Direct Soir n°403 17 sep 2008
Direct Soir n°403 17 sep 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°403 de 17 sep 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : Tony Parker pour une qualification à l'Euro

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 EN COUVERTURE INTERVIEW « PAS DE PROBLÈME AVEC LE LEADERSHIP » Absent de la préparation avec l’équipe de France, Tony Parker est finalement venu à la rescousse des Bleus moins de trois semaines avant le début des qualifications au championnat d’Europe 2009. « Directsoir » a rencontré le capitaine des Bleus, à quelques heures du premier match contre la Belgique. Tony Parker, êtes-vous confiant pour ces matchs de qualification ? Bien sûr, nous sommes confiants, mais en même temps, nous savons aussi que nous devons respecter tous nos adversaires. Pour cette campagne, vous êtes à nouveau capitaine : ce sont de nouvelles responsabilités ? Non, ce n’est pas grand-chose. Je n’ai pas de problème avec le leadership. J’ai toujours bien assumé ce rôle-là. C’est vrai que ces dernières années, ce sont Antoine Rigaudeau (en 2005,ndlr) et Boris Diaw (l’an dernier,ndlr) qui étaient capitaines, et on partageait un peu les responsabilités. Et puis cette fois, ce que j’aime bien, c’est que ce n’est pas un choix du coach, mais une décision qui est venue de tout le groupe de joueurs. C’est aussi pour cela que j’ai bien accepté ce rôle. Sur le terrain, cela ne change-t-il pas votre attitude ? Non, en match, je fais toujours la même chose, et quoi qu’il arrive, je vais parler à mes coéquipiers. L’annonce de votre retour en équipe de France a coïncidé avec l’accélération des ventes de billets pour les matchs des Bleus. Cela vous réjouit-il ? C’est sûr que cela fait très plaisir, parce Repères RONNY TURIAF ■ Vice-capitaine de l’équipe de France, le Martiniquais a été le premier joueur de NBA à rejoindre les Bleus cet été, une fois son transfert vers Golden State finalisé. Il jouait depuis 2006 aux Lakers de Los Angeles. Véritable miraculé du sport – il a subi une intervention à cœur ouvert en 2005 –, le pivot transmet à chaque rencontre son énergie débordante, qui a fait de lui le chouchou du public californien. O. ANDRIVON/ICON SPORT que ce n’est pas tous les jours que j’ai la chance de jouer en France ! Surtout avec le maillot de l’équipe de France. C’est la première fois que je fais des matchs officiels, qui vont compter. Et savoir que les gens ont envie de me voir jouer, c’est super. Votre amour pour l’équipe de France est donc intact ? Tout à fait. Pour le moment, je n’ai manqué qu’une seule fois, en 2004. Je reviendrai tous les ans. On a vu la victoire des Etats-Unis aux Jeux olympiques. Est-il possible que vous vous retrouviez face à eux dans quatre ans ? C’est notre objectif à moyen terme. Et avant, il y a aussi les championnats du monde en 2010. Mais aujourd’hui, on veut avant tout se qualifier pour le championnat d’Europe, l’an prochain. Vous n’avez eu que trois semaines de préparation. L’équilibre a-t-il été facile à trouver ? Oui, tout s’est très bien passé. L’ambiance est vraiment bonne dans l’équipe et tout le monde est motivé pour cette campagne. Y a-t-il beaucoup de systèmes de jeu « tournés » autour de vous ? Ils sont un peu pour tout le monde. Michel Gomez (l’entraîneur,ndlr) veut proposer un jeu où tout le monde touche la balle. Il n’y a pas de « Parker-dépendance » ? Non, ce sont les journalistes qui pensent à ces choses-là. Quand Manu Ginobili ou Pau Gasol marquent 25 points, la presse ne dit jamais rien, mais quand c’est l’équipe de France, les journaux en parlent et je ne sais pas pourquoi. Il ne faut pas NANDO DE COLO ■ Véritable révélation du dernier championnat de France, dont il a été élu meilleur joueur français, le jeune Choletais (21 ans) a ébloui le premier match face à la Belgique avec ses 28 points. La confirmation est plus difficile, à l’image de ses sorties suivantes. Mais son entente avec Tony Parker est une belle promesse pour les années à venir. O. ANDRIVON/ICON SPORT Directsoir N°403/Mercredi 17 septembre 2008 « Dans un match de basket, il n’y a pas que les points qui comptent. » O. ANDRIVON/ICON SPORT oublier que dans un match de basket, il n’y a pas que les points marqués qui comptent. Il y a aussi les rebonds, les joueurs qui défendent et ceux qui font des passes. Dans toutes les équipes, ces joueurs-là sont aussi importants que ceux qui marquent des points. YAKHOUBA DIAWARA ■ Il est la déception de ces quatre premiers matchs. Le sélectionneur Michel Gomez attendait beaucoup de son ailier, reconnu pour ses qualités athlétiques. Au sortir d’une saison NBA en pointillé à Denver, il vient d’être transféré à Miami, où il espère pouvoir exploiter son potentiel. Avec les Bleus, il lui reste deux matchs pour éclater.
La Médaille d’Honneur du Travail 20 ans de travail : le luxe simple de votre reconnaissance Formulaire gratuit d’attribution disponible sur simple demande auprès de votre préfecture avant le 15 octobre 2008. www.monnaiedeparis.fr 30 ans 35 ans 40 ans



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :