Direct Soir n°418 8 oct 2008
Direct Soir n°418 8 oct 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°418 de 8 oct 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : Penélope Cruz, nouvelle muse de Woody Allen

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 EN COUVERTURE Penélope Cruz dans Vicky Cristina Barcelona, le dernier film de Woody Allen. PENÉLOPE CRUZ LA PLUS AMÉRICAINE DES ESPAGNOLES Penélope Cruz est à l’affiche du nouveau film de Woody Allen qui sort aujourd’hui sur les écrans. Film aux tonalités très ibériques, « Vicky Cristina Barcelona » signe la première collaboration entre la très pétillante comédienne espagnole et le réalisateur mythique. Essai réussi ! Avec Vicky Cristina Barcelona, Woody Allen réalise son 44 e film et poursuit son périple européen (après Match Point, Scoop et Le rêve de Cassandre, tournés à Londres), en posant sa caméra dans la plus catalane des villes espagnoles, Barcelone. Pour cet essai ibérique, le choix de Penélope Cruz s’est naturellement imposé. Et Woody Allen a donné tant d’intensité à son rôle qu’elle en viendrait presque à détrôner Scarlett Johansson de son statut d’égérie. ÉGERIE DE WOODY… Après avoir regardé Vicky Cristina Barcelona, on pourrait en effet se demander si le réalisateur n’a pas écrit le rôle de María Elena spécialement pour Penélope Cruz. Elle y campe l’ex-femme de Juan Antonio, individu cyclothymique frisant le délire. Un rôle sur mesure pour l’actrice qui dévoile, grâce à l’œil de Woody Allen, une nouvelle façon de jouer d’ores et déjà saluée par les critiques. « Dans ce film j’incarne María Elena, une femme blessée qui souffre de l’amour et persiste à nourrir le monstre en elle pour s’autodétruire (…) ; je joue ici l’un des rôles les plus dramatiques de ma vie », précisait-elle lors de la présentation du film à Cannes. En les laissant improviser, le metteur en scène emmène ses acteurs sur des chemins inédits. Le fait de tourner rapidement – marque de fabrique de Woody Allen – oblige en outre les acteurs à donner « tout… et tout de suite », comme le rappelle Penélope Cruz. « Avec lui on doit être prêt, disponible et totalement en Directsoir N°418/Mercredi 8 octobre 2008 adéquation avec le personnage, c’est une vraie expérience », confiait-elle au magazine Elle la semaine dernière. Elle ajoute qu’« avec Woody, un acteur endosse plus de responsabilités ». Woody Allen lui a donné un rôle aux dimensions psychologiques complexes, tout en jouant sur le sex-appeal incomparable de la comédienne, qui pour l’occasion se trouve au côté de Javier Bardem (oscar du meilleur acteur pour No Country for Old Men), son compagnon dans la vie depuis plusieurs mois et qui incarne Juan Antonio. Sur le
www.directsoir.net tournage, leur complicité a donné lieu à des échanges typiques – en espagnol bien sûr – de l’amour « latino », qui leur ont sans doute rappelé l’expérience qu’ils avaient déjà partagée dans Jamón Jamón de Juan José Bigas Luna en 1992. Ce tournage avec Woody Allen marque un tournant dans la carrière de Penélope Cruz. … MAIS PEDRO POUR TOUJOURS Penélope Cruz est une femme surprenante, qui a plusieurs fois prouvé qu’elle ne se contentait pas de rester cloisonnée dans l’univers d’un réalisateur.Au long de sa carrière, elle a montré qu’elle n’aimait rien tant que goûter à toutes les expériences artistiques. De la danse qu’elle a pratiquée dans sa jeunesse aux séries télévisées auxquelles elle a participé, en passant par les campagnes de publicité (Mango, L’Oréal), Penélope Cruz s’est construit une carrière éclectique. De même, sur grand écran, elle change de genre sans démériter. Depuis Ouvre les yeux d’AlejandroAmenábar (1998) à Fanfan la Tulipe de Gérard Krawczyk (2003), en passant par Vanilla Sky (2002) de Cameron Crowe – où elle a partagé l’affiche avec Tom Cruise avant de partager sa vie –, Penélope ne s’attache pas à un seul registre. Il est cependant une expérience qui demeure unique : celle qui l’unit à PedroAlmodóvar, qui en a fait sa muse le premier. Avec En chair et en os en 1997, Tout sur ma mère en 1999 et enfin Volver en 2006, ils sont devenus indissociables. « Pedroest la personne qui me connaît le mieux… Il m’est impossible de lui cacher quelque chose », déclarait-elle récemment. C’est d’ailleurs son interprétation dans Volver qui a frappé Woody Allen. Le réalisateur a su, a travers le personnage de Raimunda, révéler toute la sensualité de l’actrice, la rendant sexy et provocante, mais aussi particulièrement touchante. « Je pense toujours que les acteurs sont la matière dont est fait le film. Ce sont eux qui matérialisent l’histoire, ils la portent et en font quelque chose de vivant et de réel. Je suis devenu réalisateur pour diriger les acteurs », confiait PedroAlmodóvar dans une interview. Et le moins que l’on puisse dire est qu’il sait diriger. Pour preuve, l’interprétation de Penélope Cruz et celle de toutes les femmes du film seront récompensées par un Prix d’interprétation au Festival de Cannes en 2006. Toujours pour ce film, Penélope Cruz recevra également un Goya (l’équivalent des oscars en Espagne) et un European Film Award de la meilleure actrice, ainsi qu’un Hollywood Film Award « PEDRO NE ME TRAHIRA JAMAIS » de l’actrice de l’année, et sera la première Espagnole à être nommée aux oscars. Signe que les liens entre l’actrice et le réalisateur sont immuables : elle vient de terminer les prises de vues des Etreintes brisées (Los abrazos rotos), le prochain film du cinéaste espagnol. Difficile donc de savoir si Penélope Cruz restera la muse d’un seul artiste. Quittera-t-elle le giron d’Almodóvar pour intégrer la pépinière Allen ou restera-t-elle fidèle à son indépendance et à sa curiosité ? Sans risque de beaucoup se tromper, on peut supposer que c’est cette dernière hypothèse qui sera vérifiée. Pour le plus grand bonheur des cinéphiles d’ailleurs, puisqu’en illuminant de son style et de sa présence des films confidentiels comme grand public, elle enthousiasme les publics les plus divers. Ainsi, dès l’année prochaine, on la retrouvera sur les écrans dans un genre nouveau : la comédie musicale. Elle jouera dans Nine, sous la direction de Rob Marshall, avec Marion Cotillard et Nicole Kidman. Elle prêtera aussi sa voix dans le film d’animation G-Force (de Hoyt Yeatman) et incarnera une étudiante cubaine dans Elegy de la réalisatrice catalane Isabel Coixet, où elle donnera la réplique à Ben Kingsley. AGENDA DE STAR Actrice multifacette, Penélope Cruz réalise qu’elle mène sa vie à un rythme effréné. Toujours dans un avion entre Los Angeles et l’Espagne, où elle aime se ressourcer EN COUVERTURE 7 Avec Woody Allen et Javier Bardem, sur le tournage de Vicky Cristina Barcelona. après un tournage, la jeune femme de 34 ans sent parfois poindre la lassitude. « J’ai envie de souffler un peu. Quatre tournages par an c’est beaucoup, je voudrais prendre le temps pour choisir les rôles avec plus de soin », confessait-elle FOCUS• 1992 Jamón jamón de Juan José Bigas Luna.• 1993 El laberinto griego de Rafael Alcázar.• 1994 Todo es mentira d’Alvaro Fernández Armero.• 1995 Entre rojas d’Azucena Rodríguez. dans un célèbre hebdomadaire. De là à la voir réellement lever le pied, c’est moins sûr. Son agenda pour l’année 2009 laisse comprendre sans ambiguïté que le travail reste sa passion première. Qu’importe la fatigue ! • 1996 El amor perjudica seriamente la salud de Miguel Gómez Pereira.• 1997 En chair et en os de PedroAlmodóvar.• 1998 Don Juan de Jacques Weber.• 1999 Tout sur ma mère de PedroAlmodóvar.• 2000 Amour, piments et bossa nova de Fina Torres.• 2001 Blow de Ted Demme.• 2002 Waking Up in Reno de Jordan Brady.• 2003 Fanfan la tulipe de Gérard Krawczyk.• 2004 A corps perdus de Sergio Castellitto.• 2005 Sahara de Breck Eisner.• 2006 Volver de PedroAlmodóvar. Penélope Cruz Filmographie sélective• A venir Nine de Rob Marshall et Elegy d’Isabel Coixet. E. PEREDA & P.A/EPA/SIPA Volver, 2006.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :