Direct Soir n°271 8 jan 2008
Direct Soir n°271 8 jan 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°271 de 8 jan 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : Nicolas Sarkozy sa conférence de presse

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
THÉÂTRE BOLCHOÏ DR Directsoir N°271/Mardi 8 janvier 2008 14 CULTURE DANSE Le Bolchoï à Paris ! Trois semaines de danse au cœur Le prestigieux ballet du Bolchoï est de passage à Paris en ce début d’année 2008. Un programme de haut vol à voir tout le mois de janvier dans la tradition de l’art scénique et musical russe. Svetlana Lunkina et Alexei Loparevitch du ballet du Bolchoï. L’histoire d’amour entre les ballets russes et la capitale française a presque un siècle. On pense toutefois davantage au Théâtre du Marinsky de Saint-Pétersbourg pour la danse classique russe qu’à son grand rival, le Bolchoï de Moscou. C’est pourtant ce dernier qui vient enchanter la scène de l’Opéra Garnier du 5au 22 janvier. Entre danse, musique et littérature, c’est un voyage et une immersion culturelle que propose la troupe du théâtre moscovite. Piotr Ilytch Tchaïkovski, Igor Stravisnky, Marius Petipa, Roland Petit, Jean-Michel Wilmotte et bien d’autres additionnent les talents et les univers. Trois programmes alléchants se disputent les faveurs du public : Le corsaire d’Adolphe Adam, un tiercé de Flamen’ka Nueva. TOP DES TOPS DR 1 DANSE chorégraphies signées Roland Petit (La dame de pique),Alexei Ratmanski (Jeu de cartes) et Marius Petipa (La bayadère), et enfin Spartacus d’Aram Khatchatourian. Quatre-vingt-dix-neuf ans après le premier spectacle des Ballets Russes pétersbourgeois à Paris, c’est au tour de Moscou d’ouvrir la nouvelle année en demi-pointes et entrechats. Ballets du Théâtre Bolchoï au Palais Garnier, du 5 au 22 janvier. Le corsaire d’Adolphe Adam, du 5 au 15 janvier. La dame de pique de PiotrIlytch Tchaïkovski/Jeu de cartes d’Igor Stravinsky/La bayadère de Ludwig Minkus, du 11 au 13 janvier. Spartacus d’Aram Khatchatourian, du 19 au 22 janvier. Poésie de la femme flamenco FESTIVAL THÉÂTRE de l’hiver ■ Le festival Faits d’hiver – Danses d’auteurs organisé par l’Association pour le développement de la danse à Paris, ouvre sa 10 e édition, le 10 janvier. Son but : réintroduire la diffusion de la danse à Paris et offrir des lieux de travail et un public à des compagnies cette année françaises, suisses et belges. Seize chorégraphes proposent leur spectacle dans six salles à Paris et Saint-Ouen. A l’honneur, des mythes, avec Swan Lac, un lac des cygnes revu et corrigé par Andy de Groat au Théâtre Silvia-Montfort, les 18 et 19 janvier, et une Belle au bois dormant version José Besprosvany, La belle au bois de Dandaka qui se jouera au Théâtre le Ranelagh les 27 et 28. Festival Faits d’hiver – Danses d’auteurs, du 10 janvier au 1 er février. Renseignements et programme au bureau du festival à Micadanses, 16, rue Geoffroy-L’Asnier, Paris 4 e (01 42 74 46 00, www.faitsdhiver.com). ■ De culture maroco-hispanique, Karen Ruimy propose un nouveau spectacle de flamenco, Flamen’ka Nueva. Celui-ci fusionne de multiples univers : classique, contemporain, tango, oriental et musique électro. Aux côtés de dix-huit artistes – danseurs, chanteurs et musiciens –, la danseuse, au travers de ses origines, de ses voyages et de ses rencontres, incarne la femme flamenco pour une plongée au cœur d’un certain folklore andalou. Flamen’ka Nueva, jusqu’au 13 janvier, Casino de Paris, 16, rue de Clichy, Paris 9 e (08 92 69 89 26). L’élégance du hérisson Muriel Barbery Gallimard jkle 2 Chagrin d’école Daniel Pennac Gallimard 3 4 5 Une vie Simone Veil Stock Soyons baroque de Nicolas Maloufi. Harry Potter et les reliques de la mort J. K. Rowling Gallimard Meilleures ventes de livres (Hors BD et livres de poche) L’élégance du hérisson, de Muriel Barbery, progresse cette semaine pour venir s’installer en tête du classement. Cette amitié improbable entre une gardienne d’immeuble hypercultivée et une adolescente mal dans sa peau s’impose comme un rayon d’optimisme en ce début d’année. Légende : (e) nouvelle entrée - Source : Alabama Song Gilles Leroy Mercure de France kjle jkle djle jkle N. MALOUFI PHOTOS : S. BISCIONI/DR L’infidélité est-elle de nature féminine ou masculine ? L’inconstance amoureuse ■ Dans un décor en ruine, La dispute de Marivaux, mise en scène par Filip Forgeau, éclate. Fidèle à la thématique centrale de l’auteur, cette pièce créée en 1744 dénonce les faux-semblants amoureux. En un acte, l’apparente passion est réduite à une suite de mensonges, de trahisons et de jalousies. La dispute, jusqu’au 17 février. Théâtre 13, 103, boulevard Auguste-Blanqui, Paris 13 e (01 45 88 62 22). LIVRE Apocalypse Now ■ La fin du monde, Julien Blanc- Gras n’est ni pour ni contre, bien au contraire. Il a même décidé d’en faire un livre. Sobrement intitulée Comment devenir un dieu vivant ?, cette comédie apocalyptique met en scène les tribulations de William Andy, loser ordinaire devenu prophète médiatique, sur des malentendus savamment orchestrés par sa troupe d’apôtres malgré eux. Second roman de son auteur, lauréat du Festival du premier roman de Chambéry avec Gringoland, Comment devenir un dieu vivant s’inspire d’auteurs comme Chuck Palahniuk et Douglas Coupland pour livrer une intéressante critique de la société médiatique et de consommation sur fond de science-fiction fantaisiste. Comment devenir un dieu vivant, de Julien Blanc-Gras, éd. Au Diable Vauvert, 15 €. Gringoland, de Julien Blanc-Gras, éd. Pocket, 6,30 €. Julien Blanc-Gras. DR
STUDIO CANAL www.directsoir.net Keira Knightley est Cecilia Tallis, protagoniste d’une « love story » mouvementée. DR DVD ■ Les Jazzketeers, l’équipe de l’école de danse de M. Jonathon, professeur aux méthodes atypiques, concourent pour la plus célèbre compétition de danse d’Australie : le Sanosafe. Face à elles, les filles de l’école de Mlle Elizabeth. Appliquant des méthodes complètement antinomiques de celles de M. Jonathon, cette dernière voit dans le travail acharné et la discipline la seule solution pour gagner. Deuxième film de Darren Ashton, réalisateur de publicité très demandé en Australie, Dancing Queens entraîne le spectateur dans le monde de la danse de compétition pour enfants. Adaptant Marji et les mollahs ■ Persepolis raconte, dans un registre tragicomique, la jeunesse de Marjane Satrapi dans l’Iran des mollahs. Le festival de Cannes (prix du jury 2007) comme les spectateurs (plus d’un million en salles) ont plébiscité cette histoire universelle. En attendant un possible oscar en février, le film d’animation est disponible en DVD, avec notamment en bonus un documentaire sur son élaboration. Persepolis, de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud, TF1 Vidéo, 20 €. Fillettes en strass et paillettes Le réalisateur australien Darren Ashton cuisine la danse de compétition pour enfants à la sauce caustique. Qui remportera le concours ? une nouvelle écrite par sa femme, Carolyn Wilson, le réalisateur livre un film à la fois délirant et émouvant. Dancing Queens, de Darren Ashton, demain en salles. Reviens-moi Trois comédiens français font une apparition dans le film : Lionel Abelanski, Michel Vuillermoz, et le comédien fétiche des frères Dardenne, Jérémie Rénier. LA FABRIQUE DE FILM 15 Une vie pour se racheter ★★★★★ Avec « Reviens-moi », Joe Wright livre une adaptation fidèle d’« Expiation », le roman de Ian McEwan. CULTURE CINÉMA Nouvelle pépite de la maison de production britannique Working Title, qui a notamment produit des films comme Billy Elliot, Quatre mariages et un enterrement, O’Brother des frères Coen, ou encore récemment Elizabeth : l’âge d’or, Reviens-moi a été le film d’ouverture de la Mostra de Venise 2007. Ce long-métrage marque la nouvelle collaboration de Keira Knightley et du réalisateur Joe Wright, après Orgueil et préjugés sorti à la fin de 2006. Le réalisateur livre une histoire d’amour sur fond de Seconde Guerre mondiale. Reviens-moi est l’adaptation du roman de Ian McEwan intitulé Expiation. L’histoire raconte les remords d’une femme qui, adolescente, fit un faux témoignage, et ses conséquences. En 1935, la riche famille Tallis passe des jours tranquilles dans sa magnifique demeure dans la campagne anglaise. Un soir, un viol est commis. Le mensonge de Briony Tallis, 13 ans, jalouse de la relation que sa grande sœur Cecilia entretient avec Robbie, le fils de la gouvernante, scelle le sort de ces trois personnages à jamais. Accusé à tort, Robbie est envoyé en prison. L’histoire d’amour entre Cecilia (Keira Knightley) et Robbie (James McAvoy) est magnifiée par les circonstances et l’époque. Le spectateur n’aura de cesse de vouloir connaître le dénouement d’une « love story » empêchée par la prison, puis par la guerre. La sensibilité du film demeure dans le rendu de l’époque : la ville de Londres pendant la guerre et l’évacuation de Dunkerque en mai 1940. Quatre cent mille hommes des forces alliées avaient été évacués des plages de Dunkerque, par les Marines anglaises et françaises. Pour dépeindre cette page historique et l’anarchie qui régnait sur les plages avant l’évacuation, 2000 figurants et des éléments de décor impressionnants – une grande roue, un immense bateau échoué, des bâtiments dévastés… – ont été nécessaires. Tourné en un long plan séquence, cette scène révèle tout le talent d’un jeune réalisateur (35 ans) dont Reviens-moi est le deuxième long-métrage. Reviens-moi, de Joe Wright, en salles demain.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :