Direct Soir n°271 8 jan 2008
Direct Soir n°271 8 jan 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°271 de 8 jan 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : Nicolas Sarkozy sa conférence de presse

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir N°271/Mardi 8 janvier 2008 8 PORTRAIT Si je suis élu Président, je nommerais 180 ou 200 juges conservateurs. Rudy Giuliani, le 23 décembre 2007. « LE MAIRE DE L’AMÉRIQUE » Quand, dans les décombres du World Trade Center, Rudolph Giuliani annonce que l’Amérique ne capitulera pas face au terrorisme, il prend une envergure nationale immédiate. « Demain, New York sera toujours là », déclare-t-il dans les heures qui suivent l’attaque d’al-Qaida. « Et nous allons reconstruire, et nous serons encore plus forts qu’avant… Je veux que le peuple de New York montre à ce pays, au monde entier, que le terrorisme ne nous arrêtera pas. » Time Magazine en fait l’homme de l’année 2001, et il commence déjà à être pressenti pour succéder à George W.Bush. Quand il quitte la mairie, au terme de son deuxième mandat, il est ruiné par son divorce. Il se lance alors dans le conseil et se crée une petite fortune, en partie accaparée par Judith, son épouse excentrique, ancienne représentante en produits pharmaceutiques. Mais il ne s’éloigne pas de la politique. En 2004, il soutient George W. Bush et en 2006 il TROIS CONCURRENTS M. FRIED/UPI/EYEDEA PRESSE Rudolph Giuliani a été élu « homme de l’année 2001 » par Time Magazine. fait partie de la commission bipartisane chargée d’examiner la situation en Irak. Ladite commission conclura que, contrairement à ce qu’affirme l’administration en place, la situation est mauvaise et qu’il faut envisager un retrait des troupes. EN ROUTE VERS WASHINGTON DC En 2006, alors que l’Amérique aimerait déjà tourner la page Bush, la rumeur d’une candidature de Giuliani se fait de plus en plus pressante. En février 2007, il remplit le formulaire de candidature à la candidature de son parti et annonce sa décision dans un célèbre talk-show. Un sondage d’août 2006 montre qu’au début de sa campagne, 35% de l’électorat le voit comme un modéré, 29% comme un conservateur et 15% comme un libéral. Rudy sait habilement jouer de ce flou artistique et politique pour devancer ses concurrents pendant près d’un an. Mais aujourd’hui la situation s’est dégradée. Plusieurs JOHN MCCAIN Le sénateur de l’Arizona, candidat à la candidature du parti républicain et battu par George W. Bush, est âgé de 71 ans. Le doyen de la course à la présidence est aussi un vétéran de la guerre du Vietnam, où il a connu les camps de prisonniers. Il est l’un des seuls candidats à soutenir la guerre en Irak. Sa légitimité sur le sujet le rend difficilement attaquable par ses adversaires, malgré des positions un brin moins conservatrices que ses concurrents. A. MELENDEZ/UPI/EYEDEA PRESSE scandales ont mis en cause des associés de Giuliani Partners, la société qu’il a fondée après avoir quitté la mairie de New York. Fin décembre, il doit être hospitalisé. Ces nouvelles tombent au pire moment, alors que les primaires républicaines viennent de commencer et que le débat au sein de son parti s’est peu à peu transformé en un concours pour le titre de conservateur le plus farouche. Le caucus de l’Iowa s’est joué sur ce thème défavorable. Les résultats du New Hampshire, attendus cette nuit, sont le premier vrai test pour Giuliani. Une deuxième place serait de mauvais augure pour l’ancien favori. Pour Rudolph Giuliani, comme pour Hillary Clinton chez les démocrates, le New Hampshire sera décisif. S’il perd, Rudy devra-t-il abandonner ses ambitions présidentielles ? Il est vrai que la campagne est encore longue et le battant new-yorkais a déjà démontré sa capacité de rebondir – qualité essentielle pour une candidature à la Maison Blanche. MIKE HUCKABEE Issu d’une famille pauvre de l’Arkansas, dont il est le gouverneur, cet ancien pasteur est l’un des candidats républicains les plus conservateurs. Son programme s’axe autour du triptyque « famille, foi et liberté ». Il est un soutien fervent du port d’arme et un opposant farouche à l’avortement et au mariage homosexuel. Révélation des derniers mois, les médias l’appellent parfois « celui qui vient de nulle part ». J. HAYNES/REUTERS A.C. GLENN/UPI/EYEDEA VU PAR Philippe Moreau Defarges, professeur à Sciences-Po Paris, chercheur à l’Ifri, spécialiste des relations internationales. « Il a une image sulfureuse » IBO/SIPA ■ « Le décrochage de Rudolph Giuliani dans les sondages s’explique assez bien pour deux raisons. La première est sa position très dure sur le terrorisme. Les Américains ne croient plus au rêve néo-conservateur. Giuliani soutient plus ou moins la torture. Or, les Etats-Unis veulent revenir à leur tradition démocratique. La deuxième raison est l’image de l’homme : ses divorces, ses rapports difficiles avec ses enfants, ses amitiés avec les homosexuels. Il y a quelque chose de contradictoire entre sa dureté concernant la sécurité et sa position sur les mœurs. Il a une image sulfureuse. Il aurait pu bénéficier de sa modération sur certains plans si l’Amérique était moins polarisée. Par ailleurs, le fait d’être républicain est un handicap pour lui. Les Américains ont envie de gens jeunes, ce n’est pas non plus un atout pour John McCain. Je pense que le phénomène général est un rejet des anciens, et Mike Huckabee et Mitt Romney apparaissent comme des hommes nouveaux. Giuliani semble préférer se réserver pour des Etats qui comptent, comme la Californie où il bénéficie de davantage de soutien parce que la population est plus ouverte. » MITT ROMNEY Gouverneur du Massachusetts, ce mormon connaît bien la France où il a prêché pour le compte de son église dans les années 1970. Dans son Etat, il a essayé de faire rétablir la peine de mort, mais a été désavoué par les représentants. Sensiblement sur le même créneau qu’Huckabee, il fut en plus un soutien actif de George W. Bush pendant la campagne présidentielle de 2004.
* Enfin légalisé ; à utiliser avec précaution.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :