Direct Soir n°260 10 déc 2007
Direct Soir n°260 10 déc 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°260 de 10 déc 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : Cristina Kirchner prend la présidence de l'Argentine

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
DR Directsoir N°260/Lundi 10 décembre 2007 14 CULTURE ONE-MAN SHOW Le Colladoshow Ancier pilier des Nous C Nous, Eric Collado présente à La grande comédie son nouveau spectacle, « KanTuVeu Tu Peu ». L’humoriste enchaîne les personnages avec énergie, durant plus d’une heure de bonne humeur communicative. Attention les yeux. Eric Collado arrive sur scène dans une salopette jaune poussin. Il s’en explique : c’est pour apparaître comme un rayon de soleil, réchauffer les cœurs, regonfler le moral des spectateurs. Et ça marche ! Délesté de 60 kilos (il le dit et cela se voit), l’ancien Nous C Nous (avec Bruno Salomone, Jean Dujardin, Eric Massot et Manu Joucla) n’a pas tout perdu. Sa faconde qui fleure bon le Sud, sa verve, sa bonne humeur communicative, sa simplicité sont toujours là. L’humoriste expose la thématique de son tout nouveau spectacle : la volonté sous toutes ses formes. Issu de l’école du café-théâtre, il se révèle drôle et sensible. Dans un style proche de celui du La H Box, salle de cinéma nomade. TOP DES TOPS DR Trois bobines d’Eric Collado. 1 Johnny Hallyday Le cœur d’un homme jkle stand-up, Eric Collado nous fait partager des moments de vie plus ou moins originaux (tout le monde s’est déjà retrouvé en boîte de nuit, très peu dans une arène en train de toréer un animal à cornes). Tour à tour looser-qui-y-croit-quand-même-parceque-la-vie-est-belle, tombeur spécialisé dans les plaisirs charnels, torero, dans la peau de sa maman (sorte de cousine éloignée de madame Sarfati) et parodiant Claire Chazal dans un « 20h » déjanté, il ne laisse pas de répit à son audience. Et quand sonne la fin du spectacle, on se surprend à en vouloir encore. KanTuVeu Tu Peu, Eric Collado, jusqu’au 26 janvier à La Grande Comédie, Paris 9 e (01 48 74 03 65). CONCEPT D. JEROME/GAMMA EYEDEA PHOTOGRAPHIE SPECTACLE Pour la liberté de la presse Entre luxe et art contemporain ■ La H Box est « un espace de projection conçu comme un nécessaire de voyage ». La définition est de Didier Fiuza Faustino, auteur de cette salle de cinéma nomade, à l’initiative du maroquinier de luxe Hermès. A la pointe de la technologie, entièrement démontable, la H Box peut accueillir une dizaine de visiteurs dans ses murs de Plexiglas et d’aluminium. Ils y découvrent les créations de huit vidéastes de la scène française et internationale. H Box, jusqu’au 7 janvier au Centre Pompidou, Paris 4e. www.centrepompidou.fr 2 Christophe Maé Mon paradis ■ La photographe Sabine Weiss a offert une centaine de photos à Reporters sans frontières pour la liberté de la presse. Son style, proche de celui de Doisneau ou de Willy Ronis, est sensible et humain. Des portraits d’enfants du monde entier, des clichés magiques de Paris, des instants volés, mais aussi des photos ancrées dans l’époque. L’abbé Pierre côtoie l’écrivain Lawrence Durrel ou Brigitte Bardot, au summum de sa beauté en 1959. Reporters sans frontières le rappelle, 130 journalistes et 64 internautes sont emprisonnés dans le monde. Les recettes de cet album seront reversées à l’organisation, qui prête assistance aux journalistes et à leurs familles. 100 photos de Sabine Weiss pour la liberté de la presse, Reporters sans frontières, 9,90 €. Cette année, c’est Sabine Weiss qui prête son talent à RSF. Daft Punk Florent Pagny Amy Winehouse 3 4 5 Alive 2007 Pagny chante Brel Back to Black jkle jkle jkle jkle Sacré Johnny. Noël oblige, le mois de décembre est traditionnellement celui de tous les records en termes de ventes d’albums. Et si le paysage musical français connaît un recordman en tout genre, c’est bien le tout-puissant Johnny Hallyday, qui réussit à conserver cette semaine la première place du Top albums. Tiendra-t-il sa position jusqu’au 24 décembre ? Les paris sont ouverts. Source : Snep/Ifop DR Trottola, ou le cirque en équilibre artistique. Cirque de bric et de broc ■ Loin du strass et des paillettes, les trois circassiens de la compagnie Trottola (« toupie » en italien) font l’éloge de la maladresse. Plus qu’une succession de prouesses, leur spectacle Volchok (aussi « toupie » en russe) scrute l’âme humaine. En équilibre, dans les airs, ils créent un univers de récup’fait de ballots de chiffons métamorphosés en agrès. L’émotion est au rendez-vous. Volchok, jusqu’au 16 décembre à l’Espace cirque d’Antony, rue Georges- Suant, Antony (92) (01 46 66 02 74). A Lille du 20 au 30 mars. LIVRE Capri, ça n’est jamais fini… ■ Comment une bluette née devant une pub dans le métro, qui repose sur trois accords, peut-elle encore tourner en boucle dans nos esprits ? Capri, c’est fini a changé la vie d’un chanteur de 19 ans, devenu l’une des idoles des sixties au côté de sa « marraine », Dalida. Un an après le succès de L’âme seule, récit de son arrivée à Paris après une enfance orpheline dans le Berry, Hervé Vilard raconte dans ce second tome l’étrange dédoublement auquel il a dû se livrer pendant 40 ans. Les retrouvailles avec sa mère, il doit les vivre devant l’objectif des photographes, en planque dans la chambre d’hôtel de Verdun où elle l’attend. Entre la découverte amusée de la vraie nature de Claude François et l’apprentissage du monde lors d’une tournée nourrie de rencontres, Hervé Vilard a toujours su résister à la tentation dévorante de la lumière. Le bal des papillons, Fayard, 19 €. DR C. RAYMON DE LAGE
2006 CJ ENTERTAINMENT INC & MOHO FILM www.directsoir.net Jung Ji-Hoon et Lim Soo-Jung. Une fable au long cours signée Abdellatif Kechiche Trois ans après avoir reçu le césar du meilleur film pour « L’esquive », Abdellatif Kechiche sort « La graine et le mulet ». ■ En 2003, Abdellatif Kechiche réalisait L’esquive, l’histoire d’adolescents de banlieue répétant une pièce de Marivaux. Cette fois, le cinéaste a filmé un sexagénaire courageux, fatigué par une vie de labeur. Le spectateur assiste au parcours de cet homme qui perd son emploi au chantier naval de Sète. Pour continuer à vivre et laisser un héritage à ses enfants, il décide contre vents et marées de monter un restaurant sur un vieux bateau rénové. La réalisation, au plus près des personnages, donne au film une dimension supérieure, pleine de véracité, devenant parfois même oppressante. Deux heures et demie, cela semblera long à certains. Mais les autres verront dans La graine et le mulet, couronné par le prix spécial du jury à la Mostra de Venise, une œuvre poétique sur DVD WARNER BROS Le labeur et la famille, filmés par Abdellatif Kechiche. l’importance de la famille, tout à la fois fable humaine et conte désenchanté. La graine et le mulet, d’Abdellatif Kechiche, en salles mercredi. Le chef-d’œuvre de Ridley Scott ■ Un film de science-fiction qui ne prend pas une ride vingt-cinq ans après sa sortie au cinéma est forcément un grand film ! Et quand il s’agit de Blade Runner,on parle de chef-d’œuvre. Sublimé par les images et les effets spéciaux remastérisés, sur la bande-son envoûtante de Vangelis, le long-métrage ressort en DVD. Cerise sur le gâteau, c’est la version « final cut », inédite, qui a été choisie. Blade Runner, de Ridley Scott, Warner Bros Home Vidéo. Version collector 2 DVD, 20 €, ou ultimate 5 DVD, 40 €. 15 Amour de cyborg ★★★★★ Après sa trilogie vengeresse, Park Chan-wook surprend encore avec une comédie douce-amère délirante. DR CULTURE CINÉMA Dans Je suis un cyborg, les fans du réalisateur coréen Park Chan-wook peuvent poursuivre l’exploration de son univers entamée notamment avec Old Boy et Lady Vengeance. Très attaché aux personnages un peu décalés, c’est ici l’histoire de Young- Goon (Lim Soo-Jung) qu’il raconte, une jeune femme persuadée d’être un cyborg, tant et si bien qu’elle refuse de s’alimenter autrement qu’en suçant des piles. Sûre de s’entretenir avec ses semblables, elle a de longues conversations avec les appareils électriques qui l’entourent. Internée dans un hôpital psychiatrique peuplé de doux dingues, La prochaine « folie » elle devient la prétendante de Ilde Park Chan-wook, Soon (interprété par la star pop Evil Live, une version coréenne Rain, Jung Ji-Hoon), moderne du film le plus populaire des patients. de vampires, devrait sortir en France en 2008. Comme les autres, il est marqué par un traumatisme, mais fait tout pour sortir Young-Goon de l’anorexie qui menace sa survie. Le film regorge d’idées, portées par des images soignées aux couleurs rafraîchissantes. Pour parler de la folie, le réalisateur se réfère à l’univers enfantin, avec ses rêves, ses cauchemars et ses contes qu’il distord. Les échappées des malades dans leurs imaginaires prêtent à de jolis moments de cinéma. On pense à Jeunet et Gondry. Accessoires, costumes et gestuelles génèrent des situations au fort pouvoir comique, si bien que le glauque y devient drôle. La tristesse ne culmine qu’en de rares moments bien sentis et la poésie affleure tout le long, soutenue par une jolie bande originale. Quant à la violence qu’affectionne particulièrement Park Chanwook, elle s’exprime ici du bout des doigts de la « cyborg » … Ce réalisateur a décidément un grain, et c’est tant mieux. Car la folie est aussi l’apanage des plus grands artistes. Je suis un cyborg, de Park Chan-wook, en salles mercredi.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :