Direct Soir n°424 16 oct 2008
Direct Soir n°424 16 oct 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°424 de 16 oct 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Jean-Claude Juncker, les enjeux du conseil européen

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 3 grands européens EN COUVERTURE PORTRAIT « JCJ » : L’EUROPÉEN Premier ministre et ministre des Finances du Luxembourg, Jean-Claude Juncker est également le président de l’Eurogroupe. C’est fort de ces trois titres qu’il est présent depuis hier à Bruxelles, pour un Conseil européen consacré à la crise financière. Technicien reconnu et homme politique averti, il est, à 54 ans, une figure centrale de l’Union européenne. Ministre des Finances de l’une des principales places boursières européennes, mais également Premier ministre du Luxembourg depuis treize ans, Jean-Claude Juncker est aujourd’hui le « dernier des Mohicans européens ». Il est en effet le vétéran des sommets européens, tel celui organisé hier et aujourd’hui à Bruxelles. Sur le devant de la scène économique, comme président de l’Eurogroupe, il confiait sur le site internet de La Croix, le 3 octobre, se sentir « coresponsable de la suite des événements. » HOMME DE COMPROMIS Convaincu que seule l’intégration européenne pourra garantir la paix sur le continent, son engagement politique européen débute en 1985. Il préside alors les conseils « Affaires sociales » et « Budget » de la CEE. Depuis, ce « monsieur Euro » a joué un rôle important dans l’évolution de l’économie européenne, notamment à travers deux grands projets. Le traité de Maastricht, en 1991, lui doit beaucoup : il en a rédigé luimême de larges passages, et a sauvé ce texte sur l’union économique et monétaire en présentant aux Britanniques un compromis qui a finalement rendu la signature du traité possible en 1992. Son deuxième JOSÉ MANUEL BARROSO ■ Président de la commission européenne depuis le 23 novembre 2004, il a succédé à l’Italien Romano Prodi. Depuis, l’ancien Premier ministre portugais de centre gauche doit affronter de multiples obstacles dans sa volonté de rapprocher l’Europe des citoyens. Dans la crise, s’il se félicite des plans de sauvetage nationaux, le chef de l’exécutif communautaire ne cesse de demander plus de concertation à l’échelle IAN HANNING/REA européenne. fait d’armes lui a valu en 1996 le surnom de « héros de Dublin » dans la presse internationale. La France de Jacques Chirac et l’Allemagne d’Helmut Kohl sont alors en désaccord sur le pacte de stabilité. Ce n’est qu’avec la médiation de Jean-Claude Juncker que l’union économique et monétaire est sauvée. Pour lui, « le compromis n’est pas un péché », comme il le rappelait à La Croix, n’hésitant pas à dire que « l’Europe aura un jour cessé d’exister parce qu’elle aura perdu le sens du compromis ». TECHNICIEN Il a également pu montrer ses talents de financier dans les plus hautes instances économiques internationales. Après avoir passé deux semaines dans le coma à la suite d’un accident de voiture, il a accédé à seulement 35 ans au poste de gouverneur de la Banque mondiale, fonction qu’il a aussi occupée au Fonds monétaire international en 1995. C’est donc presque naturellement que Jean-Claude Juncker est devenu en janvier 2005 le premier président permanent de l’Eurogroupe. Créé en décembre 2007, le comité alors appelé « Euro 11 » réunit les ministres des Finances des quinze pays de la zone euro. Le chef du gouvernement luxembourgeois a été réélu en 2006 et 2008. Dans la lignée des HAMILTON/REA Schuman ou Adenauer qu’il cite en modèles, Jean-Claude Juncker est aujourd’hui une personnalité centrale de la construction européenne. Son nom est désormais le premier avancé lorsqu’on évoque une éventuelle présidence de l’Union. « La question n’est pas d’actualité », rétorque-t-il lorsque l’idée lui est soumise, en avouant cependant qu’il ne serait pas contre. STAR DU GRAND-DUCHÉ Mais Jean-Claude Juncker devrait alors renoncer au grand-duché, ce à quoi il ne s’était pas résolu en 2004, lorsque la présidence de la Commission européenne lui avait été proposée. Il a ainsi refusé de succéder à Jacques Santer, comme lui ancien JEAN-CLAUDE TRICHET ■ Ancien gouverneur de la Banque de France de 1993 à 2003, il a ensuite pris la tête de la Banque centrale européenne (BCE). Sa gestion de la crise des subprimes l’an dernier lui a valu le titre de personnalité de l’année décerné par le Financial Times. Pourtant, il s’est attiré les critiques des dirigeants politiques européens, dont celles de Nicolas Sarkozy, pour ne pas avoir changé le taux directeur de la BCE. Il s’est finalement résolu à le faire le 8 octobre, tout en appelant les investisseurs à « reprendre leurs esprits ». HAMILTON/REA Directsoir N°424/Jeudi 16 octobre 2008 Jean-Claude Juncker et le ministre luxembourgeois de l’Economie, Jeannot Krecké, avant la réunion du conseil européen Ecofin du 7 octobre dernier. Premier ministre du Luxembourg. Considéré comme son père en politique, c’est lui qui le fait nommer secrétaire d’État au Travail et à la Sécurité sociale. Nous sommes alors en 1982, et Juncker a tout juste 28 ans, mais il est membre du Parti chrétien-social depuis 1974. Elu député en 1984, il prend du galon en 1989, devenant ministre des Finances avant de prendre la tête du gouvernement le 20 janvier 1995, cumulant les deux fonctions. Bien que diplômé de droit et avocat assermenté depuis février 1980, il n’a jamais exercé ce métier. Et pour cause, Jean- Claude Juncker passe la majorité de son temps entre Luxembourg et Bruxelles, qu’il considère comme son deuxième bureau. JOAQUÍN ALMUNIA ■ Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires est sans doute le moins connu des protagonistes européens de cette gestion de crise. L’ancien ministre espagnol salue lui aussi les actions nationales tout en affirmant qu’il « n’existe pas de solutions immédiates ni faciles ». Il plaide davantage pour un changement profond du marché financier.
Dimanche 19 octobre à 22h30 rediffusions : vendredi et samedi à 1h00. DIRECTPOKER Revient Il n’en restera qu’un ! Tous les dimanches à 22h30, Patrice Laffont anime un tournoi de Poker Texas Hold’em dont la grande finale aura lieu en juillet 2009. Le grand gagnant remportera 25 000 euros, ainsi qu’un contrat professionnel de 100 000 $. Pour participer aux qualifications sur Internet : www.direct8.fr Direct8 est accessible sur la TNT gratuite (Canal 8), le satellite (CanalSat et TPS - canal38), le câble (Noos-Numéricable - canal 28), l’ADSL (Canal 8), la téléphonie 3G.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :