Direct Soir n°348 16 mai 2008
Direct Soir n°348 16 mai 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°348 de 16 mai 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Karim Benzema le nouveau talent du foot français

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 EN COUVERTURE Auteur de 30 des 95 buts marqués par l’Olympique Lyonnais en 50 matchs officiels cette saison, il a désormais un statut de titulaire indiscutable. KARIM BENZEMA LE PRODIGE Ces dernières années, à la même époque, la saison de l’Olympique Lyonnais était déjà terminée. Et à l’heure des premiers bilans, le constat était toujours le même : une victoire en championnat ne parvenait pas tout à fait à éclipser la déception en Ligue des champions. Pour expliquer ces échecs répétés, les commentateurs étaient unanimes. Si la meilleure équipe de l’Hexagone ne parvenait pas à dépasser le stade des quarts de finale dans la plus huppée des compétitions continentales, c’était parce qu’il lui manquait un grand attaquant. Un buteur de classe internationale, rompu aux joutes européennes et capable de faire la différence dans des rencontres souvent verrouillées par l’enjeu. Aujourd’hui, les doutes du club dirigé par Jean-Michel Aulas ne sont pas totalement dissipés. La formation rhodanienne, habituée à survoler les débats en Ligue 1, devra maintenir son effort jusqu’à la dernière journée de championnat qui aura lieu demain soir, pour remporter un probable septième titre consécutif. Et si elle peut encore réaliser un doublé inédit en cas de victoire en finale de la Coupe de France, le 24 mai face au PSG, elle s’est une nouvelle fois inclinée dès les huitièmes de finale en Coupe d’Europe. Mais il est un domaine dans lequel les Lyonnais n’ont plus à s’en faire : ils ont trouvé l’attaquant vedette qu’ils recherchaient. Directsoir N°348/Vendredi 16 mai 2008 Récemment distingué meilleur joueur de Ligue 1, l’attaquant lyonnais tentera demain soir d’offrir à son club de toujours un septième titre consécutif. Avec la finale de la Coupe de France, une semaine plus tard, et une très probable sélection dans la liste des vingt-trois Français retenus pour l’Euro, le jeune prodige – 20 ans – entend terminer en apothéose une saison qui l’a porté au plus haut niveau. R. QUADRINI/KR IMAGES PRESSE UNE ÉTOILE EST NÉE Quasiment inconnu hors de nos frontières il y a encore un an, Karim Benzema a pris, en l’espace d’une saison, une toute nouvelle dimension. Auteur de trente des quatre-vingt-quinze buts qu’a inscrits son club en cinquante matchs officiels cette saison, il a conquis un statut de titulaire indiscutable, poussant l’international tchèque Milan Baros vers la sortie et confinant le Brésilien Fred dans un rôle de remplaçant de luxe. Leader du classement des meilleurs buteurs du championnat avec dix-neuf réalisations, il vient de se voir décerner par ses pairs le titre de meilleur joueur du championnat. Et en seulement neuf apparitions sous le maillot tricolore et trois buts inscrits, il s’est déjà imposé comme l’une des pièces maîtresses de la sélection nationale en vue de l’Euro, qui débutera dans trois semaines. Pour dénicher cette perle rare, l’encadrement de l’OL n’a pas eu à aller très loin. Car Karim Benzema est natif de Bron, à quelques kilomètres seulement du Stade
LUTTIAU/PRESSE SPORTS www.directsoir.net Clairvoyance, sens inné du jeu et technique parfaite, Karim Benzema a les qualités du joueur d’exception. Gerland. Un pur produit de la formation maison, passé par toutes les équipes de jeunes depuis les poussins. Un parcours qui explique l’attachement au maillot de l’OL dont témoigne l’avant-centre longiligne, qui a déclaré qu’il ne quitterait pas les bords du Rhône et de la Saône avant d’avoir remporté une Ligue des champions avec le club de son cœur. Une fidélité presque anachronique, à une époque où les pensionnaires des centres de formation n’hésitent pas à partir chercher du temps de jeu ou de l’argent dans les grandes écuries européennes. Repères « J’ESSAYE D’ATTEINDRE LE PLUS HAUT NIVEAU MONDIAL » ALDO LIVERANI/ANDIA.FR HATEM BEN ARFA ■ L’autre petit prodige lyonnais. Gaucher vif, doté d’une technique individuelle incroyable, il vient de recevoir le trophée du meilleur espoir. Fils d’un ancien international tunisien, son talent hors norme est détecté dès le plus jeune âge, et il intègre le prestigieux centre de formation de l’INF Clairefontaine à 12 ans, avant de rejoindre l’OL à 15 ans. LA TÊTE SUR LES ÉPAULES Bien entendu, on peut se demander si cette noble attitude résistera à deux ou trois nouveaux échecs successifs sur la scène européenne. Mais le public de Ligue 1 ne peut que se réjouir de cette disposition d’esprit qui devrait lui assurer les services du jeune prodige français encore un an au moins. Depuis son début de saison tonitruant (neuf réalisations lors des neuf premiers matchs de championnat) et ses excellentes prestations dans la plus prestigieuse compétition, avec notamment un magnifique but face à Manchester United, le n°10 lyonnais est courtisé par les plus grands. REPORTAGES-PRESS.COM/ICON SPORT EN COUVERTURE 5 La rumeur parle de Manchester United et d’Arsenal, de Barcelone et du Real Madrid, de la Juventus Turin et du Milan AC… Mais le jeune professionnel garde la tête froide et ne veut pas précipiter les choses. L’ILLUSTRE AÎNÉ Vivant toujours chez ses parents dans son quartier de la banlieue lyonnaise, il écoute les conseils de son entourage, qui l’incite à garder les pieds sur terre. Conscient que sa formation n’est pas encore achevée, il a médité les trop nombreux exemples de jeunes espoirs français partis trop tôt dans les championnats étrangers, où certains se sont brûlé les ailes. Un état d’esprit discret et patient qui fait penser à celui d’un illustre retraité, Zinedine Zidane. SAMIR NASRI ■ Le petit meneur de jeu marseillais est un ami de Karim Benzema, qu’il fréquente depuis des années dans les sélections de jeunes. Passeur remarquable, il possède une vision du jeu étonnante pour un joueur de son âge (20 ans). Il est lui aussi courtisé par les plus grands clubs d’Europe. SEBASTIEN BOUE/PRESSE SPORTS On a beaucoup comparé Karim Benzema à Zinedine Zidane. Un peu trop sans doute. Il est vrai que par leurs racines kabyles, par leur éducation empreinte d’humilité et de sens du travail, leurs origines sociales modestes, la comparaison est évidente. De plus, la technique individuelle de l’arme fatale de l’attaque lyonnaise, ainsi que son élégance sur le terrain, sa façon de conduire le ballon en gardant toujours le buste bien droit, renforcent le parallèle. Ce n’est certainement pas un hasard si le légendaire n°10 de l’équipe de France a été choisi pour remettre dimanche au jeune Lyonnais son trophée de meilleur joueur de Ligue 1 de la saison. Mais faire d’un gamin de 20 ans le nouveau Zizou, c’est mettre une incroyable pression sur ses épaules. EN ATTENDANT L’EURO La pression, Benzema y semble insensible. On pourrait attribuer ce trait de caractère à l’insouciance de la jeunesse, ou l’expliquer par la confiance en son talent qui semble animer le buteur. Toujours est-il qu’aucun élément extérieur au terrain ne semble avoir de prise sur lui. Certaines mauvaises langues y voient de la suffisance, mais il s’agirait plutôt de franchise. S’il est réservé, n’aime pas se mettre en avant, Karim ne tombe pas pour autant dans le travers inverse, celui de la fausse modestie. Il est conscient de son potentiel. Ainsi, quand on lui fait remarquer que tout est allé très vite pour lui, Benzema répond : « Il ne faut pas oublier que j’ai été sélectionné en équipe de France alors que j’avais à peine 18 ans. L’an passé, sans mes blessures, ma carrière aurait pu s’accélérer plus tôt. J’avais annoncé en juillet que ce serait ma saison. Je suis heureux d’avoir accompli ce que j’ai dit. » Toute la France du foot espère que cette saison se prolongera jusqu’au 29 juin, date de la finale de l’Euro… La génération 87, championne d’Europe des moins de 17 ans en 2004, est une génération dorée. Outre Benzema, l’équipe comprenait trois autres joueurs qui frappent aujourd’hui aux portes de l’Equipe de France. JÉRÉMY MENEZ ■ Originaire de la région parisienne, l’actuel n°10 de l’AS Monaco rejoint à 13 ans le centre de formation de Sochaux. Joueur rapide et très habile avec le ballon, il se fait remarquer lors de la saison 2005-2006, à l’issue de laquelle il rejoint le club de la Principauté avec l’espoir de franchir un palier.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :