Direct Soir n°237 7 nov 2007
Direct Soir n°237 7 nov 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°237 de 7 nov 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Charlize Theron au-delà de la beauté

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir N°237/Mercredi 7 novembre 2007 8 EN COUVERTURE Quand toute la folie d’Hollywood retombe, que reste-t-il ? Le travail : vivre et s’approprier un personnage. Une fois cette alchimie trouvée, plus rien ne compte. Dans la vallée d’Elah, avec Tommy Lee Jones, elle interprète le détective Emily Sanders. Une fois de plus, l’actrice est méconnaissable. Elle peut donc faire jouer son flair et refuser, par exemple, de jouer le rôle féminin principal de PearlHarbor. Elle esquive certes la renommée publique, mais surtout les mauvaises critiques, et préfère se réfugier dans des rôles plus complexes, aux côtés de Woody Allen (majestueuse d’espièglerie dans Le sortilège du scorpion de jade, en 2001). Oscar de la MEILLEURE ACTRICE PROD DB DENVER AND DELILAH PRODUCTIONS/DR NOUVELLE KIDMAN ? Charlize Theron prend un vrai risque lorsqu’elle s’engage dans le tournage de Monster, en 2003. Risque qu’elle finance de sa poche, en acceptant de coproduire le film. Aujourd’hui, Theron fait parti du « top ten » des actrices les mieux payées d’Hollywood, septième derrière Halle Berry, Cameron Diaz, Drew Barrymore, Renée Zellweger, Reese Witherspoon et Nicole Kidman. Cette dernière est peut-être bien son mentor : physique comparable, intelligence du choix des scénarios, et surtout prise de risque par des participations à des films complexes au public restreint. CHARLIZE, J’ADORE Après Monster, Charlize Theron est un nom qui revient régulièrement dans la bouche des réalisateurs. Et lorsqu’un nom suscite la convoitise, la publicité s’y intéresse. En 2004, l’actrice cède aux charmes de la mode et devient l’ambassadrice du parfum J’adore de Dior. On retrouve le visage de Charlize sur les Abribus. Pour autant, elle n’abandonne pas son parcours cinématographique et prend un nouveau pari en jouant dans un film de science-fiction, AEon Flux, un échec commercial, et dans L’affaire Josey Aimes, de la Néo- Zélandaise Niki Caro, film grave dont le thème principal est le harcèlement sexuel. Etonnamment, si l’on pense à UN RÔLE « MONSTRE » ■ Un oscar, mais aussi un Ours d’argent et le Golden Globe de la meilleure actrice : une pluie de récompenses et de critiques dithyrambiques est tombée sur Charlize Theron à la sortie de Monster, en 2003 (2004 pour la France). Le film raconte la vie d’Aileen Wuornos, une prostituée auteur de six meurtres entre 1989 et 1990, considérée par certains comme la première tueuse en série des Etats-Unis. TILLER/SIPA son passé difficile, Charlize Theron semble avoir une attirance particulière pour les rôles torturés et les personnages violents ou violentés. SEXY LADY Tout comme son contrat avec Dior, son titre de femme la plus sexy de l’année décerné ne semble pas affecter sa carrière. Elle vient de commencer le tournage du premier film du Mexicain Guillermo Arriaga, scénariste des films d’AlejandroGonzález Iñárritu (Babel, Amours chiennes et 21 grammes). The Burning Pain réunit également Kim Basinger, qui jouera la mère de Charlize Theron. La femme « la plus sexy du monde » est aussi une femme heureuse : elle vit depuis cinq ans avec l’acteur Stuart Townsend, avec qui elle se considère comme mariée. 2007 ELAH FINANCE V.O.F. WARNER BROS PICTURES FRANCE VUE PAR Paul Haggis, réalisateur du film « Dans la vallée d’Elah » « Elle n’a pas fini de nous surprendre » ■ « J’avais repéré Charlize à Hollywood quand elle faisait ses premiers essais. Puis je l’ai vue au cinéma, dans North Country notamment. J’ai eu envie de travailler avec elle et on s’est rencontrés il y a quatre ans. Elle s’implique dans ses personnages au point de disparaître complètement. Pour jouer Emily Sanders, je voulais évidemment une très bonne actrice, mais surtout quelqu’un capable de s’effacer, d’être banal. Nous en avons discuté, et elle m’a proposé plusieurs artifices, comme de reprendre sa couleur de cheveux naturelle, ou de se constituer une garde-robe chez Target (chaîne de grande distribution aux Etats-Unis,ndlr). C’est ce qui lui permet de se couper de la Charlize glamour des magazines. De mon côté, je lui ai bien sûr donné quelques indications, mais c’est une actrice qui déteste répéter et ne joue qu’à l’instinct. Charlize fonce, ses premières prises sont souvent merveilleuses. Elle n’hésite pas à proposer de raccourcir les scènes et de tailler dans les dialogues, pour ne pas donner l’impression d’en faire trop, une caractéristique rare chez les grandes actrices. Charlize n’a pas fini de nous surprendre. Elle jouera probablement des rôles de femmes peu sympathiques, que d’autres artistes auront refusés. » UNE ACTRICE IMPLIQUÉE ■ Co-productrice du film Monster, Charlize Theron s’est documentée sur son personnage, Aileen Wuornos (ci-contre), qu’elle a rencontrée peu avant son exécution. « D’habitude, je ne lis rien lorsque je tourne pour rester concentrée, mais devant l’insistance de mon agent, j’ai fini par céder. Pour moi, cela allait au-delà d’un excellent scénario. Parce qu’il tirait sa matière d’une réalité, parce qu’au lieu de la réduire, il lui donnait au contraire toute sa dimension, j’ai tout de suite voulu m’engager dans le projet. » STEPH/VISUAL PRESS AGENCY
1977 Seda. Tous droits réservés. INTERDIT AUX MOINS DE 16 ANS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :