand de lunettes des montures ou des lentilles, il conseille autant qu’il fabrique. Pour rejoindre les 12076 opticiens (dont 43% de femmes) recensés par le ministère de la Santé, l’obtention d’un BTS opticien-lunetier est indispensable.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :