Direct Soir n°285 28 jan 2008
Direct Soir n°285 28 jan 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°285 de 28 jan 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Olivier Besancenot veut créer un nouveau parti

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
BLAIZAC/VISUAL P.CARPENTIER/ALAMO M. TONIOLO/ROPI-REA Directsoir N°285/Lundi 28 janvier 2008 18 V.I.P. ZOOM SUR… Révélation R’nB 2007, Shy’m, la chanteuse française d’origine martiniquaise, savoure une année couronnée de succès. Dans l’attente de son prochain album, toujours produit par son mentor K-Maro, l’interprète de « Femme de couleur » vit son rêve d’enfant. Shy’m, stress et paillettes Quel effet cela vous a-t-il fait d’être nominée aux NRJ Music Awards face à Céline Dion ? C’est sûr qu’il y avait une belle concurrence avec Jenifer, Céline Dion et Zazie ! Le simple fait de voir mon nom associé à de telles artistes, qui sont là depuis déjà longtemps, est un honneur. C’est incroyable, car je ne suis là que depuis un an ! Comment gérez-vous cette soudaine notoriété ? C’est difficile de se juger soi-même. Ma vie n’a pas radicalement changé, mais je me sens plus sereine. Vous avez confié dans la presse avoir peur de la scène. C’est vrai. Le stress est toujours là, mais je commence à le gérer de mieux en mieux. Votre premier Olympia avec K-Maro ne s’était pas très bien passé… Oui, j’étais tellement stressée qu’il a fallu appeler des médecins en renfort ! Trop angoissée, j’ai été incapable de monter sur scène. Puis les piqûres ont fait effet. Finalement, ça s’est bien passé. Mais l’Olympia, c’est quand même dur. Il y a une histoire, une atmosphère, c’est un peu oppressant, et voir son nom sur la devanture en lettres rouges, ça fait drôle. Un couturier a fait appel à vous pour porter ses robes, on vous traite comme une princesse. Que ressent-on quand on réalise son rêve d’enfant ? Du bonheur, bien sûr, mais il ne faut pas se laisser Géraldine Pailhas ne mélange pas tout. L’actrice soigne le moral des troupes. griser. Cela représente avant tout beaucoup de travail. Quand on veut arriver à quelque chose, il faut se donner les moyens et y aller à fond. Avant d’être exigeant avec les autres, je dis toujours qu’il faut l’être avec soi-même. C’est pourquoi je ne m’accorde pas beaucoup le droit à l’erreur. Femme de couleur est le titre qui vous a lancée. Que représente-t-il pour vous ? Beaucoup. C’est le titre par lequel le succès est arrivé. A sa sortie, je ne savais pas encore où j’allais. C’est toujours aussi flou et aléatoire aujourd’hui, mais les choses ont quand même bien évolué. Je suis allée à la rencontre du public, je me suis découverte sur un plan personnel. J’ai grandi, mûri, et j’espère que c’est le commencement d’une très belle histoire. Avez-vous des regrets ? En réalisant ses projets, ses rêves d’enfant, on s’éloigne obligatoirement de certaines personnes. J’ai donc de petits regrets sur des choix que j’ai dû faire pour privilégier ma passion. Mais on ne peut pas tout faire, au risque de tout faire mal. Si vous aviez un superpouvoir, ce serait lequel ? Oh, c’est assez simple. J’aimerais bien apprendre à jouer de la guitare. Francis Lalanne a promis de me donner des cours. Scarlett Johansson va-t-en-guerre Tamara Marthe a choisi Shy’m comme nom de scène. Il vient de la contraction de l’adjectif Shy, qui signifie timide en anglais, et du M de Martinique, département d’outre-mer dont son père est originaire. La très secrète Géraldine Pailhas ■ L’actrice, actuellement à l’affiche de Didine de Vincent Dietschy au côté de Christopher Thompson, son compagnon à l’écran comme dans la vie, s’est confiée dans L’Express Styles : « Le public me connaît surtout à travers mes rôles. C’est un peu de ma faute. (...) Je n’ai pas vraiment joué le jeu au moment où on voulait que je le fasse ». Mais aujourd’hui, si elle se sent moins farouche, elle assume sa réserve : « Je ne pense pas être particulièrement pudique, mais je ne peux pas m’empêcher de protéger mon territoire. » ■ Fidèle à la tradition américaine qui veut que les actrices, blondes et pulpeuses de préférence, se rendent au chevet des troupes pour leur remonter le moral, l’actrice américaine Scarlett Johansson suivra les traces de Marilyn Monroe, ou plus récemment de Jessica Simpson, en allant rendre visite aux troupes américaines basées dans le Golfe, où elle a prévu de rester cinq jours. AMET/JBVNEWS NRJ Music Awards, version 2008 ■ Ce n’était pourtant pas la saint Christophe, samedi dernier, mais le palmarès des NRJ Music Awards 2008, en consacrant Christophe Willem et Christophe Maé, pourrait le laisser penser. Aux abonnés absents qu’étaient Amy Winehouse, Britney Spears et Justin Timberlake, cette soirée laissera le souvenir de messages mémorables : celui de Mika exprimant sa joie d’être élu révélation internationale dans un français irréprochable et celui de Michael Jackson, par vidéo interposée, promettant un retour imminent. BON ANNIVERSAIRE JEAN-LOUIS MURAT Le chanteur auvergnat Jean-Louis Murat, de son vrai nom Jean-Louis Bergheaud, fête ses 56 ans. Né le 28 janvier 1952 à La Bourboule, il tient son pseudonyme du nom de la ville où il a passé son enfance, Murat-le-Quaire. Passionné de poésie et de littérature, il devient le premier bachelier de sa famille. Marié à 17 ans, père dans la foulée, Murat se lance dans la vie d’artiste en quête de voyage et de solitude. Dans son dernier album, Charles et Léo, il chante des textes de Baudelaire sur des partitions de Léo Ferré. G. GAFFIOT/VISUAL L. BOULNOIS/ABACA
G. BEDEAU/FRANCE3 www.directsoir.net 22H15 LA JUSTICE DE RACHIDA DATI La ministre de la Justice, Rachida Dati. Directsoir vous offre 10 entrées pour deux personnes du 5 au 9 février à 20h30 et le 10 février à 16h à l’Espace Pierre Cardin (Paris). 20H50 21H00 Ils ont fait scandale ■ L’évocation de leur nom peut suffire à enflammer l’opinion publique. Christine Deviers-Joncour, Rolland Courbis, ou encore le député des Pyrénées- Atlantiques Jean Lassalle seront les invités de Mireille Dumas en compagnie de leur entourage, pour témoigner de leurs épreuves. Vie privée, vie publique : à l’ombre des scandaleux, magazine. GAGNEZ DES PLACES POUR LE SPECTACLE « SADE OU LE THÉÂTRE DES FOUS » À L’ESPACE PIERRE CARDIN Pour sa troisième saison, Marie-Claude Pietragalla poursuit un travail de recherche chorégraphique autour du « théâtre du corps ». Le spectacle s’interroge sur la théâtralisation de l’interdit et plonge six personnages, tour à tour victimes et tortionnaires, dans les méandres tortueux du monde sadien. Chorégraphie et mise en scène de Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault. Création musicale et mix de Laurent Garnier. Avec la voix d’Alain Delon. Envoyez vos nom, prénom et adresse postale à : invitations@directsoir.net Précisez en objet : sade MGM Les 10 premiers mails gagneront 10 entrées pour deux personnes. Les réponses envoyées avant l’heure de la mise en ligne du journal ne pourront être prises en compte. L’amour et la mort ■ Le jour de ses noces, à la sortie de l’église, la mariée voit son époux tomber sous une balle dont elle ne connaît pas l’origine. Son existence tourne désormais autour de la même obsession : retrouver les cinq meurtriers de son mari pour se venger… François Truffaut orchestre un film noir (1967) sublimé par Jeanne Moreau. La mariée était en noir, film. L’audience est ouverte est de retour sur Direct8. L’émission décrypte et analyse l’actualité judiciaire française, et donne la parole aux professionnels du système judiciaire et aux citoyens, confronte et argumente les avis de chacun. Présentée par Clélie Mathias et maître Paul Lombard, L’audience est ouverte reçoit à 22h15 en direct Rachida Dati, la ministre de la Justice, pour un face à face sans complaisance. Cinquante-deux minutes d’interview et de reportages dressent le portrait d’une femme politique que l’ambition et le talent ont menée au pouvoir. Quel bilan tire-t-elle de ses sept mois à la tête de la Chancellerie ? Quelles ont été ses réussites, ses satisfactions, ses difficultés ? Après la victoire présidentielle de Nicolas Sarkozy, Rachida Dati entre dans le gouvernement François Fillon en mai 2007. Elle engage sans tarder les réformes annoncées par Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle. Qu’en est-il ? Dès son adoption en juillet 2007, la loi sur la récidive provoque une certaine contestation. Celle-ci consiste à instaurer des peines minimales pour les récidivistes et exclut, dans certains cas, l’excuse de minorité pour les mineurs multirécidivistes de plus de seize ans. Mais Rachida Dati ne transige pas. Patiente, pédagogue, la garde des Sceaux prend le temps d’expliquer. Ensuite, elle propose la création d’un poste de « contrôleur général indépendant », ayant pour mission de vérifier que les droits fondamentaux des détenus sont bien respectés. Mais Rachida Dati est surtout l’instigatrice de la réforme de la carte judiciaire menée malgré de fortes désapprobations dans le monde judiciaire. Enfin, depuis le début du mois de janvier, la ministre défend son texte sur la rétention de sûreté. Il prévoit de placer en centres spécialisés des délinquants sexuels qui ont purgé leurs peines de prison. Rachida Dati apportera des réponses aux nombreuses interrogations. L’audience est ouverte, magazine. 20H50 ENVERS DU MIROIR Ce soir une série documentaire en 20 épisodes de 52 minutes sur les chirurgiens plasticiens débute sur M6. Ceux-ci n’ont pas toujours bonne réputation. Le réalisateur Gilles de Maistre a choisi de montrer une réalité dépourvue de sensationnalisme de cette profession, filmée sans interview et sans commentaires. Les chirurgiens de l’espoir, documentaire. TÉLÉVISION 19 20H35 Les deux héroïnes de Samantha Oups changent de registre et s’attaquent à la cuisine. Samantha et Chantal préparent un livre contenant 40 recettes de cuisine. Des recettes simples à faire pour les grands et les petits. Le livre devrait paraître d’ici le mois de juin prochain. L’Arbalète Source : jeanmarcmorandini.com. ■ La guerre des gangs fait rage à Paris. « Viets », « Blacks » et « Justiciers » néonazis s’affrontent de plus en plus violemment pour s’approprier le marché de la drogue. Le commissaire Rigault a décidé d’agir et donne carte blanche à ses deux inspecteurs : Falco, ancien d’Algérie, est partisan de la manière forte et Vincent (Daniel Auteuil), un repenti issu du milieu, préfère jouer la carte de l’humain. La libération contre information de « L’Arbalète », une prostituée, va mettre le feu aux poudres. Polar sombre, efficace et prenant, L’Arbalète est le film qui offrit l’un de ses premiers rôles « importants » à Daniel Auteuil et lui permit de franchir un échelon décisif. L’Arbalète, film. Les gangs s’affrontent violemment à Belleville. C. PLOTNIKOFF/M6 DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :